Georges BISSONNETTE – 1921-1994

Audience et ambiance vaticanes.
Le P. Antonino Corpacci a sollicité une audience spéciale du pape Pie XII
pour le P. Bissonnette en partance pour Moscou. Nous sommes à Rome, le 16
janvier 1953. « On nous place dans la salle avant celle du Tronetto. Nous
serons seuls: P. Kernoa, assistant général et le P. Bissonnette. Mgr
Montini
(futur Paul VI) sort d’audience privée. Mgr Callori du
Vignale s’informe si le P. Kernoa est celui qui va à Moscou. J’explique
qu’il s’agit du P. Bissonnette lequel ne fait que passer par Paris. Le
Saint Père (Pie XII) arrive, plein de bonté. Je demande une bénédiction
pour les persécutés de Bulgarie. Le Saint Père déplore cette situation bien
malheureuse. Je demande une bénédiction surtout pour le P. Bissonnette:
‘C’est celui qui vient d’obtenir un visa?’, Pie XII s’informe du P.
Brassard: ‘Vous avez dû le remplacer?’. J’explique que je le lui avais
promis à cause du caractère pénible au point de vue moral, le Père ne
pouvant même se confesser au prêtre de Saint-Louis. Pie XII acquiesce:
‘C’est ce qu’ils appellent liberté. Il y a uniformité’. Il commente le
mensonge des prêtentions soviétiques à assurer la liberté.
‘Je bénis de tout cœur toute l’Assomption ».

Religieux de la Province d’Amérique du Nord.

Formation.

Georges Bissonnette naît le 22 juillet 1921 à Central Falls, Rhode (USA). Il fait ses premières études à l’école paroissiale St Matthieu et termine les années de secondaire au ‘high school’ au Collège de l’Assomption à Worcester en 1939. Suivent les quatre années de collège interrompues en 1942-1943 par l’année de noviciat et terminées en 1944 avec le baccalauréat. Il enseigne au collège de Worcester en 1944-1945 et rejoint ensuite la communauté de Sillery au Québec où les scolastiques font alors les quatre années de théologie à l’Université Laval. Il y obtient le baccalauréat en théologie en 1947 et la licence en 1949, l’année de son ordination sacerdotale. Il revient enseigner à Worcester de 1949 à 1951. A cette époque on songeait à pré- parer quelques jeunes religieux pour répondre aux besoins de la mission à Moscou et à créer un programme d’études soviétiques au collège de Worcester. C’est ainsi que le P. Georges est appelé à poursuivre des études supérieures, d’abord à l’Université Fordham (New York City) où il obtient une maîtrise en sciences politiques (1952), ensuite à l’Université Georgetown de Washington où il poursuit l’étude des sciences politiques et s’initie à la langue russe.

Un américain en poste à Moscou (1953-1955).

En janvier 1953, le P. Georges est appelé à rem- placer le P. Antonio Laberge au poste d’aumônier des catholiques américains en URSS. Mais dès 1955, lorsque Washington refuse d’accorder un visa résidentiel à un exarque soviétique soupçonné d’espionnage, Moscou expulse le P. Bissonnette. Revenu en Amérique, le Père publie ‘Moscou was my Parish’, un best-seller qui paraît ensuite aux éditions de la B.P. sous le titre ‘Moscou ma paroisse’.

Professeur et conférencier (1959-1987).

Le P. Georges s’inscrit à l’Université Columbia de New-York et y suit des cours de droit. En 1957, il obtient la maîtrise en droit et en 1958 le doctorat en droit public. Il reprend alors l’enseignement à Worcester, est directeur du ‘Foreign Affairs Program’ et professeur de Sciences politiques. En 1962, il devient ‘academic dean’, c’est-à-dire préfet d’études. En 1968, il est nommé président du collège. Il doit faire face au malaise qui règne alors dans les universités américaines. La réaction contre la guerre au Vietnam et une récession économique réduisent le nombre des candidats aux études et font diminuer les secours financiers indispensables à la survie des institutions privées. A l’Assomption de Worcester, il faut recourir à quelques licenciements, d’où l’insécurité qui gagne tout le personnel et même la crainte que le collège en vienne à devoir fermer ses portes, comme cela arrive ces années-là à plusieurs autres institutions. C’est dans une telle situation que le P. Georges est remplacé à la tête du collège en mai 1971. Il reprend ses cours de sciences politiques et d’histoire soviétique. En même temps il collabore avec le personnel affecté à la recherche de bienfaiteurs, de dons et de legs. Son affabilité lui permet d’élargir le cercle de ses relations. De plus il s’intéresse aux besoins de la ville de Worcester de diverses manières, y compris en étant un jour élu vice-président de la chambre de commerce municipale. Il figure au conseil d’autres institutions scolaires, telles le Worcester junior College et le Central New England College. En 1986, le P. Georges se voit attribuer le Community Service Award par la National Conference of Christians and jews. Le P. Georges joue aussi un rôle important dans les forces armées américaines, en donnant des cours à l’Army War College et à West Point Academy.

A partir de 1987 sa santé déclinante lui impose un rythme de retraite. En 1992, il est hospitalisé pour maladies chroniques. L’emphysème dont il est atteint lui rend la respiration difficile, le cœur finit par flancher. Le P. Georges s’éteint le 30 août 1994. Ses obsèques sont célébrées le 2 septembre dans la chapelle du Collège de Worcester.

Bibliographies

Bibliographie Documents Assomption, Nécrologe (VI) 1994-1995, p. 42-43. Assumption North America, september 1994, n° 7, p. 3-4. Assumptionists Deceased in North America, p. 17. Le P. Bissonnette a publié Moscou was my parisch, traduit en français Moscou ma paroisse, édit. Centurion, 1958. on lui doit aussi deux plaquettes: Education for today (Histoire du collège de Worcester), 71 pages at The Legend of a College (Assumption) s.d. (1984?), dactylographie de 98 pages. Il a publié dans l’Assomption, le Germe (Québec) de nombreux articles sur son expérience de vie moscovite. Les Archives détiennent une part de sa correspondance, mais aucun dossier à son nom.