Paschalis (Jan) VAN DER – 1930-1995

Rome, 1988.

octobre 1930 à Lisse en Zélande (Pays-Bas). En 1943, il commence ses
études secondaires classiques à l’école apostolique Sainte-Thérèse de
Boxtel (1943-1950). Le 24 septembre 1950, il entre au noviciat de
Halsteren et prend le nom de Frère Paschalis. L’année suivante, le 25
septembre
1951, il y prononce ses premiers vœux. De 1951 à 1954, il étudie la
philosophie et, de 1954 à 1958, la théologie à Bergeyk où il
prononce ses vœux perpétuels le 25 septembre
1954 et où il est ordonné prêtre le 8 décembre 1957. Religieux
pondéré, aimable, franc, le P. Jan cherche des voles nouvelles, pour
des temps nouveaux. Jeune prêtre, il poursuit des études profanes à
l’Université de Louvain à la Faculté des sciences politiques et sociales.
Il fait des études complémentaires et des recherches
scientifiques à l’Université de Tilbourg, tout en étant aumônier du
travail à l’ouest de la province du Brabant hollandais. Il défend sa thèse
de doctorat. ‘Een religieus sociografisch survey van het dekenaat Bergen op
Zoom’ à l’Université de Tilbourg.
Un aumônier du travail engagé.
En 1964, le P. Paschalis qui redevient le P. Jan est nommé adjoint de
l’aumônier principal de l’apostola t d’entreprise, appelé plus tard
pastorale industrielle. En inaugurant cette nouvelle forme de pastorale que
l’évêque de Bréda a confiée à une équipe d’une dizaine d’assomptionnistes,
Mgr Ernst a comme objectif de créer un lien entre la pastorale paroissia le
et la pastorale industrielle dans le diocèse et de faire profiter le
gouvernement diocésain des expériences des aumôniers du travail. Le P. Jan
attache beaucoup d’importance au caractère pastoral de ce travail. il tâche
d’intégrer la relation entre patronat et salariat dans la structure même du
travail, comme il veille à unir travail et église. Il prête
attention aux personnes et cela ne s’est jamais borné au cénacle
de l’apostolat d’entreprise. Sa participation au gouvernement du diocèse
s’étend à beaucoup de domaines, d’après l’homélie de Mgr Ernst. En 1968,
l’évêque le nomme responsable des aumôniers du travail et à ce titre il est
chanoine, membre du chapitre de la cathédrale. Bien que cette haute
distinction soit due à ses qualités de leaderschip, il reste simple et
solidaire des travailleurs et il se met entièrement à leur service. Il est
supérieur de la communauté assomptionniste située à Bréda dont les
membres font partie de l’équipe de la pastorale industrielle
diocésaine.
« Si ce n’est déjà fait, cette lettre vous apprendra que le Père Jan Van
Der Meer continuera, à compter du 1er juin 1988, sa mission de Provincial
pour un nouveau triennat qui sera donc le quatrième. C’est tout à fait
inhabituel. Mais à situation exceptionnelle, solution exceptionnelle. Du
moins pour cette fois, car il ne saurait en être ainsi à nouveau dans trois
ans. Une telle décision n’a pas été facile à prendre ni pour moi-même, ni
pour le P. Jan. Certes vous avez pris au sérieux la consultation. Vos
réponses sont réfléchies et motivées, même lorsque transparaissent
souffrance et scepticisme. En dépit du
rappel du n° 62 de notre Règle de Vie, vous avez été nombreux à solliciter
le P. Jan pour un nouveau mandat. La consultation a été examinée avec le
sérieux qu’elle mérite. Compte tenu de nombreuses demandes, compte tenu
aussi de la complexité de la
situation ecclésiale actuelle en Hollande et des qualités requises en
conséquence d’un Provincial, après avoir réfléchi en Conseil, j’ai
sollicité le P. Jan Van Der Meer pour un nouveau triennat. Après bien des
hésitations, il a fini par
accepter. Il a été très touché de la confiance que vous lui témoigniez …
».

