Nicolas STRATIEV – 1916-2006

<p><b>Mgr Méthode STRATIEV, assomptionniste2,

exarque émérite, décédé le 12 mai 2006 à SOFIA (Bulgarie)</b></p>


<p></p>



µ<p>Nicolas Stratiev, fut baptisé sous ce nom et confirmé dans la religion Orthodoxe. Après ses études primaires à Yambol et secondaires au collège Saint Augustin de Plovdiv (Baccalauréat français-bulgare en 1936), il prend l’habit des Augustins de l’Assomption le 21 novembre 1936 à Nozeroy (France). « Nombreux sommes-nous à l’avoir connu, estimé et aimé, pour sa simplicité souriante, son dévouement si fraternel et le sérieux de son engagement religieux », disait le Père Noël Bugnard, Provincial de Lyon.</p>

<p></p>

<p>Après ses études ecclésiastiques à Scy et à Lormoy (France), il est ordonné prêtre le 26 juillet 1942. De retour en Bulgarie, il travailla à Plovdiv comme professeur au collège universitaire Saint Augustin et recteur du Séminaire de rite byzantin, puis à Yambol comme supérieur de la communauté et curé de la paroisse de rite byzantin. II subit la persécution communiste pendant de longues années, onze ans de travaux forcés, ainsi que ses confrères, dont les trois martyrs béatifiés, Pavel Djidjov, Kamen Vitchev et Josaphat Chichkov fusillés en 1952.</p>

<p></p>

<p>Vicaire général de l’évêque catholique de rite byzantin pour la Bulgarie à qui il succède, le Père Méthode Stratiev est consacré évêque le 5 septembre 1965 à SOFIA. « Le rite n’est rien, l’Eglise est tout » écrivait-il dans ses rapports à Rome. Mgr Stratiev travailla ardemment et avec foi, selon le charisme de l’Assomption, au rapprochement des Eglises, aux relations œcuméniques après le Concile Vatican II, à la renaissance de l’Eglise Catholique en Bulgarie.</p>

<p></p>

<p>La Mission d’Orient dont la Bulgarie fait partie est une des priorités définies par le Chapitre Général en 2005. Mgr Stratiev en fut un des artisans les plus convaincus et restera une grande figure de l’Assomption au service de l’Eglise en Orient.<p>

<p></p>

<p><b>Décès de Monseigneur Méthode Stratiev assomptionniste</b></p>


<p></p>


<p>L’exarque émérite de l’Église catholique bulgare de rite byzantin n’est plus Mgr Méthode Stratiev a.a., exarque émérite de l’Église catholique bulgare de rite byzantin de Sofia est décédé hier vendredi 12 mai 2006 à 23h00′ à Sofia en Bulgarie à l’âge de 90 ans. Après la messe la messe de suffrage prévue pour ce Dimanche 14 mai à 10h00′ son inhumation aura lieu à 14h00′ heure locale, a affirmé Petar Ljubas a.a. Que son âme repose en paix auprès de Celui qu’il a servi fidèlement.</p>

<p></p>

<p>Après avoir fêté solennellement ses 90 ans le 14 janvier dernier, Mgr Méthode s’en va en paix comme le vieux Siméon. Assomptionniste, il est un des religieux non fusillés, mais condamnés aux camps et aux travaux forcés par le gouvernement communiste bulgare, qui étaient encore vivants. L’on se rappellera des Bienheureux Kamen Vitchev, Pavel Djidjov et Josaphat Chichkov, ces assomptionnistes bulgares martyrs du communisme béatifiés par Sa Sainteté Jean-Paul Il le 26.05.2002 à Plovdiv.</p>

<p></p>

<p>Ordonné prêtre le 26 juillet 1942 en France, il a assumé plusieurs responsabilités dans l’Eglise bulgare. De son retour en sa Bulgarie natale, il a été successivement Supérieur de la communauté assomptionniste de Yambol et curé, professeur au Collège Universitaire Saint Augustin et Recteur du Séminaire byzantin à Plovdiv. Après avoir subi 11 ans de prison et de travaux forcés, alors qu’il était depuis peu de temps vicaire général de l’évêque Mgr Kurteff, il fut élu coadjuteur le 28 avril 1963. Nommé évêque, il ne sera ordonné que le 5 septembre 1965 à Sofia. A la tête de l’exarchat apostolique de Sofia, ce Bon Pasteur mena dans la paix lés catholiques bulgares de rite byzantin dans ce pays en majorité orthodoxe.</p>

<p></p>

<p>« Le rite n’est rien, l’Eglise est tout », aurait-il écrit dans un rapport à Rome. En effet, Mgr Stratiev a.a. a travaillé avec zèle et amour au rapprochement des Eglises, au renforcement des relations œcuméniques après Vatican II selon le charisme de sa Congrégation, celles des Augustins de l’Assomption dits Assomptionnistes, dont la mission œcuménique est une des grandes priorités apostoliques. N’est-ce pas là même le bien fondé de la présence assomptionniste en Bulgarie depuis 1863 répondant à la demande de Pie IX au P. E. d’Alzon fondateur des Assomptionnistes d’envoyer des religieux en Bulgarie pour s’occuper plus spécialement des Bulgares orthodoxes désireux d’entrer dans l’Eglise catholique ? Mgr Stratiev a.a aura été une grande figure dans l’Assomption comme dans l’Eglise d’Orient et le mouvement œcuménique. Nombreux de ceux qui l’on connu se rappellent de sa simplicité, de son sourire facile, du sérieux de son engagement religieux…</p>

