Xavier Jacob – 1927-2017

Xavier Jacob est né le 15 janvier 1927 à Ergersheim (Bas-Rhin) Strasbourg. D’une famille de six enfants, cinq garçons et une fille, Xavier est l’aîné de la fratrie. Le papa est menuisier. Aujourd’hui il lui reste une sœur, des neveux et des nièces présents parmi nous, le jour des funérailles.
À 11 ans, en 1938, Xavier rentre à l’alumnat de Scherwiller. Puis une il vit une année à Miribel.
En 1940 à la déclaration de la guerre, Xavier retourne à Strasbourg, il est alors affecté dans une école allemande, puis enrôlé dans les « malgré nous ». Au moment de l’armistice, Xavier se trouve en permission à la maison, une chance pour lui.
Après la guerre Xavier retourne à Miribel où il poursuit ses études. Puis en 1947-1949 il se rend à Scy-Chazelles pour étudier la philosophie, et de 1949 à 1953, il se rend à Rome à l’Angelicum pour la théologie. Il me disait : « C’étaient les plus belles années de ma vie ».
Ordonné prêtre le 19 décembre 1953, Xavier se présente pour une licence en théologie. De 1954 à 1955 Paris l’accueille pour un an aux Études Byzantines, avant de recevoir son obédience pour la paroisse Sainte-Thérèse à Athènes où il restera 4 années se préparant aux réalités orientales.
Le 10 décembre 1959 c’est le départ pour 55 ans de vie en Turquie, 41 ans à Ankara, et 14 à Kadiköy – Istanbul. Les trois premières années ont été un temps d’enfouissement dans la langue, la culture, les coutumes. Dans le même temps Xavier commence un enseignement du français en 5e. Puis pendant 3 ans il enseigne à l’université.
Après cette expérience à l’université, Xavier enseigne la philosophie pendant 22 ans au lycée français d’Ankara. Dans ses temps libres, il prépare un doctorat ès Lettres en turcologie qu’il présente avec succès à Strasbourg en 1976. Il devient un des meilleurs connaisseurs de l’islam turc. Yves Plunian a écrit : « Xavier est un savant, un savant rigoureux et curieux, mais un savant généreux, toujours disponible à partager son savoir et en faire profiter les autres… mais il faut lui poser les questions ! Car il est aussi un savant d’une humilité désarmante. Il fut surtout un apôtre d’une générosité rare : je ne l’ai jamais vu refuser un service paroissial en treize années de vie paroissiale commune. » Et le P Xavier Nuss ajoutait : « Le P. Jacob est un puits de science, on n’en connaît pas le fond » !
Le 17 mars 1983 grâce à l’aide apporté pour sauver une personne en danger, Xavier est décoré de la légion d’honneur par l’ambassade de France à Ankara.
De 1985 à 1990, Xavier est consulteur du secrétariat pour les non-chrétiens. Et jusqu’en 1999 il est membre du comité islam en Europe : il reçoit la médaille « Pro ecclesia et pontifice ».
Dans le même temps tout en résidant à Ankara il est 1er conseiller de la communauté religieuse assomptionniste d’Istanbul, les 2 communautés se retrouvant très régulièrement.
À la fermeture de la communauté d’Ankara, en 2000, Xavier est nommé à Istanbul – Kadiköy, où il accepte le service de supérieur de la communauté. Il a une attention toute particulière pour l’aumônerie de la communauté chrétienne arménienne.
Dans son service pastoral, Xavier était attaché à la nonciature, auprès des Arméniens, des Turcs, des Français, des Américains, des Anglais et des Italiens. Trois grandes activités ont marqué son parcours :
– l’enseignement,
– l’aumônerie,
– l’écriture de nombreux ouvrages et articles, et les traductions : sur la naissance du christianisme en Asie Mineure ; sur l’élaboration de la foi chrétienne dans cette confrontation fertile entre Orient et Occident ; sur les liens et les difficultés entre christianisme et islam, entre Bible et Coran.
Avec le P. Xavier Nuss il était la cheville ouvrière des traductions de la Bible, et des livres liturgiques.
Le 18 septembre 2014, Xavier rejoint notre communauté d’Albertville. Le sourire, le contact dans la discrétion lui permettent de se sentir très vite chez lui, dans notre maison. Xavier est estimé de tous, mais ses forces sont devenues de plus en plus fragiles ; il s’est tellement donné à tous qu’il est usé.
En février 2016 il m’annonce que plusieurs fois il a eu des moments d’absence ; de ce fait il ne se sent plus apte à présider l’eucharistie communautaire. Dans l’année 2017 quelques chutes sans gravité, quelques absences cognitives viennent aussi nous alerter, ainsi que le personnel toujours très attentif. Mais, pour lui, tout allait toujours très bien, jamais il ne s’est plaint. Discrètement, il a vécu parmi nous ; discrètement aussi il s’en est allé ce 26 décembre 2017 en « Serviteur fidèle » accueilli par le Seigneur.

P. Jean Exbrayat

Bibliographies