Religieux de la Province des Pays-Bas, Provincial (1979- 1991). Années d’apprentissage. Johannes jacobus Van Der Meer, qui sera dans la dernière partie de sa vie appelé tout simplement P. Jan, est né le 23 octobre 1930 à Lisse en Zélande (Pays-Bas). En 1943, il commence ses études secondaires classiques à l’école apostolique Sainte-Thérèse de Boxtel (1943-1950). Le 24 septembre 1950, il entre au noviciat de Halsteren et prend le nom de Frère Paschalis. L’année suivante, le 25 septembre 1951, il y prononce ses premiers voeux. De 1951 à 1954, il étudie la philosophie et, de 1954 à 1958, la théologie à Bergeyk où il prononce ses voeux perpétuels le 25 septembre 1954 et où il est ordonné prêtre le 8 décembre 1957. Religieux pondéré, aimable, franc, le P. Jan cherche des voles nouvelles, pour des temps nouveaux. Jeune prêtre, il poursuit des études profanes à l’Université de Louvain à la Faculté des sciences politiques et sociales. Il fait des études complémentaires et des recherches scientifiques à l’Université de Tilbourg, tout en étant aumônier du travail à l’ouest de la province du Brabant hollandais. Il défend sa thèse de doctorat. ‘Een religieus sociografisch survey van het dekenaat Bergen op Zoom’ à l’Université de Tilbourg. Un aumônier du travail engagé. En 1964, le P. Paschalis qui redevient le P. Jan est nommé adjoint de l’aumônier principal de l’apostola t d’entreprise, appelé plus tard pastorale industrielle. En inaugurant cette nouvelle forme de pastorale que l’évêque de Bréda a confiée à une équipe d’une dizaine d’assomptionnistes, Mgr Ernst a comme objectif de créer un lien entre la pastorale paroissia le et la pastorale industrielle dans le diocèse et de faire profiter le gouvernement diocésain des expériences des aumôniers du travail. Le P. Jan attache beaucoup d’importance au caractère pastoral de ce travail. il tâche d’intégrer la relation entre patronat et salariat dans la structure même du travail, comme il veille à unir travail et église. Il prête attention aux personnes et cela ne s’est jamais borné au cénacle de l’apostolat d’entreprise. Sa participation au gouvernement du diocèse s’étend à beaucoup de domaines, d’après l’homélie de Mgr Ernst. En 1968, l’évêque le nomme responsable des aumôniers du travail et à ce titre il est chanoine, membre du chapitre de la cathédrale. Bien que cette haute distinction soit due à ses qualités de leaderschip, il reste simple et solidaire des travailleurs et il se met entièrement à leur service. Il est supérieur de la communauté assomptionniste située à Bréda dont les membres font partie de l’équipe de la pastorale industrielle diocésaine. Le ler juin 1974, le P. Jan est nommé Supérieur provincial: responsable de la mission, dans sa Province responsable en première ligne, dans la Congrégation conseiller, au service des religieux pour leur ‘cura personalis’. Il assure cette mission pendant 12 années (1979-1991):’Jan est un chef de file né. Il encourage ceux qu’il côtoie. Avec lui on se sent fort et jamais seul. Le Père Général a dû le consulter trois fois avant qu’il accepte le provincialat. Une fois que la décision est prise, il se dévoue corps et âme à cette tâche et il rend de grands services à la Province. Il attache beaucoup d’importance au contact humain avec les religieux, quels résident à l’intérieur ou à l’extérieur des Pays-Bas. Il va les visiter car il veut les voir à l’oeuvre, parier à leurs collaborateurs laïcs. Il lance deux projets de Province: la fondation, à l’Université Catholique de Nîmègue, de l’Institut pour le Christianisme oriental, prenant la relève de son Institut Byzantin et la lutte contre la pauvreté dans le quartier, un projet au point de jonction de la pastorale et de la diaconie. Il est estimé par ses frères et, bien que ce ne soit Plus de coutume à l’Assomption, le P. Général, tenant compte des consultations, le nomme pour un 4ème mandat en 1988′ d’après le P. Mart Lemmens. Le P. Louis Augustijns ajoute de son côté: ‘Le P. Jan était bien enraciné dans son pays et dans son église, mais ouvert aux différents visages de l’Eglise. Aussi tenait-il, pendant son long mandat de provincial, à faire comprendre, respecter et aimer l’expérience originale de l’Eglise de Hollande à toute l’Assomption. Recteur du Centre de formation des fonctions pastorales. En 1991, Mgr Ernst demande au P. Jan de commencer un centre de formation pour hommes et femmes travailleurs pastoraux et pour grands séminaristes. Comme dans sa tâche précédente, le P. Jan est l’homme qui inspire confiance, capable de construire et d’attirer des collaborateurs. Il ne peut exercer cette tâche que pendant quatre ans, car atteint d’un cancer, le P. Jan décède à l’âge de 65 ans, après six mois de souffrance. Au début il ne veut pas admettre la vérité, mais son corps ressent bien qu’il est incurablement menacé. Il ne supporte pas que cette vérité médicale lui soit confirmée. On Pense qu’il est tellement préoccupé des autres qu’il ne pense pas à lui-même puisqu’il ne veut pas parler de lui. Il ne se laisse pas approcher par les autres et évite toute conversation à ce sujet. Seuls ceux qui respectent sa volonté de silence sont les bien- venus à son chevet. Il sait écarter toute forme d’intrusion ou d’indiscrétion. Il meurt à Bréda le 29 novembre 1995 à l’hôpital Saint-Ignace. Le lundi 4 décembre 1995, la grande basilique Sainte-Marie de Breda est bondée. Mgr Ernst, évêque émérite de Bréda et ami personnel du P. Jan, assisté de Mgr Muskens, évêque actuel de Bréda, et d’un grand nombre de concélébrants, préside les obsèques solennelles. Le P. Jan Van Der Meer est inhumé au cimetière des religieux au château de Stapelen à Boxtel.

Bibliographies

Bibliographie et documentation, Documents Assomption, Nécrologe (VI) 1994-1995, p. 146-148. De Schakel, 1995, no spécial, p. 61-79. ART Informations, 1969, no 6, p. 2;; 1970, no 14, p. 1-2; 1973, no 43, p. 2. AA Info, 1995, no 152, p. 12. Lettre du P. Claude Maréchal aux religieux de la Province de Hollande, Rome, le 10 mai 1988. Du P. Paschalis Van Der Meer, dans les ACR, correspondances (1958-1979), textes de gouvernement pour la Province de Hollande, circulaires, rapports sur la Pro- vince aux conseils de Congrégation (1981-1986).