Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à l'info-lettre

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisses

Print
Un Assomptionniste est-il fait pour être curé ? Non, s'il s'agit que des religieux prennent la place des prêtres séculiers. Mais oui, pour une présence particulière - notamment par sa dimension communautaire - au service d'une Eglise locale. Oui, pour aller jusqu'au bout des options de l'Assomption: ainsi de sa présence ou monde populaire ou encore dans les jeunes Eglises, Alors que tant d'hommes de notre temps vivent dans l'indifférence, l'incroyance ou l'ignorance, la paroisse demeure un point de référence. La présence de la congrégation en paroisses se veut pourtant imaginative, par delà la "gestion" d'une pastorale locale: elle s'efforcer d'y promouvoir la vitalité des communautés de base et la responsabilité des laïcs. Tout un peuple en marche !

Notre vie communautaire est la grâce qu'il nous est donné de vivre et de partager. Elle donne un caractère spécial à notre mission en paroisse et nous oriente vers des apostolats qui rassemblent les fidèles laïcs dans l'esprit des Actes des Apôtres, chapitres 2 et 4 : “La multitude des croyants n'avait qu'un cœur et qu'une âme.” (Actes 4,32). Elle est donc un bien pour nous et pour toute l'Eglise. De cette manière vie commune et apostolat s'enrichissent et se complètent. Animée par la passion du Règne, la paroisse assomptionniste est missionaire et se porte vers les lieux et les personnes les plus éloignées de l'Eglise. 

La raison de l'Assomption en paroisse

« Notre vie spirituelle, notre substance religieuse, notre raison d'être comme Augustins de l'Assomption se trouve dans notre devise : Adveniat regnum tuum. L'avènement du règne de Dieu dans nos cœurs [et] dans le monde… quoi de plus simple !, quoi de plus vulgaire, si j'ose dire ainsi, que cette forme de l'amour de Dieu… Si, à cet amour principal, vous ajoutez l'amour de Notre-Seigneur Jésus-Christ, l'amour de la Sainte Vierge sa Mère et de l'Eglise son épouse vous connaîtrez sous son expression la plus abrégée l'esprit de l'Assomption »

Emmanuel d'Alzon,

Instruction prononcée à la clôture du Chapitre général des Augustins de l'Assomption, 17 septembre 1868, dans Ecrits Spirituels, 130-131.


Notre devise «  Adveniat regnum tuum » en nous et autour de nous est à la base de notre engagement apostolique dans le monde, ce monde que Dieu a tant aimé « qu'il a envoyé son Fils unique… non pour condamner le monde, mais pour que par Lui le monde soit sauvé » (Jean 3, 16-17).

Au début de ce 21 ème siècle, dans ce monde s'observent des évolutions souvent rapides, des changements profonds qui marquent les mentalités et les comportements de tous : enfants, jeunes et adultes(Gaudium et Spes 40-45.). Ces évolutions portent en elles des aspects positifs et négatifs. Nous en nommons quelques-uns :

  • la transformation profonde de la structure familiale,
  • la valorisation de la personne et de sa liberté,
  • la valorisation de la justice et des droits de l'homme,
  • les questions éthiques du début et de la fin de la vie,
  • les évolutions technologiques qui facilitent la communication,
  • la mondialisation et les solidarités internationales,
  • l'enrichissement croissant des uns et l'appauvrissement grandissant des autres,
  • l'extension de l'islam sous toutes ses formes,
  • la déchristianisation de nos sociétés et le sécularisme,
  • la multiplication des sectes et des groupes évangéliques,
  • la permanence des manifestations de religiosité populaire autour de saints régionaux, dans des lieux de pèlerinage, des sanctuaires, des chapelles,
  • la diminution des vocations aussi bien à la vie religieuse qu'à la vie sacerdotale.

Qu'elles soient universelles ou propres à chaque pays, ces évolutions sont autant de défis que d'appels qui nous sont adressés.

