Marie Georges Blanc – 1922-2018

Né le 6 février 1922 à Grenoble. Aîné d’une famille de deux enfants dont une sœur Renée Jeannine née en 1928. Les parents tiennent un atelier de ganterie. La maman meurt en 1932, Georges n’a donc que 10 ans.
Georges est fragile des bronches ; à 19 ans il est touché par une pleurésie qui lui vaut un long séjour en sanatorium. C’est là qu’il rencontre un aumônier qui l’éveille aux chemins de la foi. Et c’est à cette période qu’il fait sa première communion en 1941 ; il a 19 ans. Il veut devenir religieux, rentre à Miribel comme vocation tardive de 1944 à 1946. Puis au noviciat à Nozeroy en 1946 où il fait sa première profession le 21 novembre 1947.
Il commence ses études de philosophie à Scy Chazelles, puis à Valpré en 1949-1950. Dans toutes nos maisons, les jeunes, alumnistes ou étudiants s’exerçaient dans l’art du théâtre et de la comédie. Georges excellait dans la comédie. Sa santé n’est cependant pas stabilisée… Il doit se rendre à Marseille où il subit une ablation d’un poumon. De là, il va quelque temps en maison de repos à Lorgues de 1950 à 1952, et sera ordonné prêtre à Valpré le 28 juin 1952. Toujours très fragile, Georges doit retourner au sanatorium du clergé à Bas-Thorenc de 1952 à 1955.
Après ce nouveau séjour en sanatorium, Georges semble être tout à fait remis et retourne à Nozeroy comme aide du Père Romain, Maître des novices. Puis, de 1959 à 1962, Georges est nommé aux Essarts au noviciat des frères coadjuteurs. En 1962 pour un an Georges va à Velexon comme enseignant en 6e. L’enseignement n’est pas semble-t-il le ministère qui lui convienne le mieux.
Homme très intérieur, Georges est alors nommé aumônier au collège des religieuses de l’Assomption à Lyon. Il loge à la communauté de Debrousse et y restera jusqu’en 2013 année où il rejoint la maison de Notre-Dame des Vignes. Les années au collège de Bellevue (12 ans) ont fait partie des années difficiles.
Et c’est en 1975 lorsqu’il succède au Père Vianney DUC comme aumônier de la chapelle des sœurs de l’adoration, qu’il connaît « ses années lumineuses ». Chaque jour, il se consacre à l’accueil, la confession, la célébration de l’Eucharistie dans cette chapelle ; il vit la disponibilité de l’écoute, de la réconciliation, de l’action de grâce. Dans le même temps il prend aussi l’aumônerie du groupe local AMITIA (Association pour la rencontre et la prière avec des personnes handicapées). Au cours de toutes ces années, Georges se rend à Lourdes avec le pèlerinage national du train de Lyon.
Cependant en juillet 2012, la fatigue étant là, Georges est déchargé de toutes ses activités d’aumônerie, elles seront reprises par la communauté du Chemin Neuf.
À 91 ans, l’âge de prendre enfin une retraite, combien méritée, le 15 mai 2013, Georges accepte de venir dans notre maison de Notre-Dame des Vignes à Albertville. Homme discret, il partage avec une grande fidélité les exercices de la vie communautaire, spirituelle, de la vie liturgique, des offices et rencontres communes. Cependant sa fragilité de santé s’accentue dans ces dernières années, avec quelques pertes de repères ; pendant la journée il rejoint très régulièrement le 2e étage, où il peut être mieux accompagné par les soignants. Ceux-ci d’une façon tout à fait unanime sont émerveillés par sa douceur, sa politesse et la gentillesse qui émane de lui, et le merci qu’il donnait à chacun.
Sans prévenir personne, toujours avec discrétion, Georges nous quitte dans sa 96e année, ce dimanche matin 28 janvier. Il avait hâte de vivre avec intensité la rencontre avec son Seigneur qu’il a toujours cherché avec fidélité. Il repose dans la paix et la joie.

P. Guy Clerc

Bibliographies