Ivan Stanev – 1921-2001

Le Père Ivan Stanevtc « Le Père Ivan Stanev » (1921-2001) – France



Ivan Stanev est né le 2 novembre 1921 à Jitnistsa (Hambari), dans la région de Plovdiv en Bulgarie. Son frère Ferdinand, né en 1919, le précède et a parcouru le même chemin. Mais, en 1941, il meurt à Lorgues (Var). En 1933, il entre au petit séminaire de Yambol, dirigé par le Père Josaphat Shichkov, où il étudie les rudiments de la langue française avant de se rendre au collège Saint-Augustin, à Plovdiv, en 1936. Le collège est dirigé par le Père Ausone Dampérat. Il reste deux ans au collège et ensuite on l’envoye à Miribel-les-Échelles (Isère) pour poursuivre sa formation.
Il sera à Miribel de 1937 à 1941, le supérieur étant le Père Bernard Finaert. En raison de la guerre, le noviciat, après deux mois provisoires à Layrac (Lot-et-Garonne) se déroule principalement à Cavalerie (Dordogne) u2014 1941-1942. C’est le 16 octobre 1942 que le Frère Ivan prononce ses premiers vœux. Il est alors envoyé à Layrac pour suivre les cours de philosophie, de 1942 à 1944. Les études de théologie sont poursuivies à Lormoy (Essonne), sous la direction du Père Athanase Sage, de 1944 à 1946. C’est là qu’il prononce ses vœux perpétuels, le 1er novembre 1945. Ses deux dernières années d’études, il les passera à Scy-Chazelles (Moselle), de 1946 à 1948. C’est l’évêque de Metz, Mgr Heinz, qui l’ordonnera prêtre à Scy-Chazelles, le 22 février 1948.
Le 1er août 1948, le Père Ivan retourne en Bulgarie, son pays, qu’il ne va plus quitter et où il va vivre les événements douloureux de la persécution anti-catholique, après la prise de pouvoir par les communistes.
Il commence son apostolat comme directeur des séminaristes de Plovdiv, de 1949 à 1952. Il fera l’expérience de la prison, d’abord à Sofia puis à Béléné, de juillet 1952 à août 1953.
Il pourra, par la suite, reprendre une activité pastorale dans les limites de surveillance imposées par le régime. Le Père Ivan va être amené à changer fréquemment de paroisse, les autorités ne lui donnant pas l’autorisation d’une résidence prolongée dans un lieu. Ainsi on le trouve à Kaloyanovo (1954-1960), Douvanli (1960), Guénéral Nikolaevo (1960-1962), Plovdiv (1962), Jitnitsa (1962-1963), Yambol (1963-1968), Sofia (1968-1969), Miromir (1969-1973), Plovdiv (1973-1975), Kaloyanovo. La majorité de ces lieux qui sont situés dans un rayon de 40 km au nord et au nord-est de Plovdiv, comportent une paroisse latine, formant une toute petite minorité catholique assez compacte de 1000 à 7000 fidèles.
À partir de 1975, le Père Ivan dessert la communauté de Pokrovan, à 180 km au sud de Plovdiv, à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie et non loin de la Grèce. C’est une paroisse de rite oriental, et le Père vit pauvrement au milieu de ce peuple, pauvre lui aussi mais fort sympathique et très fidèle. En 2001, à deux reprises, en février et en mars, le Père Ivan doit être hospitalisé à Ivaylovgrad. Mgr Christo Proykov, successeur de Mgr Méthode Stratiev comme évêque de l’Église de rite oriental, résidant à Sofia, le fait transporter à Sofia au centre médical, tenu depuis 2000, par les Sœurs Eucharistines. Mais son état s’aggrave, il faut l’hospitaliser à Sofia pour tenter une opération au foie, malgré des risques de complication cardiaque à prévoir. Le 12 avril est tentée l’opération. Mais le 13 avril, qui se trouve être le vendredi saint, le cœur lâche ! Mgr Christo préside les obsèques le lundi de Pâques, le 16 avril 2001, dans notre église de l’Ascension à Plovdiv. Sont présents : le Nonce apostolique, Mgr Antonio Mennini, l’évêque latin de Plovdiv, Mgr Guergui Yovtchev, Mgr Méthode Stratiev, et une dizaine de prêtres concélébrants, et une foule nombreuse venue de Pokrovan et de Jitnitsa, le village natal du Père.
“Confrère joyeux, d’esprit large et confiant” dira le chroniqueur, il repose dans la concession de l’Assomption au cimetière de Plovdiv, auprès de tous ses frères donnés à la Mission d’Orient depuis près d’un siècle et demi.

Bibliographies