Marie-Paul (Paul) LESAGE – 1895-1978

Voyageur impénitent.
« Nos pèlerins ont été enchantés de Rome et de leurs guides. Ils ont fort
apprécié l’explication de la Sixtine et ce n’est pas une flatterie que je
vous fais. Merci donc à vous, au P. Farne et aux Frères. On a dû vous
raconter notre mésaventure à Naples, à cause de la grève des Ferrovie
italiane. Nous avons dû sacrifier, à mon grand regret, Assise et aller à
Florence où nos Pères ont fait merveille
pour nous trouver des logements. A Bologne le lundi
6 avril à 9heures, descendant dans le souterrain, dessous les voies, j’ai
glissé sur la dernière marche et je me suis fracturé la rotule. C’est la
gamba sinistra, sinistre oh combien! J’ai passé deux jours en clinique à
Bologne. Je suis revenu héroïquement avec un plâtre, par le train. Aux
nombreux changements, j’ai fait appel aux facchini pour descendre et je
leur ai graissé la patte alors que la mienne était gessata. Je suis comme
un coq en pâte et je pensais
me débarrasser de mon carcan, mais le médecin pense qu’il y
a eu épanchement de sang ou de synovie et ce sera donc plus long. Je fais
mes classes d’espagnol à coup de devoirs que je corrige en chambre! Sachez
qu’on ne peut jamais dire la messe seul, il faut un servant assistant.
Faites-le signaler au B.O. ».

Religieux de la Province de Bordeaux.

Un esprit organisé et un sens philosophique de vie pratique.

Paul Lesage est né le 4 janvier 1895 à Pontorson (Manche). Orphelin de bonne heure, il est élevé par des Religieuses de la Sagesse, sa véritable famille adoptive qui, curieusement après avoir veillé sur ses premiers jours, le soignera encore à Layrac aux jours de la vieillesse. Après ses études secondaires au Bizet en Belgique (1907-1910) et à Ascona en Suisse (1910-1912), il prend l’habit au noviciat de Limpertsberg au Luxembourg, le 14 août 1912, sous le nom de Frère Marie-Paul. Profès annuel le 15 août 1912 et profès perpétuel le 11 avril 1915, il partage son temps entre l’étude de la philosophie et les travaux agricoles. Le 22 décembre 1917, il réussit avec quelques compagnons à rejoindre la maison de Louvain que les étudiants partagent avec 300 soldats allemands. Ses études philosophiques complétées et six mois de service militaire accomplis, il commence les études de théologie en 1919 et peut être ordonné prêtre le 3 août 1923. Pendant 42 ans, le P. Marie-Paul est affecté à l’enseignement. Il enseigne les belles lettres à Elorrio en Espagne (1923), au Bizet (1924), de nouveau à Elorrio (1925), à Clairmarais (Pas-de- Calais) en 1926, à la maison des vocations tardives de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) en 1927 et au collège d’Agen (Lot-et-Garonne) à partir de 1928, tout en préparant en deux ans une licence de philosophie. Pendant 25 ans, il enseigne cette matière à Agen (1930), à Scy-Chazelles (Moselle) en 1933, à Layrac (Lot-et-Garonne), de 1934 à 1939, de nouveau au collège d’Agen (1939), de nouveau à Layrac (1941), à l’alumnat de Cavalerie (1944) et de nouveau à Layrac (1945-1955). Il est ensuite professeur d’espagnol à Cavalerie jusqu’en 1965. Agé de 70 ans, il revient à Layrac et, malgré sa vue de plus en plus déficiente,

il reste très actif. Parallèlement à ses fonctions d’enseignant, il aime se dépenser comme rédacteur au bulletin du Voulez-Vous qu’il a créé à Layrac en 1947, sous le pseudonyme de Père Leproc et également comme pèlerin dans les grands sanctuaires mariaux. C’est en exploitant systématiquement les annuaires téléphoniques qu’il réussit à fonder la Procure de Layrac. Il emploie les étudiants le jeudi, selon les principes de Taylor, faisant de la grande salle de cours une véritable usine où les uns plient le bulletin, d’autres collent les étiquettes d’adresses, d’autres encore timbrent ou classent en fonction des bureaux de poste départementaux, avec le minimum de gestes et le maximum d’efficacité. Il s’agit bien sûr, en premier lieu, de trouver des fonds pour la maison d’études, mais le Père sait aussi entretenir une correspondance pleine de sens spirituel et apostolique. A partir de l’année sainte 1950, il a l’idée d’organiser des pèlerinages. Son goût pour les voyages et les grandes expéditions le pousse à fonder le groupe Lilium à Cavalerie et celui de Lux à Layrac. Chaque année, il prend l’air du large, à travers l’Europe, l’Asie et l’Afrique et jusqu’en Amérique. Avec des prix imbattables, il lance sa formule d’un tourisme chrétien qui permet à des gens de condition modeste de courir le monde et de nourrir leur foi. Il fidélise sa clientèle au point de compter des pèlerins assidus pour la 22ème fois! A 81 ans, il met un terme à ses périples (septembre 1976), le guide étant parfois à la limite de la validité et devant faire porter ses bagages. Volontiers facétieux, aimant le calembour, la drôlerie et les bons mots, il est le premier à rire de sa rondeur, voyageant nonobstante obesitate. Ne dit-on pas que, professeur, il donne un jour son sujet d’examen aux étudiants en tournant dans la salle et en proclamant à haute voix: ‘cours, papa’, ce qui se traduit en latin classique: Cur Papa (pourquoi le pape?). Curieusement, à la fois original et scrupuleux, sur le plan religieux il n’aurait pas omis une rubrique le P. Marie-Paul meurt à 83 ans, le 22 mai 1978 dans une clinique d’Agen, laissant le souvenir d’un religieux travailleur, inventif, dévoué, ayant un sens très vif des réalités de la vie. une formule d’une de ses fidèles pèlerines dit tout: « C’est une châtaigne, piquante au dehors, mais au c?ur d’or ».

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (1) 1975-1980, p. 61-62. A Travers la Province (Bordeaux), 1978, n° 260, p. 16-20. Voulez-Vous? (bulletin de Layrac), 1978, n° 106, p. 1-9. Lettre du P. Marie-Paul Lesage au P. Alphonse Picot, Cavalerie, 29 avril 1964. Dans les ACR, du P. Marie-Paul Lesage, correspondances (1919-1967). Le P. Marie-Paul Lesage est le créateur du bulletin ‘Voulez-Vous? 1 dans lequel il a donné de nombreux articles, sous la signature ‘Le Proc’.