Paulus (Henricus Josef Maria) EKELSCHOT – 1931-1991

L’Assomption en Océanie.
« Du vivant du Fondateur, l’Assomption a connu une première forme de
présence en Océanie, de 1560 à 1875, sur le sol australien. L’évêque de
Brisbane, Mgr Quinn, sut utiliser les Assomptionnistes comme prêtres
séculiers sans les autoriser à vivre comme religieux. En 1952, un
nouveau groupe de 3
Assomptionnistes, conduit par le P. Mathias Homan, pénètre en
Nouvelle-Zélande, à la suite des émigrés hollandais, pour le service
religieux de
leurs compatriotes ‘exilés’. Ces trois fondateurs s’installent d’abord à
Wellington, la capitale: PP. Mathias Homan, Fidelis Schokker et Gérard Mul,
A partir de 1955 la mission se diversifie sur4
lieux: Wellington, Auckland, Christchurch et Dunedin. En
1964, la présence assomptionniste s’étoffe, elle compte 17 membres, dans
des activités variées qui traduisent l’esprit de la Congrégation: presse,
enseignement,
paroisse, émission à la radio. Cette forme d’inculturation progressive
conduit les religieux à ouvrir leur propre établissement scolaire, à
Porirua, dans un faubourg de Wellington… ».
D’après N. Roijackers, Qu’il
Règne, 1967, n° 156, p. 17-21,

Paulus (Henricus Josef Maria) EKELSCHOT

1931-1991

Religieux de la Province de Hollande, régional de Nouvelle-Zélande (1982).

Formation en terre hollandaise.

Henricus Jozef Maria Ekeischot est né aux Pays-Bas, le 17 décembre 1931 à Amsterdam (diocèse de Haarlem). Baptisé le lendemain de sa naissance, il fait ses études primaires dans une école catholique de sa ville et entre en 1945 à l’alumnat de Boxtel, dite école apostolique Sainte-Thérèse, (1943-1932) pour toute la durée de sa scolarité secondaire. Le 24 septembre 1952, il prend l’habit assomptionniste à Halsteren. Il y prononce ses premiers vœux le 25 septembre 1953. Son maître des novices, le P. Aegidius Beckers, le présente comme un « frère très appliqué à sa formation religieuse, dévoué, énergique, parfois insatisfait de lui et flegmatique ». Les études de philosophie et de théologie se déroulent à Bergeijk où il est reçu profès perpétuel le 25 septembre 1936 et ordonné prêtre le 13 décembre 1959. « Religieux très sérieux, de nature calme, très aimable avec ses confrères, parfois un peu mélancolique, il ne manque ni de talents ni d’application tant pour les études que pour les responsabilités ». Le Père Paulus -qui va être désigné par la suite sous le prénom usuel de Harry – a fait connaître sa disponibilité pour la mission en terre lointaine, aussi bien le Brésil que la Nouvelle- Zélande.

Vie apostolique en Nouvelle-Zélande.

En septembre 1960, le P. Harry se prépare, par un perfectionnement en langue anglaise au collège de Hitchin (Angleterre), à son futur apostolat en Nouvelle-Zélande où il se rend le 7 décembre 1962. Durant deux années, il enseigne à l’école primaire d’Upper Hut. A partir de février 1964, il s’inscrit à des cours de pédagogie, avant d’être nommé à l’école de la Sainte-Famille à Porirua East. Lorsqu’en 1968 s’ouvre le Collège Viard,

le P. Harry est nommé responsable du ‘Intermediate Department’. Il y est ensuite chargé des ‘Religious Studies’. On date habituellement de février 1968 l’ouverture de ce collège assomptionniste en terre néo-zélandaise, selon le système propre du pays dit de co-éducation, c’est-à-dire de mixité, les Sœurs de Sainte-Brigitte assurant l’enseignement aux filles du primaire. Progressivement, avec la montée des classes, le collège compte ouvrir 24 sections, composant ainsi le cursus d’un collège complet. En 1968, 5 religieux ont pu être dégagés pour participer à la formation des 143 élèves masculins, mais il est prévu dans les cinq années suivantes d’en destiner une dizaine à l’enseignement, principalement spécialisés dans les cours de sciences. Le P. Harry est l’une de ces figures de reconversions dynamiques au service de l’enseignement catholique du pays. Un convict est également aménagé, au sein du collège, pour permettre l’éclosion de vocations sacerdotales et religieuses. En 1982, le P. Harry devient supérieur régional de Nouvelle-Zélande et supérieur local du ‘Viard Monastery’ à Porirua. En 1986, à Randwick en Australie, il suit une année de cours en ‘Leadership Ministry’. De retour en Nouvelle-Zélande, il est à la fois aumônier des étudiants de l’Université de Wellington et des Instituts diocésains des Tiers-Ordres. Début 1990, il est prêtre assistant à la paroisse de Porirua East. Toute sa vie, le P. Harry manifeste ce souci d’une véritable formation continue pour mieux s’adapter aux évolutions et aux responsabilités de ses différents apostolats. De même plusieurs religieux assomptionnistes n’hésitent pas à s’inscrire à l’Université de Wellington pour obtenir les grades nécessaires à un enseignement qualifié.

Maladie.

Mais à partir de Noël 1990, il ressent les effets d’un cancer du poumon. Le traitement médical se révèle inopérant. Le 21 mai 1991, il s’éteint au lendemain d’une visite de membres de sa famille. Il repose au cimetière ‘Te Whenua Tapa’ à Pukerua Bay.

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (V) 1991-1993, p. 19-20. De Schakel, juin 1991, n° 2, p; 98-111. Qu’Il Règne, janvier-février 1967, n° 156 p. 17-21. [La revue néerlandaise ‘De Schakel, contient régulièrement à partir de 1952 des chroniques d’information sur la vie et les réalisations apostoliques de l’Assomption en Nouvelle- Zélande]. Notices Biographiques