Roger (Roger Charles) PERREAULT – 1932-1988

Layrac, 1958.
« Il est impossible de vous exprimer toute ma sincère reconnaissance pour
la grâce que vous me faites en m’acceptant comme prêtre dans la
Congrégation de l’Assomption. Je vous prie de croire à ma profonde
gratitude. Je vous renouvelle tout mon attachement à l’Assomption et à son
idéal tant religieux qu’apostolique. Je vous assure de mon ardent désir de
suivre cet idéal au maximum, car je ne désire qu’une seule chose: être un
saint religieux, prêtre assomptionniste. Pour vous exprimer toute ma
reconnaissance, je ne trouve aucune manière qui soit la meilleure que celle
d’offrir la sainte Messe pour vous le 31 octobre. Je demande ainsi à Dieu
de vous témoigner une grâce d’amour, de lumière et de force: c’est toute la
gratitude que je veux vous exprimer.
Vous priant de croire à cette reconnaissance et à mes sincères sentiments
filiaux, je vous demande d’agréer mon respect sincère et soumis. Je vous
assure une place toute spéciale dans mes intentions le jour de mon
ordination sacerdotale et de ma première messe ».

Frère Roger Perreault.

Notices Biographiques A.A

Religieux de la Province d’Amérique du Nord. Formation et ministère. Roger Charles Perreault est né le 5 mars 1932 à Waterbury dans l’Etat du Connecticut (U.S.A.). Il fait ses études à l’Ecole Préparatoire de l’Assomption de Worcester (1946-1952). Il prend l’habit religieux au noviciat de Bergerville à Sillery au Québec le 7 septembre 1952 et prononce ses premiers vœux le 8 septembre 1953, sous le nom de Frère Roger. Son maître des novices est le P. André Godbout. Retournant à Worcester, il obtient son baccalauréat ès-arts au collège de l’Assomption en 1955 et y fait ses études de philosophie (1953- 1955). Il est ensuite envoyé en France pour ses études de théologie, à Layrac (Lot-et-Garonne). Il y prononce ses vœux perpétuels le 8 décembre 1956 et il y est ordonné prêtre le 19 octobre 1958. « Le Frère Roger est un bon religieux, un homme très délicat, sensible, très pieux, manquant cependant d’un peu d’énergie. Il a éprouvé quelques difficultés pour ses études pendant un trimestre, mais travaille bien, fait des progrès et obtient des résultats satisfaisants » note le P. Hélias son supérieur. Après une année de pastorale à l’Ecole Préparatoire de Worcester, il est affecté en 1960 à l’alumnat Notre- Daine de Lourdes à Cassadaga. Il suit des cours de latin à l’Université Columbia de New York et à l’Université catholique de Washington. En 1967, quand l’alumnat de Cassadaga est fermé, le P. Roger suit les alumnistes à Worcester et devient membre de la petite communauté de Leeds Street. En 1970, l’Assomption ouvre une maison dans le diocèse de Tampa (Floride), le P. Roger en devient le supérieur, fonction qu’il va garder durant neuf ans. Il enseigne le latin et l’espagnol à l’Ecole supérieure de Tampa. Il est aussi coordinateur diocésain du mouvement charismatique avec mission d’envoyer à l’évêque des rapports sur ce mouvement. A.A En juin 1975, il remplace le P. Paul Goudreau comme chapelain de Tampa Catholic High School. Le P. Roger a son permis de pilote d’avion. Il aime beaucoup faire des vols avec l’un ou l’autre de ses confrères assomptionnistes. Il est même chapelain du Civil Air Patrol. C’est un homme doux, aimable et serviable. Il meurt à Tampa, à 57 ans, d’une crise cardiaque le 11 juillet 1988. Il est inhumé dans le cimetière de la paroisse Sainte-Anne à Fiskdale (Massachusetts). Un temps d’épreuve et d’hésitation. Au début des années 1980, le P. Roger, éprouvé sans doute par la mobilité et la crise générale des institutions de l’Assomption, hésite sur la route à suivre. Il demande d’abord en 1982 une autorisation d’absence d’une année. Le P. Joseph Loiselle, alors Provincial d’Amérique du Nord, présente favorablement sa demande: « Ce n’est pas sans tristesse que nous faisons cette recommandation pour une autorisation d’absence. Depuis toujours, le P. Roger est un de ces hommes sur lesquels on peut compter à tous points de vue. L’an dernier, au moment où j’entrais en fonction, mon prédécesseur m’a indiqué son inquiétude à propos de l’état d’âme du P. Roger. Il venait de perdre sa maman et il en a fait une petite dépression nerveuse. Cela était compréhensible en partie parce qu’il avait porté la responsabilité du soin de sa mère pendant six ou sept ans. Mais le décès de sa mère ne peut expliquer à lui seul le trouble excessif qui l’a saisi. Il éprouve depuis quelques années une difficulté à vivre en communauté. Il m’a parlé à ce sujet de son amertume et de son mécontentement, mais il est conscient que la source principale de ses difficultés est en lui. Il m’a assuré qu’il ne se ferme aucune porte pour l’avenir et qu’il reste fort attaché à l’Assomption et au sacerdoce. Je conserve l’espoir qu’il reviendra après un an, refait et raffermi. Un changement d’air peut lui faire du bien ». Par la suite, le P. Roger exprime son intention de quitter la Congrégation. Des démarches sont engagées pour une demande de laïcisation en bonne et due forme, processus que sa mort subite interrompt.

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (IV) 1987-1990, p. 29-30. Lettre du P. Roger Charles Perreault au P. Wilfrid Dufault, Layrac, 9 octobre 1958. Assumption North America, september 1988, p. 5. Assumptionists Deceased in North America, 1995, p. 15. Dans les ACR,correspondances du P. Roger Charles Perreault (1958-1987). Notices Biographiques