<p></p>

<p>Fils de Dimitri et Guera, Mgr Stratiev a.a est né le 11 janvier 1916 à Srène en Bulgarie dans la paroisse d’Elhoro, dans le diocèse de Thrace du rite byzantin. Baptisé et confirmé Nicolas dans l’Eglise Orthodoxe, il a fait ses études primaires à Yambol de &nbsp;1928 à 1931 et ses humanités de &nbsp;1931 à 1936. Détenteur d’un baccalauréat français-bulgare, il a fait sa première profession dans la congrégation des Assomptionnistes le 22 novembre 1937 à Nozeroy et sa profession perpétuelle à Lormoy en France. Ordonné prêtre le 26 juillet 1942, nommé coadjuteur de Mgr Kurteff exarque de Sofia le 28 avril 1963, il est sacré évêque à Sofia dont il sera exarque pendant 25 ans avant de renoncer à sa fonction pour le motif d’âge. Il est rentré auprès du Père le 12 mai 2006 à l’âge de 90 ans.</p>

<p></p>

<p>rédigé par le P. Paluku Mayani Adélard a.a.</p>


<p><b>« Je suis parmi vous comme celui qui sert »</b></p>


<p></p>


<p>« "Je suis parmi vous comme celui qui sert" (Le 22,27). Le bon esprit de l’Assomption, l’esprit de famille, vient de cela: être le serviteur de tous. Mon grand père tenait un moulin dans mon village. Quand les pères assomptionnistes faisaient halte chez nous pour se reposer du chemin, … »<p>

<p></p>

<p>C’est le début d’une longue interview que Mgr Méthode nous a donnée cette année, au mois de février, conscient que sa fin était proche.<p>

<p></p>

<p>Nous nous étions rencontrés à l’occasion de la fête de nos trois martyrs, à Plovdiv, le 13 novembre 2005, et il avait conclu son homélie en nous disant que ce qu’il avait dit constituait son testament spirituel.</p>

<p></p>

<p>Après la liturgie, il y eut un repas fraternel et c’est alors qu’est née l’idée de se rencontrer à Sofia pour réaliser cette interview.</p>

<p></p>

<p>La dernière occasion solennelle de se retrouver ensemble fut la fête de son anniversaire le 11 janvier 2006 à la chapelle de l’Exarchat de Sofia. II fêtait ses 90 ans. Pour l’Assomption bulgare la disparition de «Diado » Méthodi laisse un vide qu’on ne peut remplir. II était la « mémoire vivante » de l’histoire assomptionniste bulgare.</p>

<p></p>

<p>Son décès, qui survient environ deux ans après celui du père Gorazd, nous prive d’un témoin qui gardait le souvenir d’une bonne partie de l’histoire assomptionniste bulgare du dernier siècle. Aujourd’hui, parmi les pères bulgares encore vivants, comme témoin de toute la période communiste, il n’y a plus que le père Hrabar, mais sa santé n’est plus très bonne et son rôle de gardien de la mémoire s’en trouve limité.</p>

<p></p>

<p>Diado Mothodi était un homme spirituel, marqué par l’amour concret de Dieu et des hommes. Pendant notre interview du mois de février, il nous disait que le moment le plus important de sa journée, c’étaient les deux heures qu’il passait à la chapelle devant le Saint Sacrement.</p>

<p></p>

<p>II nous a raconté aussi un épisode très significatif de la période terrible pendant laquelle il fut torturé en prison.</p>

<p></p>

<p>Un jour pour l’obliger à confesser sa culpabilité, ils firent appeler un ami avec lequel il aimait jouer aux échecs.</p>

<p></p>

<p<En le voyant sanglant à la tête et avec la poitrine toute noire à cause des coups qu’on lui donnait, l’ami lui dit: « Regarde comme tu es réduit. Tu ressemble au Christ… » .</p>

<p></p>

<p>Et il répondit: « Non ! Mes souffrances ne sont rien par apport à celles du Christ ».</p>

<p></p>

<p>Evéque titulaire de &nbsp;1971 à 1995, sa contribution à la stabilité de l’église catholique a été très importante même après la chute du communisme. II a exercé son rôle d’évêque et de pasteur à travers la formation du peuple qui lui a été confié n nous laissant de nombreuses réflexions spirituelles qui nous aident à garder sa présence parmi nous.</p>

<p></p>

<p>Blagodarim ti Diado Methodi. Pomogni ni ot nebeto da sledvame stapkite ti po patia na xristianskata givot.</p>

<p></p>

<p>Nous te remercions Père Méthode. Aide-nous du ciel à suivre tes pas sur la route de la vie chrétienne.</p>

<p>La communauté de Plovdiv</p>

<p></p>


<br clean= "all>|


Bibliographies