Gustaaf De Pagie – 1929-2005

Le P. Gustavo De Pagie est né en Belgique, dans la province de Flandres Oriental, le 26 septembre 1929. Il fit son baccalauréat technique chez lui, à Saint Niklaas Waeset, et ensuite suivit des cours complémentaires à l’alumnat pour vocations tardives de Kapellen Op Den Bos. C’est à Taintegnies qu’il finit son noviciat et prononça ses premiers vœux, le 29 de septembre 1950. Ensuite il fit ses études de philosophie et de théologie dans le scolasticat de Bergeyk, aux Pays Bas, et fut ordonné prêtre le 4 août 1957.

Pendant quinze ans il travailla au collège Sainte Thérèse, récemment fondé à Kapellen Op Den Boss, et en 1972 il débarqua en Colombie. Pendant ses premières années là, il collabora dans la Fondation « Mi Casa », que le Père Luis Madina a.a. venait de fonder, où 150 enfants à faibles ressources trouvaient un foyer. Il fut curé de la Paroisse San Joaquín, et ensuite il fut transféré au Cascajal.

Cascajal était alors un quartier comme beaucoup d’autres, avec des baraques et petites maisonnettes d’adobe où les gens étaient résignés à vivre en pauvreté. Mais avec l’arrivée du P. Gustavo cette mentalité d’indifférence et de soumission commença à changer.

Grâce à l’appui de la Communauté Assomptionniste de la Province de Belgique Nord, et avec l’aide des professeurs et élèves du collège Sainte Thérèse de Kapellen op Den Bos, avec le produit d’une kermesse qu’il organisa, et d’un programme de recyclage de papier et beaucoup d’autres initiatives, en trois mois il eut assez d’argent pour acheter une propriété de 13 hectares au Cascajal.

Cascajal expérimenta une grande transformation et il devint agréable d’y vivre. Un comité d’auto-construction fut créé et c’est ainsi qu’on bâtit 80 maisons dans la propriété et une petite église avec des locaux paroissiaux. Le P. Gustavo était convaincu que l’Évêque y nommerait un premier curé, mais ce fut lui-même qui reçut la nomination ;  et la nouvelle paroisse fut placée sous le patronage de Saint Martin de Porres. Le P. Gustavo n’a jamais perdu de vue la tâche pastorale.

Il bâtit une petite école pour 50 enfants et il trouvait encore du temps pour être aumônier de la maison de repos des Soeurs du Sacré Coeur ainsi que d’une institution correctionnelle pour des jeunes délinquants dans la Vallée de Lili. Une fois par semaine il visitait les malades à Vista Hermosa, la prison centrale de Cali.

Étant d’une famille paysanne, il fit de la propriété un modèle agricole pour la région : Il acquit 15 vaches, 7 porcs, et des lapins et poules en grand nombre, planta des arbres fruitiers et organisa des potagers. Mais son premier souci était de rassembler les gens dans un projet communal, allant au-delà des valeurs purement matérielles.

Dans les tâches de sa vie quotidienne le P. Gustavo a montré envers les gens de Cascajal une bonté humaine, un amour, qui signifiait bien plus que d’élever des lapins et des poulets. Ce que nous savons avec certitude c’est que la vie de chaque religieux est seulement un petit fragment dans la transformation du monde. Il est arrivé au Cascajal quelque chose de positif qui peut être formulé de la manière suivante : Une vie accomplie de religieux, malgré les nombreux projets qu’il n’a pas pu mener à terme.

La P Gustavo est décédée le 3 août 2005, après avoir souffert une hémorragie cérébrale qui le confina dans une chaise roulante pendant les quatre années qu’il vivrait encore.

Par sa patience surnaturelle et la résignation dont il a fait preuve, il mérite d’être compté parmi les martyrs. Il prenait très au sérieux la Règle de Vie des Religieux Assomptionnistes qui dit : « L’esprit du fondateur nous pousse à nous faire présents là où Dieu est menacé dans l’homme et l’homme menacé comme image de Dieu ».

Il est enterré à Cali, dans le Cimetière Métropolitain du Nord


|

Bibliographies