Aidan (Bertrand-Joseph) KENNY – 1891-1978

Nottingham, 1932, 1933.
« Les enfants nous ont quittés aujourd’hui pour les vacances de Noël. J’ai
raison de croire qu’ils font bonne impression et profitent des avis qu’il
reçoivent, car de différents côtés on m’a assuré qu’ils ont la réputation
de soutenir avantageusement la comparaison avec les élèves des nombreuses
écoles secondaires de la cité de
Nottingham et des environs. Naturellement les religieux sont bien aises de
recevoir de pareils témoignages dont la spontanéité semble garantir la
sincérité. Nous entreprendrons toutes sortes de travaux d’aménagement et
d’amélioration pendant ces vacances afin que tout marche encore mieux au
prochain trimestre. J’espère pouvoir inviter Mgr Mc Nulty à une réunion de
parents et d’élèves dans les environs de Pâques… L’évêque auxillaire du
cardinal est venu confirmer 43 adultes, tous convertis depuis deux ou trois
ans. Nous sommes de plus en plus considérés dans notre quartier de 110.000
habitants. Je calculais qu’en dehors des organisations d’intérêt général,
catholiques
ou paroissiales, je faisais partie de 6 Comités locaux: conférences
publiques, aide aux sans-travail, abolition des taudis?».

Religieux de la Province d’Angleterre, assistant provincial ( 1948).

Formation sur le continent.

Bernard-Joseph Kenny est né le 8 janvier 1891 à Derby, en Angleterre, au diocèse de Nottingham. Il suit d’abord les cours de l’école Sainte-Marie à Derby avant de devenir alumniste en Belgique à Sart-les-Moines (1910-1914), après un court séjour à Bethnal Green où il a été mis en contact avec l’Assomption. Quand survient la première guerre mondiale, il se trouve sur le continent en préparation pour le noviciat à Limpertsberg au Luxembourg, sous la direction du P. Antoine de Padoue Vidal, mais les conditions difficiles de l’époque ne lui permettent pas de commencer réellement un temps de noviciat. Il est toujours postulant en 1917: le P. Eustache Pruvost, son ancien supérieur à Sart-les-Moines, lui souhaite plus de souplesse dans l’obéissance. Ce n’est que le 11 février 1918 qu’il prend l’habit à Louvain sous le nom de Frère Aidan et qu’il peut enfin y commencer son noviciat canonique sous la direction du P. Possidius Dauby. Il prononce ses premiers v?ux le 19 mars 1919: « Le Frère Aidan a une pointe d’esprit personnel. Il fait bien tout ce qu’il a la charge de faire. Il est très soigneux, très propre. Il s’est dévoué d’une manière remarquable pendant notre épidémie de grippe le mois de novembre 1918 ». Considérant les deux années passées au Luxembourg (1915-1917) comme accordées à la philosophie, il ne passe qu’un an à Taintegnies (1919-1920) et revient à Louvain pour les études de théologie (1920-1924). Profès perpétuel le 20 mars 1922, le Frère Aidan est ordonné prêtre par Mgr Louis Petit le 27 juillet 1924. « Religieux sérieux, délicat, épris de l’esprit de famille de l?Assomption, il saura approcher les âmes à cause de son zèle et de sa distinction native »: c’est en ces termes prometteurs

que le P. Possidius Dauby se porte garant de la vocation du P. Aidan. Son séjour sur le continent lui a permis d’apprendre les langues française et allemande.

Parcours de vie apostolique.

Rentré en Angleterre après sa formation, le P. Aidan fait alors partie du vicariat d’Angleterre, sous la juridiction de la Province de Paris, jusqu’en 1946 où l’Angleterre devient une Province assomptionniste. Il est affecté au ministère paroissial à Londres (Bethnal-Green), de 1924 à 1925. Il enseigne ensuite au collège de Hitchin (1925-1931). Il passe ensuite à Nottingham, de 1931 à 1945, où il est supérieur-fondateur de la communauté (13 août 1932). Il enseigne à la Becket-School dont il est à l’origine en 1931 (1) et dont il garde la direction jusqu’en 1944, date à laquelle le P. Andrew Beck, futur évêque et archevêque, lui succède. En 1945, il revient à Londres, à la communauté de Bethnal Green. Il fait rebâtir avec les dommages de guerre l’école primaire sinistrée. En 1952, il retrouve la paroisse d’Hitchin en qualité de curé. En 1961, le P. Aidan, arrivé à l’âge de 70 ans, prend une retraite méritée à Charlton. Il est successivement affecté à Foxholes et Hitchin. C’est le 5 janvier 1978 qu’il trouve la mort, à Traford Abbey, dans le Middlesex, à 86 ans, doyen d’âge de la Province d’Angleterre. (1) Le collège de Nottingham voit en effet ses débuts en 1931, bien modestement. Après une première année de démarrage, il compte 46 élèves en octobre 1932, avec un encadrement de 4 religieux. En mai 1932, la ville de Nottingham est désolée par une grave inondation du Trent qui roule ses eaux en bordure de la propriété des religieux, renverse la palissade et dégrade les murs. L’alerte est rude, il faut renvoyer provisoirement les élèves dans leurs familles. La rue Wilford Lane qui est la voie d’accès au collège est transformée en un véritable fleuve aux eaux tourbillonnantes. Il faut même organiser un service de barques pour les déplacements d’urgence. Les religieux ont déménagé tout le rez-de-chaussée de l’immeuble, les caves sont toutes inondées. Le curé de la paroisse voisine, P. Royds, est même resté prisonnier plusieurs jours au premier étage de son presbytère. La population croit se rappeler que ce phénomène est cyclique et qu’il se reproduit à peu près tous les vingt ans: 1875, 1910, 1932… Pour le collège, la dépense est imprévue et vient grever un budget déjà précaire en raison de la fondation récente.

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (I) 1975-1980, p. 53. [Nous n’avons pas de trace dans bulletin de la Province d’Angleterre de l’époque, Assumption Today, d’une notice biographique sur le P. Aidan Kenny]. Lettres du P. Aidan Kenny, Nottingham, 22 décembre 1932 et 16 juin 1933. Dans les ACR, du P. Aidan Kenny, correspondances (1928-1951), rapports sur Nottingham (1931-1938), sur Bethnal Green (1949-1951), sur Hitchin (1952-1957).