Albert HECKEL – 1924-2006

Sur les six enfants de la famille Heckel, l’un est devenu jésuite puis évêque coadjuteur de Strasbourg, un autre Assomptionniste et leur unique sœur Petite Sœur de l’Assomption. La vie d’Albert a été marquée par une santé fragile (on lui a enlevé un poumon). Cela ne l’a pas empêché d’être un grand travailleur, toujours disponible pour les missions qu’on lui confiait : le service de communautés comme supérieur à Souffelweyersheim, St Sigismond et comme économe à Miribel, Valpré, Lyon Debrousse et, surtout, comme économe de la Province de Lyon. Il fut un économe actif, organisé, dévoué, soucieux du bien commun. Il a été de ceux qui ont assuré le succès du passage de la responsabilité de Bayard de la Curie générale aux Province françaises. Quand il le pouvait, il aimait assurer des tâches pastorales. Compétent, sérieux, voire, rigoureux, il savait aussi faire preuve de compréhension. Souvent critique devant les évolutions sociales ou ecclésiales, il cherchait à toujours mieux comprendre les mutations en cours. Malgré, parfois, une certaine raideur dans les propos, surtout quand il se sentait déstabilisé, il était apprécié pour sa simplicité, et sa capacité à établir une relation naturelle et amicale avec ses interlocuteurs. Venant, affaibli et fragile, de la maison de Souffelweyersheim, il n’aura vécu que deux mois à St Sigismond.

Bibliographies