Claude Brias – 1928-2014

Claude Brias est né le 2 avril 1928 à Saint-Colomban (Loire-Atlantique). Son père, Jean, et sa mère, Angeline Dautais, sont des paysans. Il a un frère plus âgé qui sera chauffeur-routier à Valette (Loire-Atlantique), et une sœur, décédée très jeune.

Claude est baptisé le 3 avril 1928, le lendemain de sa naissance. Il fait sa confirmation à 9 ans, en 1937. Il se pose peu de questions; un peu fataliste, il est toujours heureux de ce qui lui arrive. Il veut  faire  la volonté de Dieu. A 11 ans, il entre à l’alumnat assomptionniste de Saint-Maur  (Maine-et-Loire), puis trois ans plus tard au séminaire assomptionniste des vocations tardives de Blou, toujours en Anjou.

            En 1944, il  a 16 ans, il décide de devenir religieux assomptionniste ; il entre au noviciat de Pont-l’Abbé d’Arnoult (Charente-Maritime), prend l’habit religieux en septembre et devient le Frère Jean-Claude. Le 9 décembre 1945, il prononce ses premiers vœux de religieux assomptionniste.
            De 1946 à 1948, il est à Layrac (Lot-et-Garonne) pour les études de philosophie.

En 1948-1949, il fait son service militaire à Nantes, Bordeaux et Mont-de-Marsan. En 1949, il retourne à Layrac pour ses études de théologie. Il fait ses vœux perpétuels le 8 décembre 1951, et est ordonné prêtre le 25 février 1953. Il a 25 ans. Il est alors nommé surveillant au collège Sainte-Jeanne-d’Arc à Tarbes. En 1954, il est nommé professeur de français-latin-grec à Agen, d’abord au collège Saint-Caprais, puis au collège Sainte-Foy : un long ministère d’enseignant qui va durer 34 ans. Il est un bon professeur, il aime bien ses élèves qui le lui rendent bien ! En 1988, il quitte l’enseignement et commence un apostolat paroissial à Notre-Dame-de-Salut à Bordeaux-Caudéran où il reste 18 ans !

            En 2006, Claude Brias a 78 ans ; il revient à Agen, dans la communauté de la rue Goumy, pour une semi-retraite ; il continue à  rendre de nombreux services dans plusieurs paroisses, et devient le confesseur de la communauté de Layrac.

En 2013, au cours d’un voyage à Bordeaux, il tombe malade, et va, pendant des mois, lutter courageusement contre son cancer. A Bordeaux d’abord, puis à Layrac ! Il ne se plaint jamais ! Devenu à moitié aveugle, il fait ce qu’il peut pour être le moins possible à charge pour les autres. Le mardi saint, 15 avril, il reçoit le sacrement des malades au milieu de ses frères. Il garde son sourire jusqu’au bout !

Il est décédé le 17 juin au matin, dans sa quatre-vingt septième année !

Ses obsèques ont eu  lieu à Layrac, le vendredi 20 juin.

La messe a été célébrée par le supérieur, le P. Yvonnek de Villers, le P. Jacques Raffin a prononcé l’homélie. L’assemblée était particulièrement nombreuse, environ une centaine de personnes. Il a fallu remplir la tribune et sonoriser la sacristie. Des membres de sa famille dont son frère, Raymond, et des neveux et nièces étaient venus de Nantes et de Valette. Un certain nombre d’assomptionnistes dont le P. Provincial et le P. Cabanac s’étaient excusés. Le diocèse d’Agen, quant à lui, était bien représenté, ainsi que la paroisse Notre-Dame-de-Salut de Bordeaux-Caudéran, la communauté des sœurs de la Sainte-Famille de Bordeaux. On pouvait aussi noter la présence d’un grand nombre d’anciens élèves des lycées Saint-Caprais et Sainte-Foy.

Bibliographies