Jean-Gabriel (Lucien) FOSTY – 1910-1976

La question du bilinguisme.
« Le P. Provincial [Martial Ronveaux] vient de s’envoler pour Rome et je
n’ai pu encore écrire cette lettre. Vous m’avez dit que je pouvais toujours
vous écrire lorsque j’estimais devoir le faire pour vous éclairer ou vous
informer.
C’est l’heure ou jamais à l’occasion du ‘Concile assomptioniste’. J’ai
toujours été un fervent partisan du maintien de l’unité de la Province
belge. Mais, je vous en supplie, ou bien donnez- nous un Provincial
bilingue ou bien insistez auprès de l’actuel Provincial pour qu’il apprenne
au plus vite la seconde langue nationale. J’entends trop de remarques à ce
sujet. La reine Fabiola, espagnole, parle couramment maintenant et le
français et le flamand, de même le nouvel évêque de Liège, pourtant wallon.
Ensuite n’y a-t-il pas vraiment moyen d’imposer à tous nos étudiants et
novices la
connaissance, l’étude des deux langues nationales? Ceux qui partent au
Congo apprennent bien d’autres langues. Il y a ensuite la question de notre
économe local, le Frère Alphonse [Schoofs] dont je vous ai déjà parlé …
».
P. Fosty.

Jean-Gabriel (Lucien) FOSTY

1910-1976

Religieux de la Province de Belgique-Sud.

Une courte notice.

Lucien Fosty naît le 14 février 1910 à Gérouville, dans la Province du Luxembourg, en Belgique. Il fait ses humanités à Zepperen, de 1923 à 1926, et à Sart- les-Moines, de 1926 à 1928. Il entre au noviciat à Taintegnies, le 30 octobre 1928 sous le nom de Frère Jean-Gabriel et y prononce ses premiers vœux le 1er novembre 1929. Pour les études de philosophie il se rend à Saint-Gérard (1929-1931). Avant de commencer les études de théologie, il accomplit une année d’œuvre à Bure (1931-1932) et part à Rome (1932-1936). Il est profès perpétuel le 1er novembre 1932 à Rome et y est ordonné prêtre le 7 mars 1936. Il meurt dans une clinique de Bruxelles le 18 juillet 1976 et est inhumé à Gérouville le 20 juillet 1976.

Activités et apostolat.

Le P. Jean-Gabriel a déjà fait comme frère l’expérience de l’enseignement à Bure en 1931. Après son ordination, on lui confie deux cours pour les étudiants de Louvain, celui de liturgie et celui d’histoire ecclésiastique, de 1936 à 1937. Il devient ensuite aumônier de la J.O.C.F. à Bruxelles en 1937 et reste dans cette voie pastorale de longues années: aumônier fédéral des patronages à Bruxelles et professeur de religion à l’école professionnelle de la rue des Eperonniers, de 1937 à 1955; fondateur de la Confrérie de Sainte Rita en 1938 et de l’Association des Employés chrétiens en 1940; animateur du Tiers- Ordre des Hommes et des Noëlistes depuis 1947 . Le P. Jean-Gabriel collabore à la Libre Belgique de 1962 à 1976.

Un homme de paix dans une question qui divise.

On sait qu’en 1963, l’Assomption en Belgique en arrive à la scission en deux Provinces, Nord et Sud. Le P. Jean-Gabriel, parfaitement bilingue,

fait partie de ceux qui, devant le cours forcé de cette évolution, tient en toute occasion à garder le bien de la paix entre tous ses confrères, faisant pour sa part le choix de la Province du Sud. Témoin de cette attitude pacifiante, cette lettre du 4 juin 1963 au P. Wilfrid Dufault: « La nouvelle a provoqué quelques remous, mais sans gravité. Seul le P. Stéphane [Lowet] a réagi un peu violemment, mais en privé devant le P. Martial [Ronveaux]. A présent, c’est déjà le calme relatif. La circulaire du P. Général [P. Dufault] a ramené la paix, semble-t-il. Il était temps. Les nerfs du P. Martial cédaient, les miens aussi. Pour ce qui regarde le bilinguisme à La Madeleine, il faut absolument le maintenir. P. Martial me disait que le P. Philippe [Liessens] voulait déjà supprimer les sermons en flamand. J’ai protesté. J’ai promis formellement le bilinguisme lors des tractations pour la restauration de La Madeleine. Je M’y suis engagé personnellement, au nom de la Congrégation. L’évêché et la jonction (1) me l’ont fait promettre. Nos wallingants devraient le savoir. À tout moment, l’évêché peut nous reprendre La Madeleine. Je ne saurais trop y insister. Vous m’avez écarté comme Supérieur de Bruxelles et vous avez bien fait. Je ne sais comment vous en remercier. Mais, de grâce, ne nommez pas un trop jeune supérieur ni un unilingue. Je me permets d’y insister avec toute la déférence possible. Et si j’ai une faveur à vous demander, écartez-moi de toute charge, de tout honneur ou de toute responsabilité quelconque. Bruxelles est un problème que nos wallons ne comprennent pas. Le P. Martial commence à saisir. La division ne marque pas la fin de nos difficultés. Il nous faudra beaucoup de prudence et de fair-play. Laissez-moi à mon poste actuel. J’estime pouvoir rendre plus efficacement service où je suis et comme je suis qu’en occupant une fonction plus élevée, même si le Provincial y tient. Je vais aller à Paris rencontrer le P. Bisson afin de voir comment commencer, rue de Ligne, une centrale du Tiers- Ordre. J’aimerais vous rencontrer à ce sujet soit à Paris soit à Bruxelles. Il y a urgence pour l’orientation à donner à l’A.E.C (Association des Employés chrétiens) ». P. Fosty.

(1) Exactement la ‘Jonction Nord-Midi’, du nom de la société qui entreprit de réaliser la jonction entre la gare du Nord et celle du Midi à Bruxelles et qui était propriétaire de l’église de La Madeleine, d’où son intervention dans cette question.

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (I) 1975-1980, p. 31. Belgique-Sud Assomption, septembre 1976, n° 76, p.2. Lettre du P. Jean-Gabriel Fosty au P. Dufault, Bruxelles, le 7 octobre 1962. Du P. Jean-Gabriel Fosty, dans les ACR, des correspondances (1940-1965) et des traces écrites de ses différentes activités apostoliques: Manuel de l’Association des Employés chrétiens, 1944; livret sur ‘Marie de Woluwel, 1949; des articles sur la spiritualité augustinienne et assomptionniste et le Tiers-Ordre (1947-1948), des éditoriaux dans le Bulletin de l’A.E.C., des rapports sur les Fraternités du Tiers-Ordre de St Augustin en Belgique. D’après une remarque lue dans sa correspondance, le P. Fosty a écrit une vie de sainte Rita (absente des archives). Notices Biographiques