Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à l'info-lettre

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Navigation
À la une Voir toutes les actualités

Albertville, une fête pour deux évènements

Print
Albertville, une fête pour deux évènements

La nouvelle statue de Notre-Dame-des-Vignes

Les responsables de l’Ephad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et de la communauté assomptionniste Notre-Dame des Vignes à Albertville (Savoie) ont fait le bon choix en retenant le vendredi 13 octobre pour célébrer en même temps un double événement : la bénédiction de la nouvelle statue de Notre-Dame-des-Vignes, arrivée début juin, au sommet de la propriété, et le dixième anniversaire de l’Ephad, ouvert officiellement le 1er octobre 2007.

Le soleil était en effet au rendez-vous, et a illuminé toute la journée. Les pelouses avaient été tondues la veille, les couloirs et les salles communes décorées de photos souvenirs et d’illustrations.
À 10h, le 13 octobre, Mgr Philippe Ballot, archevêque de Chambéry, accompagné du P. Guy Clerc, supérieur de la communauté assomptionniste, escalade d’un bon pas la colline jusqu’au pied de la nouvelle statue, et procède à la bénédiction de la Vierge. Réalisée en bronze, la statue est la copie à l’identique (3 mètres) de celle qui depuis plus d’un siècle veillait sur Albertville selon le vœu de la première propriétaire. Au pied de la statue ou à partir des étages, les résidents, les invités, les amis et les voisins assistent à la cérémonie, avant d’aller à la chapelle pour la messe communautaire.

Retenu à Paris avec son conseil, le P. Benoît Bigard, provincial d’Europe des assomptionnistes, s’était fait excuser, il était représenté par le P. Claude Maréchal, ancien supérieur général. Outre la congrégation, la région, le département, la ville d’Albertville, l’association « Chemins d’espérance », et tous ceux qui ont d’une manière ou d’une autre contribué à la création de l’Ephad étaient aussi représentés, et se sont félicités de cette œuvre commune de 80 places, dont une bonne vingtaine d’assomptionnistes. « À partir d’octobre 2007, a rappelé Mme Nathalie Plantier, directrice de l’établissement, en devenant des résidents au milieu d’autres résidents, laïcs, hommes et femmes de tous horizons, ils ont pu vivre une nouvelle aventure, tout en gardant une vie communautaire. »

Mgr Ballot s’est, quant à lui, félicité d’avoir dans son diocèse un tel « lieu de vie » où des religieux, des laïcs, des personnes valides ou dépendantes, avancent ensemble sur des « chemins d’espérance » sous le regard bienveillant de Notre-Dame-des-Vignes.

Bernard Jouanno