Joseph Bahati Syalemene – 1973-2007

Origine, naissance, initiation chrétienne

Le P. Joseph Bahati Syalemene, congolais, a vu le jour le 1er janvier 1973 à Vitsumbi, village situé dans le parc national des Virunga, aux abords du lac Idi-Amin, d’une famille modeste et chrétienne. Il est le deuxième garçon d’une famille comptant six enfants et dont deux garçons, petits frères du P. Joseph, nous ont déjà précédés dans la maison du Père il y a de cela dix-sept ans passés.

L’activité majeure du milieu étant la pêche artisanale, le P. Joseph s’y est adonné naturellement dans son jeune âge et s’est montré habile à manier la pagaie. Son village d’origine se trouve être Masereka, d’où ses grands-parents sont partis pour s’installer à Vitsumbi. Enfant, il n’était pas habitué à visiter Masereka à cause de la grande distance qui la sépare de Vitsumbi. C’est seulement à l’âge de vingt ans qu’il a commencé à fréquenter ce village, dans le but de se faire connaître de la famille paternelle.

De par sa situation géographique, Vitsumbi fait partie du diocèse de Goma et spécialement de la paroisse de Rutsuru desservie depuis une vingtaine d’années par les missionnaires Palotains. C’est donc là que le P. Bahati fut introduit dans l’Eglise, famille de Dieu par le sacrement de Baptême le 25 février 1973.La première communion sera reçue le 27 mars 1982 à Vitsumbi même et la confirmation interviendra le 25 mars 1989, dans la paroisse de Mweso, en territoire de Masisi.


Milieu éducatif

Le P. Joseph Bahati a fait ses études primaires à Vitsumbi même, de 1978-1985. Les études secondaires commencées à Mweso, mais ne pourront être achevées suite à la guerre tribale qui se déclencha, opposant la tribu hutu à la tribu hunde. Ceci obligea le P. Joseph Bahati à se déplacer à se déplacer en vue de trouver un milieu paisible pouvant lui permettre de parachever ses études secondaires. C’est ainsi qu’il se retrouvera à Butembo vers juillet 1992 et se fera inscrire à l’Institut Visogho où il obtiendra son diplôme d’Etat en 1995.


Expérience de la vie religieuse assomptionniste

C’est depuis le début de ses études secondaires qu’il a commencé à aspirer à la vie religieuse. Et à la fin de ses études secondaires le P. Joseph Bahati aspire à la vie religieuse assomptionniste par des contacts personnels avec le P. Marc Champion. C’est ce dernier qui le guidera dans sa recherche vocationelle. Au bout de deux ans d’accompagnement spirituel, il finira par se faire aspirant et candidat à la vie religieuse assomptionniste en suivant des récollections pour aspirants organisées par les Pères Assomptionnistes au noviciat Saint Charles Lwanga de Butembo.

Après une année de postulat dans la communauté assomptionniste de Kindugu à Butembo (août 1997), il sera admis au noviciat et fera sa première profession religieuse le 27 août 1998 dans l’Eglise paroissiale de Kitatumba à Butembo.


Etudes philosophiques

L’expérience de la vie religieuse assomptionniste du jeune frère Joseph Bahati se poursuivra avec ses études philosophiques au Scolasticat Saint Augustin de Bulengera d’octobre 1998 à juillet 2001. Après l’obtention de son de son diplôme de gradué en philosophie, il passera une année de stage post-philosophique au noviciat Saint Charles Lwanga.

Il abordera ses études théologiques à Nairobi (Hekima Collège) de 2002 à 2005, période pendant laquelle il se décidera se s’engager définitivement à l’Assomption par la profession perpétuelle le 29 février 2004. A la fin de ses études théologiques (2005), il se verra de nouveau nommé au Congo Démocratique pour exercer la charge d’économe au noviciat assomptionniste Saint Charles lwanga. Il se fera ordonner diacre le 13 novembre 2005 par son Excellence Mgr Sikuli Melchisédech, évêque de Butembo-Beni à Butembo/Kitatumba. L’ordination sacerdotale interviendra le 08 février 2007 à Beni-Paida par Son Excellence Mgr Sikuli Melchisédech, évêque de Butambo-Beni.

Circonstance de sa mort

En effet, le 16 septembre 2007, le jeune père Joseph Bahati revenait de la ville aux environs de 19h00. Le service de réparation de la grand-route de Butembo avait rassemblé des tas de sable en vue de niveler la route et boucher ainsi les nombreux trous qui la jonchent. Le P. Joseph a percuté avec sa moto une de ces tas de sable et, ayant perdu toute son équilibre, est tombé la face contre terre. Dépêché à l’hôpital général de Butembo (Matanda) vers 19h30 par des hommes de bonne volonté qui ont assisté à l’accident, il rendit l’âme vers 23h00 par suite, sans doute, d’une hémorragie interne. Son corps sera exposée dans la chapelle du Noviciat Lwanga et la messe des funérailles eut lieu à 11h00 et fut célébrée par Mgr Sikuli Melchisédech, Evêque de Butembo-Beni. L’enterrement intervint juste après la messe au cimetière de Mahamba où ses frères et sœurs de la grande famille de l’Assomption lui rendirent le dernier hommage.

C’est seulement après une dizaine de minutes que sa grand-mère, sa mère et ses deux frères aînés fouleront le sol du cimetière de Mahamba, désolés de ne plus revoir leur enfant et frère.

L’homélie des funérailles soulignait surtout chez lui la cordialité, l’amour du travail manuel, l’ouverture au dialogue, le sens de l’écoute et le souci du don de soi aux autres. Joseph Bahati était, par ailleurs, un religieux ordonné dans son travail quotidien et fidèle à ses prévisions journalières. En tant qu’économe de sa communauté, Joseph Bahati était très préoccupé par la question d’autofinancement et se montrait attentif aux besoins de sa communauté en général et de chacun de ses confrères en particulier. La province d’Afrique, pour sa part, comptait beaucoup sur lui dans le domaine de l’autofinancement. Que l’âme de notre jeune frère se repose en paix.

P. Sébastien Bangandu, aa

Bibliographies