Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à l'info-lettre

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Navigation
À la une Voir toutes les actualités

Session des jeunes religieux, jour 4

Print
À la découverte de Bayard : une œuvre et les leçons d’une fondation. Ce lundi 28 août 2017, les jeunes assomptionnistes en session de formation sur la communication sont allés à la découverte de Bayard où ils ont retrouvé Georges Sanerot et André Antoni pour découvrir concrètement l’œuvre.

Dans l’exposé de la matinée, il est ressorti un certain nombre de leçons dans l’histoire de Bayard :
- Oser la modernité en utilisant les outils modernes de la communication : à la fondation (1873-1883), il y avait cette perspective de contribuer à « régénérer la société et affirmer les droits de Dieu »
- Conjuguer la pugnacité éditoriale avec une intelligente compréhension de son temps : face à l’affaire Dreyfus par exemple, la Croix a su apprendre de ses erreurs.
- L’exil, avec l’expulsion des congrégation religieuses de France en 1903 est vécu comme un chemin d’ouverture à l’international et aux laïcs : en effet, les Assomptionnistes durent vendre la Maison de la Bonne Presse (ancien nom de Bayard) à un certain Paul Feron-Vrau, avant l’expulsion.
- Nécessité de tenir les exigences liées à l’œuvre et celles liées à l’entreprise
- Réussir en allant parfois à contre-courant pour être en avance sur son temps
La question qui se pose aujourd’hui et à laquelle les jeunes religieux ont tenté de répondre avec André Antoni et Georges Sanerot, c’est comment exprimer Bayard ? Quel signe pour dire l’ambition de Bayard demain ?

Bayard, en termes de business et de « raison sociale
- Est-ce une entreprise de presse catholique dont les Augustins de l’Assomption sont les fondateurs depuis 140 ans et les actionnaires uniques depuis la création
- Un groupe de médias catholique ou un groupe catholique de médias ?
- Une société à but « non lucratif ?

En termes de puissance
- Le premier éditeur de presse jeunesse et senior en Europe ?
- Le plus grand nombre de salariés mobilisés pour créer des contenus inspirés pour la jeunesse ?
- Le seul groupe important de médias qui n’appartient pas à un industriel ?

En quelques chiffres
- 1773 salariés ?
- 354 millions de chiffre d’affaires dont 65 millions à l’international ?
- 36 millions de lecteurs dont 5 millions d’abonnés ?
- 120 titres de presse dont 70 en France ?

Autant de mots à bien peser pour cerner exactement l’identité de cette œuvre qui est aussi une entreprise de presse indépendante ; avec une dimension internationale fondamentale.
Après un déjeuner dans le restaurant d’entreprise avec les salariés de Bayard, les jeunes ont rencontré Anne Ponce, la directrice de la rédaction de Pèlerin et Marc Guillon, le directeur artistique-rédacteur en chef visuel. Après un échange riche sur le visuel et les unes, ils ont proposé une visite des bureaux de Pèlerin tout en encourageant d’éventuelles candidatures pour en occuper certains. La journée a été clôturée par l'intervention de Dominique Alfonsi rédactrice-photo du Journal La Croix qui a expliqué comment était fait le choix des photos pour la Une.

Bernard Bamogo