LÉONARD-ROGER LAROCQUE – 1930-2001

Un premier parcours classique

Léonard Larocque est né le 9 septembre 1930 à Nashua (New-Hampshire, U.S.A.) et a été baptisé le lendemain en la paroisse de Saint-Louis de Gonzague. Son père se nomme Philippe et sa mère Adrienne, née Charpentier qui, après son veuvage se remaria avec Joseph Grégoire. Léonard resta 4 ans à l’école primaire de l’orphelinat Saint-Joseph(1936-1940), il sauta le cinquième niveau et passa directement du sixième au huitième niveau à l’école du Sacré-Coeur (19401944). Il vint ensuite à l’école préparatoire de l’Assomption à Worcester, de 1944 à 1948, suivit les cours du collège de l’Assomption de 1948 à 1953, obtenant un diplôme universitaire d’art.

Bien qu’il eût de l’asthme, Léonard considérait sa santé comme assez bonne pour entrer dans la vie religieuse. Il prit le chemin du noviciat des Assomptionnistes au Québec, à Sillery, prit l’habit le 7 septembre 1950 et prononça ses premiers voeux le 8 septembre 1951, après une année passée sous la houlette du P. André Godbout. Il passa les années 1953 à 1957 à l’Angelicum à Rome où il obtint sa licence en théologie en 1957. C’est leP. Wilfrid Dufault qui reçut ses voeux perpétuels le 21 novembre 1954. Le22 décembre 1956, le Frère Léonard est ordonné prêtre dans la chapelle de Leonanium. Il est signalé comme un religieux pieux, patient, dévoué, franc et sérieux, quelque peu timide. Après une année de pastorale comme enseignant de religion au collège de Worcester, il est adjoint au maître des novices de Saugerties (1958-1960).

Au service de la formation

De 1960 à 1967, le P. Larocque fut enseignant à l’alumnat de Notre-Dame de Lourdes de Cassadaga (Etat de New-York). Il suivit en même temps des études spéciales à l’Université de Forham pour être à même de professer la physique, puis à l’Université catholique de Washington en1961 pour pouvoir enseigner toutes les sciences, enfin au Collège Junior de Jamestown pour enseigner les mathématiques et l’astronomie. Au printemps de 1967, il fut affecté au novicat de Dedham et en 1969 il fut nommé économe. Quand le noviciat fut déplacé à Brooklyn, il suivit.

En 1975 survint un événement qui allait affecter le reste de sa vie apostolique. Le Provincial de l’époque, le P. Joseph Loiselle, lui demandale service de la paroisse de Notre-Dame de Guadeloupe à New-York. C’est là que commença son ministère avec les hispaniques qu’il aimait et où il fut bien apprécié. En 1978, il y fut nommé curé et supérieur. Ce service dura jusqu’en 1984. Le 5 octobre 1984, le nouveau Provincial, leP. Richard Lamoureux, l’affecta à la communauté de México pour le service de la paroisse, à compter du ler janvier 1985.

Un document signé par 6000 membres de familles, du 19 novembre, fait état des dispositions du P. Léonard: « Le Père a compris que, bien que nous partagions une langue commune, l’espagnol, il ne suffit pas juste dela parler et de l’écrire, mais il convient d’honorer les traditions régionales et culturelles de nos différents lieux et pays respectifs. Il est devenu l’un de nous, en jouant même de la guitare lors des événements religieux et sociaux de la paroisse, nous permettant ainsi de participer tant en langue anglaise qu’espagnole, ensemble comme une vraie famille. On peut dire que l’objectif de notre église a été réalisé. Nous sommes vraiment la Mère de l’Eglise espagnole de New-York« .

Le P. Léonard résida à México de 1985 à 1987. En 1987, on forma une communauté de formation et c’est ainsi que le Père passa à la communauté de la Casa Manuel de 1988 à 1995 où il remplit aussi la fonction d’économe. D’août à décembre 1995, il épaula la communauté de la Casa Dufault (résidence pour étudiants A.A. en théologie): Il gagna alors la communauté de Brighton aux U.S.A. à cause de sa santé. II avait perdu le sens des réalités et ne savait plus où il se trouvait, s’imaginant encore à México. Il séjourna brièvement à Old English Road en 1996. De 1997 à2001, il dut être placé dans un centre de soins à long terme, Notre Dame. Le P. Léonard est mort le 6 juin 2001 et a été inhumé au cimetière de Sainte-Anne à Sturbridge.

Bibliographies