Gaston DUPONT – 1922-1993

Hommage d’un confrère

« Là encore [Lourdes], c’est sans compter que le Frère Gaston entreprend
l’ind impensable et prenante charge matéri el le du pèlerinage national.

Pionnier du transport par camion, combiend’heures a-t-il passées pour
aménager les abords du Rosaire, préparer les objets nécessairesà la
bonnemarche du pèlerinage? Là encore nous voyons un Frère Gaston, rel
igieux missionnaire à sa façon. Par
les panneaux et les banderoles, il s’adresse à ces mi Il !ers de pèlerins.
Sa prédication se fait avec du visuel. Les autres rel igieux récoltent les
fruits: rencontres, échanges, conf essions. Qui sait le nombre de pèlerins
qui, voyant ces panneaux,ontentenduou découvert un appel, soit un rappel à
une mise à jour de
leur foi, comme Marie l’a demandé à Bernadette? ».

Extrait de l’homélie des obsèques du Frère Gaston par le Frère Denis
Dupuis, septembre 1993.

Gaston DUPONT

1922-1993

Religieux de la Province de France.

Un temps de formation coupé par la guerre.

Gaston Dupont est né le 13 juin 1922 à Payré (Vienne). Il perd son père, menuisier, en 1925. Il peut accomplir des études au collège Stanislas de Poitiers, grâce à son cousin , le chanoine Parnaudeau, puis à partir de 1937, dans la section des vocations tardives de l’école cléricale de Châtillon-sur-Sèvre (Deux- Sèvres). En 1940, il entre au grand séminaire de Poitiers que, réfractaire au S.T.O. (service du travail obligatoire), il quitte en mai 1942. Revenu en 1945, il n’y reste pas longtemps, les études lui étant trop pénibles. Il rencontre alors l’Assomption, à Bordeaux (Gironde), semble-t-il. Décidé à vivre la vie de frère coadjuteur, il commence un temps de postulat aux Essarts (Seine-Maritime) au printemps de 1948. Il prend l’habit le 31 octobre 1948 et fait son noviciat sous la direction du P. Louis Deydier d’abord, puis du P. Pierre Coulet. Il prononce ses premiers vœux le 13 novembre 1949: « Religieux affable, travailleur dans les domaines qui lui plaisent, un peu désordonné, sa nonchalance est compensée par un grand dévouement pour les travaux de la ferme ». En 1953, il lui est demandé de prolonger d’un an le régime des professions annuelles et, le 21 novembre 1954, il peut prononcer ses vœux perpétuels à Lormoy (Essonne), son année à Montmirail (Marne) ayant donné pleine satisfaction à ses Supérieurs. Ses dons pour l’électricité et la mécanique le rendent précieux dans de nombreuses communautés, comme en font foi ses états de services suivants:

Une vie de service.

1948-1953, Les Essarts: travaux à l’atelier, entretien de la propriété, travaux agricoles.

1933-1954, Montmirail: travaux d’entretien au presbytère, à l’église et à la sacristie.

1954-1964, Lormoy: travaux d’entretien, de ravitaillement, travaux agricoles.

1964-1970, Paris maison provinciale: travaux d’entretien et de ravitaillement.

1970-1976 Les Essarts: économat de la communauté. Il a un premier accident de santé en 1975.

1976-1981, Paris rue François ler: services divers pour la communauté et les pèlerinages.

1981-1986, Sceaux (Hauts-de-Seine): travaux de l’entretien et des courses, mais également services matériels au bénéfice des communautés de la région. Le Frère Gaston a un deuxième accident de santé.

1986-1989, Nîmes (Gard): services divers et repos. Très malade au cours de l’été 1989, le Frère Gaston séjourne chez son frère à Bègles, près de Bordeaux, avant de rejoindre Layrac (Lot-et- Garonne).

1989-1993: en maison de repos à Layrac.

Arrivé à Layrac en septembre 1989, le Frère Gaston est méconnaissable pour ceux qui l’ont connu en pleine activité. Son état ne fait qu’empirer. Il passe de longs mois en chambre, le corps inerte et l’esprit absent, soigné par les religieuses au dévouement admirable, avant de s’éteindre le 7 septembre 1993. Il repose au caveau de l’Assomption. Son ami et compagnon de longue, notamment au pèlerinage national de Lourdes, le Frère Denis Dupuis prononce l’homélie des obsèques, évoquant une vie de dévouement et de foi intacte.

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (V) 1991-1993, p. 114-115. Assomption France Nécrologie (1992-1993), p. 280-281. Notices Biographiques