Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à l'info-lettre

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Navigation
À la une
  • “N'oublions pas”

    Lettre du supérieur général aux religieux assomptionnistes, aux sœurs de la famille de l’Assomption, aux laïcs de l’Alliance assomptionniste

Voir toutes les actualités

La mosaïque est en place à Saint-Pierre-en-Gallicante (Jérusalem)

Print
Bénite aux premières vêpres des saints apôtres Pierre et Paul le 28 juin, puis retournée à l’atelier de Jéricho pour finition, la mosaïque de la crucifixion a été posée fin août au sanctuaire Saint-Pierre-en-Gallicante à Jérusalem.

Bénite aux premières vêpres des saints apôtres Pierre et Paul le 28 juin, puis retournée à l’atelier de Jéricho pour finition, la mosaïque de la crucifixion a été posée fin août. Le Christ en croix, Marie et Jean ont été fixés sur le panneau de mosaïque à dominante verte préexistant ; ce qui nous a valu d’assister à une montée de Marie au ciel plutôt inattendue ! L’effet général est des plus heureux. Cette scène s’intègre parfaitement dans l’ensemble et illumine le fond de l’église. Un tout petit panneau dans l’angle droit indique « 2016 Année sainte de la miséricorde ». À sa mort, le Père Boubet avait laissé inachevé trois tableaux : dans la crypte, au-dessus des deux autels latéraux, deux peintures représentaient en prévision de leur réalisation en mosaïque, à gauche Jérémie et à droite Isaïe, les deux prophètes qui ont annoncé la Passion du Christ. Ce sont les deux grandes icônes du reniement de Pierre et de sa triple profession d’amour qui ont remplacés ces peintures, lors de la restauration de la crypte par le Père Robert Fortin. Le troisième tableau, qui comportait seulement la phrase : « votre âme même sera transpercée par un glaive. » est maintenant achevé. Dieu en soit loué !

P. Jean-Daniel Gullung