Matthias (Thomas Thedorus) HOMAN – 1914-1989

En Nouvelle-Zélande, 1962. Nous sommes encore loin de pouvoir réaliser
notre projet de collège prévu pour l’année
1964. Nous cherchons un terrain à bâtir. La grosse difficulté, ce sont les
finances
: le terrain à lui seul videra la caisse. Les futurs professeurs se
préparent: les PP. Luc Van Der Pal, Johan Heynen, Jacques Noor, Christian
Penders et Félix Van Haren, Fidelis Schokker. Le Frère Paul Ekelschot
s’exerce à l’enseignement dans une institution tenue par des religieuses à
Upper Hutt. Nous nous partageons à six le travail auprès de nos
compatriotes: PP. Irénée Van Melis, Gérald Mul, P. Matthias Homan et
moi-même [P. Vincent De Kort], Paulin Kortooms et Chrysostome Schokker.
Nous éditons un petit bulletin Le Chaînon. Le P. Chrysostome en outre
collabore toutes les semaines à un périodique du pays. Nous avons une
oeuvre néo-zélandaise, la paroisse Saint-Jean l’Evangéliste à
Otara-Auckland dont le P. Alonzo Kropman est le digne curé. Le P. Matthias
a été décoré, à l’occasion du 25ème anniversaire du mariage de la reine
Juliana et du prince Bernhard, de l’Ordre
d’Orange-Nassau. C’est la première décoration décernée à un de nos
religieux par le gouvernement hollandais ».

Religieux hollandais, en mission en Nouvelle- Zélande.

Un homme pratique.

Thomas Theodorus Homan, frère du P. Antonius, est né le 5 novembre 1914 à Rotterdam (Pays-Bas). Après ses classes primaires (1921-1928), il accomplit ses études secondaires à l’alumnat de Boxtel (1928-1934). Il prend l’habit assomptionniste, comme son frère, au noviciat de Taintegnies, le 30 septembre 1934 et y reçoit le nom de Frère Matthias. Le 1er octobre 1935, il y prononce ses premiers v?ux: « Le Frère Matthias fait humblement son chemin en silence, mais dans des dispositions qui me paraissent excellentes » écrit à son sujet le P. Romanus Declercq. Après ses études de philosophie à Saint-Gérard (1935-1937), il enseigne un an à Bure (1937-1938): il est grandement apprécié à Bure comme professeur par le P. Nestor Craisse qui « le trouve toujours préoccupé du bien commun, fidèle à ses exercices religieux, dévoué dans sa fonction d’enseignant et faisant montre de beaucoup d’esprit pratique ». Il se rend à Louvain pour commencer sa théologie. Il y est profès perpétuel le 1er octobre 1938. En 1940, la guerre amène le Frère Matthias à Bergeijk où il peut terminer ses études de théologie. Il y est ordonné prêtre le 31 mai 1942. En septembre 1942, il est aide-économe à Bergeijk. En 1945, il devient économe local à De Lutte et de 1946 à 1952 il remplit les fonctions de vicaire à la paroisse du Saint-Sacrement à Delf.

Missionnaire comme son frère, en Nouvelle- Zélande.

Le 4 octobre 1952, le P. Thomas part en Nouvelle- Zélande afin de prendre en charge la pastorale des immigrants néerlandais et d’y préparer une nouvelle fondation. En un an cet objectif est pleinement atteint. Aussi le 18 juin 1953, il est nommé supérieur de la première communauté de Wellington, avec les PP. Fidelis Schokker et Geraid Mul.

Après un temps d’installation provisoire, les missionnaires S’établissent à St Monique House dans la capitale. En 1954, la présence est renforcée: avec le P. Matthias, on trouve les PP. Vincentius de Kort, Paulinus Kortooms et Geraid Mul. L’Assomption se trouve dans ses murs au Monastery of our Lady of the Assomption. Religieux sérieux, précis, consciencieux, plein de bon sens, le P. Matthias avec l’âge se montre d’une souplesse et d’une compréhension qui vont croissant. Au cours de la décennie suivante, les religieux peuvent à nouveau fonder une paroisse à Auckland. Par la suite, c’est dans le cadre d’un collège à Porirua que les religieux réorientent la présence assomptionniste en Nouvelle-Zélande. Les années du P. Matthias dans le ministère à Delf lui ont été une préparation providentielle pour aborder ce nouvel apostolat en Nouvelle-Zélande. Ses anciens paroissiens se sont montrés très généreux, lors de son départ en 1952, pour asseoir cette fondation en un pays lointain. En 1956, il est nommé supérieur régional et en 1962 économe régional. En 1962, son travail pour les immigrants est reconnu par le gouvernement néerlandais qui le nomme Chevalier de l’Ordre de Nassau, une des plus hautes distinctions du pays. Avec l’âge se présentent les infirmités. Après trois crises cardiaques et sept opérations des yeux, le Père Matthias qui a repris ses prénoms de baptême, Thomas Theodorus, manifeste le désir de rentrer aux Pays-Bas. Son départ, prévu pour le 20 juin 1989, est déconseillé par le médecin, à juste titre puisque le 4 mai 1989 un malaise l’emporte. Les funérailles sont célébrées le 8 mai en présence du cardinal Williams, archevêque de Wellington, de l’ambassadeur des Pays-Bas en Nouvelle-Zélande et de l’Attaché à l’émigration. Le Père Thomas est inhumé au cimetière ‘The Whenua Tapa’ à Pukerrua-Pay, dans les environs de Porirua.

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (IV) 1987-1990, p. 57-58. De Schakel, juni 1989, p. 104-118. Dans les ACR, correspondances du P. Mathias Homan (1958-1971), rapports sur la Nouvelle- Zélande (1958-1961. Assumptie, 1962, n° 3, p.50 (décoration du P. Matthias). Texte cité sur l’apostolat des religieux en Nouvelle-Zélande en 1962, d’après un rapport du P. Vincent De Kort, supérieur régional. Le P. Mathias Homan a donné des articles à la revue De Schakel sur la mission des Assomptionnistes en Nouvelle-Zélande (1956-1959).