Marie-Pascal (Francois-C.) CHAVOUTIER – 1873-1931

Un religieux ardent.
« C’est avec une explosion de joie que je viens d’apprendre la fondation
subite et presque précipitée de Césarée en Cappadoce. C’est en effet le
premier développement de la longue et douloureuse préparation de
Koum-Kapou. Le P. Bernardin ne peut se fier à personne dans le nouveau
local où son activité va enfin commencer. Je vous soumets
le désir du regretté Père Alfred
[Mariage] qui m’avait manifesté l’intention de m’envoyer à la fondation de
Césarée. Je connais ces 1ieux qui sont pleins d’attraits pour moi, heureux
si je suis capable
de continuer dans ces contrées longtemps stériles les bel les figures des
saints Basile et Grégoire.
Connaissant l’astuce et la rusticité des indigènes, rien ne peut donc trop
m’étonner, tout au contraire la prudence du serpent ne s’unira que mieux
en moi à la simplicité de la colombe. Je dirigeai autrefois mes désirs vers
les Grecs et les Bulgares, mes goûts actuels
me portent vers les Grecs. J’accepte ce dernier parti, j’en connaîtrai plus
vite la langue, les préliminaires m’en ont été déjà enseignés ».
Fr, Marie-Pascal au P. E. Bailly, 30.11.1903.

Religieux de la Province de Lyon.

Au service de la Mission d’Orient.

François-Célestin Chavoutier naît le 12 juin 1873 à Saint-Jean de Belleville, au diocèse de Tarentaise qui a donné à l’Assomption de nombreuses vocations. Il est alumniste à Villecomtesse (Yonne) et à Clairmarais (Pas-de- Calais), il part ensuite à la mission d’Orient. Le 29 septembre 1894, il prend l’habit sous le nom de Frère Marie-Pascal à Koum-Kapou et accomplit un temps de noviciat fort entre Phanaraki où le reçoit le P. Ernest Baudouy et la maison de Konia en Turquie en 1897 où le P. Joachim Bonnel le prend en charge et le fait admettre à la première profession (1897-1899). Le Frère Marie- Pascal passe encore trois années à Ismidt (1899-1902) puis à Phanaraki (1902- 1914) où il est enfin admis par le P. Benjamin Laurès à la profession perpétuelle comme religieux coadjuteur le 29 septembre 1903. Il note lui-même sur sa fiche de religieux les services qui lui sont demandés dans les différentes communautés où il est passé: « commissionnaire, jardinier, cuisinie,r, entretien de l’intérieur», et il a soin d’ajouter « qu’il n’a jamais été tenu compte des aptitudes du personnage en question, c’est ce qui lui a fait mettre toute sa confiance en Dieu ». En 1914, lorsque se déclenche la grande guerre avec son cortège de moblisations en chaîne, les puissances turque et bulgare, prenant place aux côtés des puissances de l’Axe, font la chasse aux étrangers du camp adverse sur leur sol. Les religieux d’origine française sont emprisonnés et expulsés. C’est ainsi que le Frère Marie-Pascal avec ses compagnons entreprend un grand voyage de rapatriement en passant par la Russie et la Scandinavie. Il reste jusqu’en 1919 à Rickmansworth en Angleterre. Puis il est renvoyé à la mission d’Orient où il passe dans plusieurs postes: Andrinople (Turquie d’Europe),

Un religieux ardent. « C’est avec une explosion de joie que je viens d’apprendre la fondation subite et presque précipitée de Césarée en Cappadoce. C’est en effet le premier développement de la longue et douloureuse préparation de Koum-Kapou. Le P. Bernardin ne peut se fier à personne dans le nouveau local où son activité va enfin commencer. Je vous soumets le désir du regretté Père Alfred [Mariage] qui m’avait manifesté l’intention de m’envoyer à la fondation de Césarée. Je connais ces 1ieux qui sont pleins d’attraits pour moi, heureux si je suis capable de continuer dans ces contrées longtemps stériles les bel les figures des saints Basile et Grégoire. Connaissant l’astuce et la rusticité des indigènes, rien ne peut donc trop m’étonner, tout au contraire la prudence du serpent ne s’unira que mieux en moi à la simplicité de la colombe. Je dirigeai autrefois mes désirs vers les Grecs et les Bulgares, mes goûts actuels me portent vers les Grecs. J’accepte ce dernier parti, j’en connaîtrai plus vite la langue, les préliminaires m’en ont été déjà enseignés ». Fr, Marie-Pascal au P. E. Bailly, 30.11.1903.

Notices Biographiques A.A Escki-Chéïr (Turquie d’Asie), Philippopoli (Bulgarie), Brousse (Turquie d’Asie, 1919-1923), Zongoudalk sur la Mer Noire. C’est de là qu’il se rend en août 1931 à la capitale, Istanbul, pour subir l’opération à la clinique Saint-Georges d’une grosse hernie double et pour se faire soigner les dents. Par laquelle, allez-vous commencer, lui demande-t-on? Par l’opération de 1.hernie, répond-il, car si elle ne réussit pas, il est bien inutile de faire des frais pour les dents! L’opération de l’hernie a lieu le 19 août, mais elle est suivie d’une fièvre inquiétante et d’une crise d’urée. Le 22 août au soir, le Frère Marie-Pascal expire. On garde de lui le souvenir d’un frère laborieux et très dévoué, profondément attaché à sa famille religieuse. Beaucoup d’histoires drôles circulent sur son compte depuis l’époque où elles divertissaient le Supérieur de la Mission, le P. Alfred Mariage. Le Frère Marie-Pascal livra des batailles homériques à la fontaine de Konia à l’encontre des femmes turques qui lui disputaient son tour de puiser l’eau précieuse! Les obsèques du Frère Marie-Pascal ont lieu à Kadi-Keuï et le corps est mis en terre au cimetière de cette banlieue asiatique d’Istanbul, à Ouzoun-Tchaïr, où reposent déjà d’autres confrères.

Les religieux Assomptionnistes sortis de Saint-Jean de Belleveille

On ne compte pas moins de 34 prêtres et religieux frères originaires au XIX ème siècle -pour 60 au XXème siècle – de ce petit village de Tarentaise dont le recensement de 1861 accuse 1012 habitants, pour 628 en 1946. L’Assomption a été pour sa part l’heureuse bénéficiaire de ces ‘hautes eaux’ vocationnelles: P. Jovien Bermond (1879-1961) Fr. Benjamin Bonnefoy (1832-1867) P. Emile-Auguste Bornand (1889-1980) Fr. Pascal Chavoutier (1873-1931) P. Valérien Lathuile (1887-1939) P. Tranquille Pessoz ou Pesse (1873-1940) P. Louis Pétex (1913-1978).

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Lettre à la Dispersion 1931, n° 404, p. 224; n° 406, p. 234-235. F.M. Hudry, Bulletin des Archives diocésaines de Tarentaise, 1993, p. 23. Missions des Augustins de l’Assomption, 1931, n° 351, p. 552-553. Natice biographique sur le Frère Chavoutier par le P.Marie-Alexis Gaudefroy. Quatre correspondances de ce religieux sont conservées dans les ACR.