Lodewijk (L-Frans) VAN DER – 1909-1996

Zepperen, 1953.
« Ayant pris connaissance de la note qu’en tant que Supérieur Provincial
vous avez épinglée à mon dossier(l ), je me rends compte de la portée de
mes défauts personnels quant à ma disposition à la critique et à mon manque
d’obéissance. Je sais qu’il s’agit là de reproches pour lesquels le P.
d’Alzon se montrait très sévère. De plus j’accepte volontiers tous les
avertissements qui me seront adressés dans l’avenir».
Frère Lodewijk Van Der
Auwera.
(1) Je ne vous cache pas que vous posez un problème difficile à résoudre.
Vous avez fini vos études de théologie depuis 1949, mais vous êtes retardé
aux Ordres Majeurs. Vos différents supérieurs vous trouvent trop fermé,
trop
personnel, trop négatif. On vous reproche également votre obstination et
vos critiques. On sait aussi que l’on peut compter sur vos réelles qualités
pour devenir un bon missionnaire.
On vous demande plus de zèle et plus d’esprit d’initiative, surtout moins
de passivité. Votre casa été examiné en conseil. On propose de vous
remettre à Hal ou de vous
confier au P. Jude Verstaen pour un temps de probation.

Religieux de la Province de Belgique-Nord. Jeunesse et formation. Lodewijk-Frans Van Der Auwera est né le 1er mai 1909 à Sint-Kateline-Waver, dans la province d’Anvers en Belgique. Il est le plus jeune enfant d’une famille très chrétienne. Dès son enfance, il entend l’appel du Seigneur et à l’âge de 12 ans il commence sa scolarité secondaire chez les Pères du Saint-Esprit à Lier. Après quatre années, il doit interrompre ses études, mais son rêve de devenir prêtre ne le quitte pas. A 29 ans, il se présente à Kapelle-op-den-Bos comme vocation tardive: « Il s’adapte d’une façon admirable à ses compagnons qui sont tous une dizaine d’années plus jeunes. Parmi eux, il passe pour l’homme sage, manifestant la volonté ferme d’étudier pour atteindre son but, sachant que la route sera longue » d’après le P. Aloysius Ponsen. En 1941, le 28 septembre, le Frère Lodewijk entre au noviciat de Taintegnies et prononce ses premiers vœux le 29 septembre 1942. Il débute ses études de philosophie au Bizet et les termine à Saint-Gérard où il fait sa profession perpétuelle, le 29 septembre 1945. Ayant fini sa théologie en 1949, il est nommé surveillant à l’alumnat de Zepperen. Le P. Valentin Nelissen, son supérieur, note à son sujet: « Le Frère Lodewijk sait être poli, prévenant, rendre maints services très appréciés. C’est un homme très émotif, un peu porté au pessimisme et à la critique. Son dévouement chez nous est remarquable ». En 1952, il est chargé de l’économat à Taintegnies. Ordonné diacre à Tournai, quelques semaines plus tard, le 13 décembre 1953, Mgr Lecouvet l’ordonne prêtre à Taintegnies. Activité apostolique. En 1954, le P. Lodewijk est nommé à l’alumnat de Zepperen comme professeur de religion et comme surveillant, tout en remplissant la fonction d’aide- économe. Page :173/173 Mais il va trouver son chemin en réalisant sa vraie vocation, exprimée depuis le début, en partant en 1956 comme missionnaire en Colombie. Il demande et obtient son transfert à la province d’Amérique latine dont dépend alors la mission en Colombie. C’est dans la paroisse de Santa Sofia à Bogota qu’il travaille comme curé pendant 15 ans. Il y donne le meilleur de lui- même, tout en se tenant en retrait. Ce qu’il fait et ce qu’il a à faire, il le fait bien, sans trop de paroles. C’est un homme silencieux, consciencieux, serviable à sa façon et un peu ‘sui generis’. En 1973, il regagne définitivement sa patrie pour rejoindre la communauté de Stabroek, résidant dans le château du comte Moretus. Il s’insère bien vite dans la pastorale locale, à sa façon personnelle, en accord avec le clergé diocésain, mais sans fonction bien déterminée par le diocèse. Lorsque cette communauté est dissoute, il reste seul sur place, assurant d’une façon libre des services pour les malades et pour les pauvres de la paroisse, pendant une vingtaine d’années. Il est estimé par le clergé du doyenné et par la population régionale grâce à sa simplicité, son dévouement et sa bonté. Comme sa santé ne lui permet plus de seconder le curé de Stabroek, le P. Lodewijk rejoint la communauté de Leuven en décembre 1993, à l’âge de 84 ans. Il y passe encore trois belles années dans le repos complet et meurt le 6 juin 1996. Le P. Aloysius Ponsen écrit à son sujet: « Avec une patience d’ange, le P. Lodewijk a porté la croix de la vieillesse. Il souffre, le sourire aux lèvres. Dans la concélébration journalière, dans l’adoration du Saint-Sacrement, dans la récitation du rosaire, il trouve le réconfort et la force de se préparer à la rencontre ultime avec le Seigneur. Il nous a quittés comme il a vécu, sans faire parier de lui, dans le silence. Inattendu, il s’est endormi dans la nuit du 6 juin. Et sans que personne ne s’en rende compte, dans un profond sommeil, il est passé de la vie terrestre à la vie éternelle ». Ses funérailles ont lieu à Leuven, dans la chapelle du couvent Saint-Augustin. Son corps repose au cimetière des religieux à Park-Heverlee. Page :174/174

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (VII) 1996-1997, p. 25-26. Onder-Ons, 1996. Lettre du Frère Lodewijk Van Der Auwera au P. Rodrigue Moors, Zepperen, 7 août 1953.