Eugenius (Deo Cornelis) WEEVERS – 1919-1989

On sait que la Règle de Vie est faite pour les ‘cohabitants’ et qu’elle
traduit là une aspiration très actuelle de l’Assomption et nullement
dépassée. Mais il faut partir de la situation concrète, allier réalisme
pastoral et idéal, et avancer, quelle que soit la structure communautaire,
dans la ligne de toutes les solidarités à la fois: financière, humaine,
ecclésiale, assomptionniste, spirituelle. Une ou deux ne suffisent pas. La
vraie solidarité est comme la sève. La sève ne choisit pas ses branches.
Elle veut tout irriguer. Et qui sait où elle s’arrêtera? La sève vit et
reste tendue vers la vie, le fruit.
Pour la sève, l’hiver est le temps de l’espérance. C’est dans une Eglise
locale que nous devons travailler, mais en restant
ouverts sur l’Eglise universelle. Les orientations pastorales nous viennent
de l’Eglise locale. Mais la qualité apostolique de vos travaux gagnera à
s’inspirer de l’esprit assomptionniste que vous redécouvrez peu à peu cette
année. En particulier, le sens de l’Eglise, l’amour de l’Eglise et de son
unité, notre volonté instinctive d’être en
communion avec nos évêques et le Pape me semblent une actualité brûlante et
constituer une véritable spécificité
originale, même si ça coûte cher
… ». H. Stéphan.

Religieux de la Province des Pays-Bas. Une vie religieuse vécue largement hors communauté. Deo Cornelis Weevers est né le 10 novembre 1919 à Zevenbergen, aux Pays-Bas, dans le diocèse de Bois-le-Duc. Il commence ses études secondaires au petit séminaire du Sacré-Cœur à Tilburg (1933- 1937) et les termine à l’école apostolique Sainte- Thérèse de Boxtel, de 1937 à 1939. Le 24 septembre 1939 il prend l’habit religieux au noviciat de Bergeyk, sous le nom de Frère Eugenius. Il prononce ses premiers vœux à Bergeyk, le 25 septembre 1940. Après les études de philosophie (1940-1942) et de théologie (1942-1946), il est ordonné prêtre le 12 mai 1946. Le P. Eugenius est apprécié pendant son temps de formation comme un religieux bon, vif, simple et distingué, éprouvant un attrait pour les oeuvres de jeunesse et pour un apostolat de type plutôt social. En septembre 1946, le P. Eugenius commence son travail pastoral à Oosterbeek. En 1947, il est nommé vicaire à Valkenswaard. En 1948, le voici recteur de la maison de La Salle à Boxtel. En 1949, il devient vicaire dans une paroisse du Limbourg, à Hout Blerink. En 1954, il vient à Herkenbosch. Le P. Wiro Van Den Dungen, provincial des Pays-Bas, le nomme conseiller de la communauté, faisant fond sur de solides qualités reconnues par ses confrères: Le P. Eugenius est d’un caractère sérieux, faisant preuve d’un grand sens du devoir et d’une belle régularité. Certes il manque un peu de pratique dans l’exercice de la vie commune parce qu’il ne l’a guère connue dans un contact journalier après le temps de sa formation, mais il est moins sombre qu’autrefois. De là, de 1955 à 1957, il passe chapelain à Achthuizen. En 1957, le P. Eugenius retourne définitivement au Limbourg. Il est d’abord vicaire à Reuver, puis, en 1958, on le nomme chapelain à Posterholt et en août 1961 à Vlodrop où il oeuvre 28 ans, Page :365/365 jusqu’à sa mort, survenue le 25 avril 1989 à Roermond (Ruremonde). Le 24 avril, atteint d’un1infarctus, il a été en effet conduit à l’hôpital Laurentius à Roermond. Il est inhumé le 29 avril au cimetière de Vlodrop, sa dernière paroisse. Impressions du P. Claude Maréchal sur la Province de Hollande. « J’énumère sous ce titre cinq aspects de votre réalité provinciale que j’ai découverts ou mieux compris durant ma visite. 1) Le fort pourcentage d’expatriés: beaucoup d’entre vous ont passé toute leur vie ou une partie loin de la Hollande, au Brésil, au Zaïre, en Nouvelle-Zélande, en France. C’est à juste titre que l’Assomption pouvait être qualifiée en Hollande de congrégation missionnaire. 2) La forte proportion de religieux travaillant en paroisses. Il n’en est pas ainsi dans toutes les Provinces. La sensibilité pastorale de votre Province en est marquée. C’est une conséquence de votre histoire car de très nombreuses reconversions pastorales s’imposaient avec la fermeture de vos communautés enseignantes. C’est aussi un choix délibéré de province: au moment où il n’y avait plus assez de prêtres au service des paroisses, vous avez choisi d’y investir vos forces, car faire naître et croître des communautés chrétiennes est une priorité. 3) La coexistence de communautés locales et régionales. C’est l’un des traits caractéristiques de votre Province. Je crois avoir mieux compris pourquoi il en est ainsi. Bien des éléments ont obligé la Province à faire ce choix. Vous avez cherché à maintenir rassemblés les membres des communautés constituées en imaginant des projets pastoraux originaux, le jour où leur mission première n’était plus possible. En plusieurs lieux, vous êtes restés ensemble aussi longtemps que ce fut possible. Mais le poids des années pèse lourd quand la relève fait défaut. La marge de manœuvre est de plus en plus étroite. Toutes ces circonstances sont à prendre en considération… 4) L’importance du presbytéral et du ministère pastoral chez beaucoup de religieux prêtres. C’est un aspect positif qui correspond bien aux orientations de Vatican 11, de notre Règle de vie, du dernier chapitre général. Prêtres, nous sommes aussi religieux, religieux assomptionnistes. Notre vocation religieuse a besoin d’être autant approfondie que vérifiée que notre mission de prêtre. Sinon elle stagne ou dépérit. L’une et l’autre demandent à être respectées et mises en valeur. 5) La diversité des sensibilités pastorales. Je n’ai jamais imaginé l’Assomption en Hollande comme un bloc compact. Mais je ne la croyais pas si diversifiée. L’arc-en-ciel pastoral a une large gamme de couleurs bien marquées! Ces cinq aspects que j’ai retenus, ce sont des traits du visage de votre Province. Ceux qui m’ont frappé et pas nécessairement les plus marquants. J’espère tout de même que vous vous reconnaîtrez, que vous ne vous trouverez pas trop défigurés. J’ai cherché à m’informer de mon mieux avant de porter une appréciation nuancée. Je n’en suis que plus à l’aise pour attirer votre attention sur trois points qui me tiennent à cœur … ». Documents Assomption, 1989, n° 14, p. 57-59. Page :366/366

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (IV) 1987-1990, p. 56-57. De Schakel, juni 1989, p. 101-106. Continuer la reconstruction communautaire: Lettre du P. Hervé Stéphan, Supérieur Général aux Religieux de Hollande,.n° 21 (mars 1980), page 7. Dans les ACR, une correspondance du P. Eugenius Weevers publiée dans de Schakel (1946).