Mgr Arthur (G. J. H. M) HORSTHUIS – 1912-1979

Chaîne de fraternité.
De tout cœur, je vous remercie pour le magnifique cadeau
que, de votre part, m’a transmis le P. Aubain Colette. Cette chaîne
pectorale de Mgr Petit me fera souvenir constamment que je suis et reste de
l’Assomption, pas seulement radicaliter, mais, je l’espère, effectivement.
Vous me l’avez prêtée. Après ma mort, elle doit revenir à la Congrégation
et à la Curie généralice. Comme est bonne
cette idée! J’espère qu’on saura en retour vous la remettre à
ma mort. Profitant de la visite du P. Aubain, nous avons
parlé des nombreux problèmes qui paraissent identiques au Brésil et en
Colombie: les relations des paroisses avec l’Assomption. Comment les
religieux en paroisses
peuvent-ils, appuyés sur le droit, s’intéresser aux oeuvres de 1’Institut ?
Non pas seulement sur les questions de revenus, des droits d’étole ou des
caisses des paroisses. Comment peuvent-il agir en faveur des vocations ?
J’en ai aussi parlé avec les PP. Marius
[Van Den Boogaard] et le P. Domitien [Meuwissen]… Il ne m’est pas très
facile de communiquer avec toutes nos langues. Avec ces mélanges, on finit
par ne plus en parler une seule correctement».P. Arthur au P. Dufault.

Religieux hollandais, évêque de Jalès au Brésil (1960-1968).

Années de formation.

Gerrit Jan Hermanus Maria Horsthuis est né le 17 juin 1912 à Diepenveen (Pays-Bas). Il est l’aîné d’une famille qui comptera 12 enfants. Après l’école primaire, il est admis en septembre 1924 à l’école apostolique Sainte-Thérèse de Boxtel (1924-1931). Le 4 octobre 1931, il reçoit l’habit religieux à Taintegnies (Belgique), sous le nom de Frère Arthur et, le 5 octobre 1932, il prononce ses premiers vœux . Il suit les cours d’une année complémentaire à Louvain (1934-1935) avant d’entreprendre les études de philosophie à Saint-Gérard (1935-1937) et celles de théologie à Louvain où il est admis à la profession perpétuelle le 5 octobre 1935 et où il est ordonné prêtre le 26 février 1939, par Mgr Carton de Wiart, évêque auxiliaire de Malines. Il fait ses premiers expériences apostoliques à Boxtel (1939- 1941) comme professeur et surveillant. De 1941 à 1944, il entreprend des études de missiologie à Nimègue. Après un court passage à De Lutte et Orthe, il part en 1946 pour le Brésil rejoindre la mission hollandaise avec 6 confrères.

Apostolat et épiscopat au Brésil.

Le P. Arthur travaille successivement à la cathédrale de Sao José de Rio Preto, à la paroisse de Alem Paraiba-Porto Novo. Il est curé de Fernandopolis quand en 1958 il est choisi comme Vice-Provincial de la mission. Il ne reste en charge que 18 mois quand il est nommé premier évêque diocésain de Jalès, diocèse créé par séparation de celui de Sao José de Rio Preto, qu’il a vu lui-même croître et se développer grâce à l’action pastorale d’une douzaine de Religieux de l’Assomption. C’est le pape Jean XXIII qui lui donne, à sa nomination le 20 février 1960, le titre d’évêque titulaire de Hippo Diarrhytus

et c’est le nonce apostolique au Brésil, Mgr Armando Lombardi, qui le sacre évêque à Sao Paulo le 29 juin 1960. Pendant les 33 ans de sa vie missionnaire au Brésil, le Père Arthur devenu évêque révèle ses grandes capacités d’animateur et d’organisateur de vie religieuse. C’est un homme de grands projets devant lesquels ses confrères parfois hésitent. Lui-même fonde une station de radio ‘Assunçao’ pour permettre d’atteindre toutes les populations de son diocèse. Il attire à Fernandopolis les Petites Sœurs de l’Assomption et facilite la fondation d’une communauté d’oblates à Santa Fé do Sul. Il établit à jalès un Institut de catéchèse. Ses préoccupations le portent aussi vers la réalisation d’églises-modèles, de façon à pouvoir les multiplier tout en économisant sur les frais de construction. Il est l’artisan de la création d’une cathédrale à Jalès digne de ce nom, mais n’a pas la joie d’en voir réalisée la finition. Il organise la vie de son diocèse en créant une école vocationnelle, en développant des activités de menuiserie et des entreprises agricoles. Il porte une attention toute spéciale en faveur des ouvriers ruraux et accompagne la formation de syndicats ruraux à Jalès et dans les environs. Il ne cesse de défendre les droits de ces pauvres ‘colonos’ souvent menacés d’expropriation. Il intervient dans la question des procès intentés à l’encontre des nouveaux migrants en recherche d’implantation et d’une façon générale prend part à toutes les questions de développement socioculturel de son diocèse. En 1968, pour raison de santé, il demande au pape Paul VI de le relever de sa charge. De même qu’il a accepté avec une grande simplicité la charge de l’épiscopat, il renonce volontairement à ses fonctions quand sa santé ne lui permet plus de les assurer de façon satisfaisante. Sa démission est acceptée le 13 novembre 1968. Malgré d’assez longues périodes de repos, il reste encore actif dans le diocèse de Ribeiro Preto. Tout au long de sa vie, il garde un lien très fraternel avec sa famille de l’Assomption. Depuis le 16 septembre 1978, il séjourne dans une maison de repos de Boxtel, Molenweide, malgré son grand désir d’aller finir ses jours au Brésil. Il meurt brusquement à l’hôpital de Boxtel le 11 avril 1979. Ses obsèques sont célébrées le 17 avril et il est inhumé dans la propriété et la tombe de l’Assomption à Boxtel. On doit au P. Emanuel Van Der Stappen un fascicule contenant une petite notice sur tous les Assomptionnistes défunts qui ont œuvré au Brésil, de 1935 à 1997, soit, à cette dernière date, 27 Néerlandais, 7 Français, 1 Belge et 1 Espagnol.

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (I) 1975-1980, p. 77-78. De Schakel, juli 1979, n° 2, p. 79-84. Missions des Augustins de l’Assomption, 1961, n° 56, p.5-11. De Mgr Arthur Horsthuis, dans les ACR, correspondances (1956-1973), rapports sur Fernandopolis (1953-1958), sur Sao Paulo (1959). Lettre de Mgr Horsthuis au P. Dufault, Sac Paulo, 22 mai 1960. ART Informations, 1970, n° 8, p. 1; n° 11, p. 3; n° 14, p. 2; n° 15, p.4; 1971, n° 18, p. 2; n° 24, p. 1; n° 25, p. 2; 1972, n°30, p. 2; n°35, p. 2; 1973, n° 38, p. 2; 1974, n° 51, p. 4. La nomination de Mgr Horsthuis au siège de Jalès, son sacre, ses audiences de Jean XXIII sont évoqués dans différentes revues de l’Assomption: Le Royaume (1959-1963), Qu’Il Règne (1969), Les Missions (1961), La Lettre à la Famille (1960, 1961, 1962). Un article biographique à la mémoire de Mgr Norsthuis et un livret-témoignage lui sont consacrés par le P. Alcuino Derks Vice-Provincial du Brésil et le P. Harry Koopman, de même que dans la presse brésilienne (Diario de S. Paolo et Comarca de Jales.