Pour y répondre, les Assomptionnistes sont éclairés par la Parole de Dieu et guidés par la mission de l'Église dans le monde :

  • l'annonce du Royaume de Dieu et la proclamation de Jésus Christ, Fils de Dieu et Sauveur du monde,
  • la célébration des sacrements et la vie liturgique,
  • le service de la charité et la promotion humaine.

Comme le rappelle le concile Vatican II à la suite de saint Paul, cette mission n'est pas réservée seulement aux pasteurs ; elle est l'œuvre de tous les baptisés (1 Co 12, 4-29; Sacrosantum Concilium, 42 ; Christifidelis Laici, 26.).

La paroisse, comme communauté des croyants qui témoignent du Christ dans le monde, est un des lieux où cette réalité fondamentale de l'Église, Corps du Christ, prend chair et devient visible au milieu du monde(Règle de Vie, 13 et 1), souvent avec des couleurs et des résonances particulières selon les cultures et les traditions propres à chaque pays : « Communauté paroissiale », « Communauté chrétienne », « Communauté de communautés », « Famille de Dieu », « Famille des familles », « Peuple de Dieu » …

De cette manière, en fidélité avec la vision apostolique large de notre Fondateur, notre engagement en paroisse s'inscrit dans cette mission de l'Église reçue du Christ, à savoir « rassembler toutes les femmes et tous les hommes dans le Peuple de Dieu », en annonçant « le Royaume de Dieu en nous et autour de nous »(8), Royaume des prophètes, des prêtres et des rois.

Cependant, fidèles à l'intuition du Fondateur, les Assomptionnistes auront, même en paroisse, toujours le cœur large et les yeux ouverts aux apostolats d'évangélisation qui sont parfois inhabituelles dans l'Église locale(9), notamment :

  • la pastorale des jeunes,
  • des apostolats qui favorisent le dialogue avec les autres chrétiens et les autres religions,
  • des apostolats missionnaires ou d'évangélisation envers ceux qui sont loin de la communauté paroissiale ou envers ceux qui ne connaissent pas Jésus-Christ,
  • une mission dans un contexte social problématique (auprès d'une communauté importante d'immigrés, de « squatters » ou des enfants de la rue, par exemple)…

(P. Richard Lamoureux, « Une force prophétique ». Vocation religieuse apostolique et ministère sacerdotal, p.16.)

Une vie Apostolique Communautaire – « Apôtres pour les fidèles, fidèles avec les fidèles »


« Nous prenons pour devise ces mots de l'oraison dominicale : Adveniat Regnum Tuum, et ces paroles de l'office : Propter amorem Domini Nostri Jesu Christi. L'avènement du Règne de Jésus-Christ pour nous et le prochain, voilà ce que nous nous proposons avant toutes choses. »

(Règle de Vie, 1)

 L'esprit de famille et de communion : en paroisse, il s'exprime et se développe notamment par :

  • le souci de l'unité et de la fraternité. La communauté assomptionniste en paroisse est là pour promouvoir la communion entre les laïcs et les religieux d'une part, entre les laïcs eux-mêmes d'autre part. Ce qui exige d'abord de la part des religieux un témoignage de vie fraternelle ;
  • la responsabilité des laïcs dans le projet pastoral de la paroisse : ceux-ci doivent prendre part au discernement, à la prise de décisions, à leur exécution ;
  • la prise en compte de la famille comme cellule d'Église, de l'éveil à la vocation religieuse et sacerdotale, des réalités et de l'avenir des jeunes, dans tout projet pastoral ;
  • des célébrations et des temps d'amitié qui rassemblent tous les membres de la communauté avec les paroissiens, en des moments significatifs, comme les grandes fêtes liturgiques et la fête patronale.

L'esprit doctrinal

L'annonce de la Parole de Dieu, de la Bonne Nouvelle du Christ est au centre de notre spiritualité, de notre action, de notre liturgie, de notre prédication comme de nos œuvres. Chaque communauté paroissiale aura à cœur de développer cet esprit doctrinal :

  • par la formation permanente des pasteurs, (Ratio Institutionis, n° 171 à 182)
  • dans la catéchèse auprès des enfants comme des adultes,
  • par des réunions ou des cours bibliques,
  • dans la préparation des enfants, des jeunes, des fiancés, des parents à recevoir les sacrements,
  • par la lecture et l'explication des textes du Concile Vatican II, et autres grands textes de l'Eglise,
  • par des soirées ou des sessions sur la spiritualité augustinienne et assomptionniste.

