Marie-Joseph LAFAILLE – 1879-1902

Koum-Kapou.
« En 1887, les Religieux de l’Assomption prennent possession de la maison
des Oblates pour y installer l’école des garçons et le dortoir des
alumnistes. L’ensemble comprend en fait une petite maisonnette (a) dite
Akaoui, achetée en 1891, où s’installent M. Akaoui et sa famille, à titre
de gardien. La maison Akaoui devient le séminaire de l’oeuvre grecque en
1894. Puis le second bâtiment (b) dit ‘Maison Thomas’, du nom du
propriétaire grec auquel
l’Assomption l’achète en 1892, par l’intermédiaire du P. Joseph Maubon,
sous un nom d’emprunt. Il est convenu que l’ancien propriétaire fera une
grande construction en bois, destinée à devenir chapelle, mais
officiellement destinée à être une orangerie. Evidemment M. Thomas avait
beau dire qu’il édifiait une orangerie, personne ne le croyait. En avril
1893, les religieux emménagent clandestinement les lieux,
mais ils sont assiégés par les fidèles de Mustapha Effendi. M. Akaoui les
ravitaille pardessus le mur. Grâce à l’intervention de l’ambassade
française, le déménagement peut s’achever et les religieux peuvent
s’installer définitivement ».
Historique par le P. Ernest
Baudouy.

Religieux français.

Une mémoire courte.

Nous lisons dans les Souvenirs de 1902: « Ce même mois d’août 1902 a été marqué par la mort du Frère convers Marie-Joseph Lafaille. Il appartenait depuis quatre ans à notre maison de Koum-Kapou où il s’était donné avec beaucoup de générosité et de dévouement. Souffrant depuis quelque temps déjà, il avait été envoyé, vers la fin de mai, dans sa famille d’Asté (Hautes-Pyrénées). C’est là que deux mois après, le bon Dieu J’a rappelé à lui. Sa s?ur écrit qu’il a beaucoup souffert dans le cours de sa maladie, mais que sa mort a été très douce. Le vicaire de la paroisse l’assistait à ses derniers moments et le Frère répondait avec pleine connaissance à toutes les exhortations. Le Supérieur de Koum-Kapou recommande aux prières le défunt, ainsi que sa famille restée dans la peine et la tristesse ».

Marie-Joseph Lafaille est né le 20 juillet 1879 à Asté (Hautes-Pyrénées), dans le diocèse de Tarbes et Lourdes. Il prend l’habit le 21 novembre 1896 à Livry (Seine-Saint-Denis). Il passe ensuite à la rue François 1er (1897-1898) et est envoyé à Koum- Kapou, à Istanbul (Turquie), de 1898 à 1902. Il meurt dans sa famille, à Asté, le 1er août 1902, à 23 ans. Il y est inhumé.

Evénements en 1879 et 1902.

L’année 1879, année de naissance du Frère Marie- Joseph, est marquée par la démission du président Mac-Mahon et l’élection de Jules Grévy. En Belgique se met en place un enseignement primaire laïque. Le chef du parti du Centre en Allemagne, Windthorst, appelé en renfort à la coalition gouvernementale par Bismarck, prélude à la fin du Kulturkampf. En Hongrie, l’enseignement du magyar devient obligatoire dans toutes les écoles publiques.

Le tsar Alexandre II échappe à quelques attentats. Le prince Alexandre de Battenberg monte sur le trône de Bulgarie. Jules Guesde fonde le Parti ouvrier français. Sur le plan ecclésial, 1879 est l’année de la publication par Léon XIII de l’encyclique Aeterni Patris, sur la philosophie chrétienne. C’est également l’année où meurent Jeanne Jugan, la fondatrice des Petites S?urs des Pauvres, le P. Antoine Chevrier le fondateur du Prado, Bernadette Soubirous, la voyante de Lourdes, et Augustin Bonnety, le fondateur des Annales de philosophie chrétienne. En Afrique, les jésuites s’établissent en Rhodésie et les Pères Blancs en Ouganda. L’ancien prêtre, Hyacinthe Loyson, fonde l’église catholique gallicane, les protestants français lancent l’ hebdomadaire le Signal et le quotidien le Réformateu,r. L’Eglise orthodoxe serbe se proclame autocéphale et à Boston s’ouvre la première église de la Science chrétienne.

En 1902, année du décès du Frère Marie-Joseph, le président du Conseil, Waldeck-Rousseau, prend sa retraite et est remplacé par un radical dur, Emile Combes. Alphonse XIII, roi d’Espagne, atteint sa majorité et commence un règne personnel. Les U.S.A. annexent l’île de Cuba tandis que le roi d’Angleterre arbitre un conflit territorial entre l’Argentine et le Chili. L’Angleterre signe la paix avec les Boers en Afrique du Sud. Russes et Chinois établissent un compromis pour la Mandchourie. En Europe, l’alliance dite la Triplice est renouvelée, mais l’Italie signe un accord secret de neutralité avec la France. Marc Sangnier -lequel prend la direction du Sillon-et Marius Gonin fondent l’Union des études des catholiques sociaux. En France, plus de 2500 écoles de religieux et religieuses sont fermées. Léon XIII crée la Commission biblique, confirme l’union des Cisterciens réformés. A Strasbourg est créée la Faculté de théologie catholique dans le cadre de l’Université et à Paris la collection des Etudes bibliques. Loisy publie l’Evangile et l’Eglise, Battifol, les Etudes d’histoire et de théologie positive. L’abbaye Saint-Martin du Canigou est restaurée, le campanile de Saint-Marc à Venise s’écroule. La construction du Transsibérien s’achève et Bertin commence son métro. Lénine publie son Que faire? Emile Zola meurt intoxiqué par son chauffage. Benedetto Croce publie L’esthétique comme science de l’expression.

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Souvenirs, 23 septembre 1902, n° 5 (nouvelle série), p. 17-18. L’Assomption, 1902, n° 69, p. 144. Notice biographique par le P. Marie-Alexis Gaudefroy. Historique de l’implantation des Assomptionnistes à Koum-Kapou (1883-1900) par le P. Ernest Baudouy.