Jean-Berchmans BORGHOMS – 1914-1991

Religieux prêtre en paroisse.

« Il y a bien longtemps que je n’ai pas écrit, j’ai été si écrasé par le
travail, si las! Depuis mon déplacement Zepperen- Borsbeek, j’ai dû
m’adapter, j’ai dû oublier pour être tout à fait à ma nouvelle charge de
Curé de paroisse! Le travail spirituel à faire est immense! Je me rends
compte que si le spirituel n’arrive pas à prendre le pas sur les
réalisations matérielles, notre travail sera vain et le danger sera là de
voir sombrer des prêtres qui sont par vocation appelés en premier lieu à
promouvoir le règne de Dieu. Je me sens un peu isolé dans l’idée que toute
matière s’use et se désagrège, mais que seul l’esprit vivifie. Il me manque
cette bonne atmosphère religieuse que j’ai
respirée avec tant de joie dans toutes les communautés où je suis passé.
J’ai eu la très grande joie de faire la plus belle retraite de ma vie peu
avant mon installation, j’ai puisé du courage. Notre vocation religieuse
nous a habitués aux épaules, c’est là notre force et en isolés nous sommes
moins forts. J’essaie de bien soigner le culte liturgique, je voudrais
faire fleurir la vie eucharistique.
Pour la prédication, j’essaie de prêcher le dogme ».

14.01.1961 J. Berchmans.

Religieux hollandais de la Province de Belgique-Nord.

Jeunesse et formation.

Johannes-Berchmans est né le 18 novembre 1914 à Limbricht en Hollande, dans le diocèse de Ruremonde. Il fait ses humanités à Zepperen (1927-1931) et à Kappelle-op-den-Bos (1931- 1933). Il entre au noviciat de Taintignies où il prononce ses premiers vœux le 2 octobre 1934. Les études de philosophie se déroulent à Saint- Gérard (1934-1936), celles de théologie à Louvain (1937-1939). Une année de cure en sanatorium est nécessaire pour le rétablissement de la santé de Jean-Berchmans(1939-1940) , la démolition pendant la guerre du scolasticat de Louvain oblige le jeune étudiant rétabli à se réfugier à Saint-Gérard pour compléter son parcours théologique. Il est ordonné prêtre à Namur le 29 juillet 1941.

Vie apostolique.

En 1942, le P. Jean-Berchmans est nommé professeur au Bizet, tout en exerçant la fonction de prédicateur. De 1948 à 1952, il est supérieur à Zepperen et directeur de l’internat. De 1932 à 1954, il est maître des novices à Taintignies. De 1954 à 1960, il retourne à Zepperen où il est de nouveau supérieur. De 1960 à sa mort, il devient curé de la paroisse St Jan-Berchmans à Borsbeek, près d’Anvers. Il y fonde une communauté chrétienne dynamique et structurée. « Mon frère missionnaire, le P. Salvinus est chez moi pour le moment, afin de m’assister à l’occasion des fêtes de Noël. Il nous est revenu très fatigué et amaigri, mais depuis il a bien repris. Nous avions malheureusement perdu papa [Nicolas Borghoms] peu de temps avant son congé et je crains que pour maman ce seront également les suprêmes adieux. Pour le moment, nous sommes deux à Borbeek, le P. Marcel et moi:

Notices Biographiques A.A c’est une paroisse pas facile avec ses 3.000 âmes, mais il y a certes un bel avenir ici, à la porte de la grande ville d’Anvers qui se développe de jour en jour dans notre direction. Une petite prière pour nous afin de rester bien fidèles à notre vocation de prêtre et de religieux de l’Assomption ». Son idéal transparaît à travers cette correspondance datée du 17 décembre 196 1. Homme jovial et surnaturel, il est apprécié pour son dynamisme pastoral et ses qualités humaines: la discrétion, la compassion envers les malades qu’il prend le temps de visiter, la fraternité religieuse. Il sait jouer le jeu des relations cordiales avec les prêtres séculiers des environs et prendre conseil auprès du curé-doyen de Deurne. D’ailleurs les prêtres de la région ne sont jamais avares de compliments concernant le travail pastoral des religieux de Borsbeek et particulièrement du zèle du supérieur, le P. Jean-Berchmans. A l’âge de 75 ans, en 1989, ce dernier passe les rênes au P. Jef Bergmans, tout en continuant son labeur pastoral avec un grand sens du service. Le 25 juillet 1991, alors qu’il participe à la retraite annuelle de la province, à Saint-Gérard, un infarctus le terrasse.

Personnalité.

« La croyance inaltérable du P.JJean-Berchmans en la bonté de l’être humain dans lequel il reconnaît l’image de Dieu, le rend accueillant et chaleureux. Sa bienveillance, son audace et une certaine forme de naïveté brisent les barrières qui peuvent empêcher des rencontres en profondeur. Sa bonne formation intellectuelle, historique, philosophique et spirituelle, qu’il évite d’ét aler, constitue une base solide à des jugements sûrs et à des directives judicieuses. Son sens apostolique développé, sa cordialité, son humour et son réalisme, alliés à ses autres qualités, attirent à lui les confidences de personnes d’origines et de conditions très diverses et empêchent d’en rester au domaine de l’abstraction et du théorique ». Tels sont les principaux traits spirituels qu’évoque le P. Louis Augustijns à la sépulture du P. Jean-Berchmans.

Bibliographies

Bibliographie : Documents Assomption, Nécrologe (V) 1991-1993, p. 36-37. Onder-Ons, 1991. On conserve dans les archives de Rome du P. Jean-Berchmans (ou Bergmans) Borghoms quelques correspondances de 1949 à 1972, ainsi que des rapports sur Zepperen, Taintegnies et Borsbeek.