L'esprit œcuménique 


Il s'exprime en termes de dialogue et d'ouverture, dans l'accueil des autres confessions chrétiennes et des religions non chrétiennes, dans l'affirmation éclairée de la foi catholique, selon la tradition transmise par notre longue présence dans l'Europe de l'Est (confession orthodoxe) et en Turquie (terre d'islam). La Semaine de Prière pour l'Unité des Chrétiens est un moment particulier de dialogue et de rencontres dans chaque paroisse et dans chaque diocèse.

L'esprit social et l'attention aux pauvres

Les réalisations locales, les expériences et initiatives parfois personnelles, les difficultés rencontrées sont nombreuses et anciennes. Elles oscillent

  • entre l'aide ou l'accompagnement d'une part et l'éducation à la liberté d'autre part,
  • entre les services gratuits souvent indispensables et la prise en charge de sa vie,
  • entre le respect des droits et celui des devoirs,
  • entre les nourritures terrestres et les nourritures spirituelles.

L'engagement solidaire avec les pauvres comprend aussi la participation des religieux et des laïcs dans les mouvements et les instances pour la justice sociale. Chaque communauté en charge d'une paroisse est invitée ainsi:

  • à créer un groupe ou une commission « Justice et Paix »,
  • à travailler avec les services diocésains (Secours Catholique, Caritas, Pastorale des Migrants ou des réfugiés…), les organismes, les associations de solidarité internationales ou propres à chaque pays.

La paroisse assomptionniste est aussi attentive à la participation active des personnes plus pauvres comme membres effectifs de la paroisse et de l'Église.

L'internationalité

L'Assomption est une congrégation internationale. Cette réalité, don du Seigneur, est à vivre et à développer, entre autres initiatives,

  • par le jumelage entre paroisses,
  • dans l'accueil de jeunes en formation,
  • par l'appel et l'échange de jeunes volontaires,
  • par la visite et la rencontre de chrétiens de pays différents.

Les paroisses confiées aux assomptionnistes

Témoignage du Père Guy Clerc, assomptionniste et curé de paroisse à Loos-lez-Lille

Vivre et porter la mission de l’Eglise dans une paroisse prolonge et actualise l’esprit de l’Assomption tel que notre fondateur, le père Emmanuel d’Alzon l’a vécu et voulu lui-même.

« Pour l’amour de Jésus Christ et ce qu’il a le plus aimé au monde, Marie et l’Eglise »
« Que ton Règne vienne ! »

Emmanuel d’Alzon a été vicaire général d’un diocèse tout au long de sa vie de prêtre, de religieux, au service de l’Eglise locale, à Nîmes tout en déployant une vision et une action universelles.

Personnellement, je l’avais découvert en étant aumônier d’étudiants, d’abord à Montpellier, puis à Lille.

Depuis une quinzaine d’années, je suis au service d’une paroisse, d’abord à Toulouse puis à Loos-Lez-Lille.

Au service de l’Eglise locale : par les « tâches et les services généraux » de toute paroisse, et surtout dans les initiatives que permettent et le soutien d’une communauté religieuse et l’esprit de l’Assomption :
cette dimension de la prière, de la relation, de la mission (lancement du Parcours Alpha, par exemple), de l’accompagnement des personnes.

Récemment les chapitres assomptionnistes ont reformulé cet esprit commun :

« hommes de foi, hommes de communion, solidaires des plus pauvres. »

Sans en faire un monopole, cet esprit est un bon moteur pour lancer ou soutenir des services, des initiatives, donner cet équilibre entre l’action et la contemplation.

Ou selon l’Evangile : qu’une communauté, une paroisse, un baptisé soit « sel et lumière ! »