Salvinus (Johannes Salvinus) BORGHOMS – 1913-1973

Dernières Paroles: Croire et
Prier.

Ces paroles furent prononcées parle P. Salvinus quelques instants avant sa
mort. Elles figurent sur 1’image souvenir qui a été tirée à l’occasion de
son décès pour amis et connaissances.

« Quelle importance que tout cela! C’est l’amour entre les hommes qui
compte, l’amour qui donne et pardonne… mais cela n’est pas facile.

Il faut croire et prier pour en arriver là!

Croire que Dieu est le Père de tous, et que Dieu est amour. Croire en son
Fils Jésus Christ qui est venu nous montrer comment faire.

Croire au Saint-Esprit qui toujours et encore doit venir l’apprendre aux
hommes. Croire et prier, c’est l’important. Oui, c’est important! Tout est
grâce de Notre-Seigneur ».

Ainsi le Père termina sa vie
qui a été une vie d’amour et de fidélité à Dieu et aux hommes.
Image-souvenir, 1973.

Religieux hollandais de la Province de Belgique- Nord.

Le temps de la formation.

Ce religieux, frère aîné du P. Jean-Berchmans, est aussi né à Limbricht le 27 juin 1913, en Hollande dans le diocèse de Ruremonde. Leur père d’ailleurs est de nationalité belge. Comme son frère, il fait ses études secondaires dans les alumnats de Zepperen (1926-1930) et de Kappelle-op-den-Bos (1930-1932). Salvinus entre au noviciat de Taintignies le 2 octobre 1932 où il prononce ses premiers vœux le 3 octobre 1933. « Bon compagnon, un peu timide, assez jovial, sérieux, pieux, dévoué mais querelleur » note son maître des novices, le P. Romanus Deciercq. Salvinus accomplit ses études de philosophie à Saint-Gérard (1933- 1934) et de théologie à Louvain (1935-1940). Il prononce ses vœux perpétuels le 3 octobre 1936 à Louvain: étudiant appliqué, religieux endurant et généreux, il a besoin de temps pour s’adapter à un nouveau milieu, ce qui provoque parfois un léger laisser-aller. Le Fr. Salvinus est ordonné prêtre le 11 février 1940 à Louvain.

Une vie d’amour et de fidélité en mission.

Après l’ordination, le P. Salvinus est désireux de partir immédiatement à la mission assomptionniste de Butembo-Béni, au Congo. A cause du conflit mondial (1940-1945), le départ est retardé jusqu’au 2 février 1946. Il va passer 26 ans au travail missionnaire dans le diocèse de Butembo-Béni (1946-1972). Nous avons un petit écho de sa vie congolaise à travers une de ses rares correspondances conservées, datée du 19 avril 1965 à Luofu: « Mes remerciements sincères pour les vœux et les prières à l’occasion de mes 25 ans de sacerdoce. Je n’étais pas moins heureusement surpris d’apprendre qu’on pense dans la Congrégation à mes chers défunts.

Merci. Les fêtes de Pâques sont bien passées. Il y a eu beaucoup de monde et on peut constater une amélioration dans la manière d’assister à la sainte messe dans un réel esprit de prière, bien que pour certains il y a là encore un long chemin à faire. Tout est très calme dans le pays ici. On ne voit même pas que c’est le moment des élections. Le samedi avant Pâques, il y avait beaucoup de monde autour de l’école qui sert de bureau de vote. Les gens ont tranquillement attendu jusqu’au soir et puis ils sont partis parce que les bulletins de vote n’étaient pas encore arrivés. Le jour de Pâques, quelques-uns ont pu voter parce qu’il n’y avait que -500 bulletins. Maintenant on attend les autres. Pour la plupart, on vote pour une personne du clan, sans penser au parti ni au bien général de l’Etat. Ici c’est surtout le parti des Wanande ‘Wabelo’, c’est-à-dire Déni-Lubéro. Tous les Pères et Frères de la mission vont bien. Bien qu’un peu tardivement, je vous souhaite une sainte fête de Pâques ».

Retour au pays, maladie et mort.

Le 23 janvier 1972, le P. Salvinus rentre en Belgique pour raisons de santé. Après quelques mois de convalescence, il est nommé curé de la petite paroisse de Veulen. Mais le 25 juin 1973, il doit être hospitalisé d’urgence dans la clinique universitaire de Louvain. Il souffre d’un cancer. A sa sortie de clinique, il est hébergé fraternellement par la communauté de Borsbeek où il retrouve son frère Jean-Berchmans. C’est avec foi et courage qu’il supporte les souffrances cruelles de son mal et l’approche d’une mort inexorable, même si envers et contre tout il garde le secret espoir de retourner un jour à la mission de Muhangi. Il meurt précocement le 31 août 1973, à 60 ans accomplis. La liturgie des funérailles est célébrée doublement, le 5 septembre au matin à Borsbeek (Belgique) et, le même jour, dans l’après-midi à la paroisse de son pays natal, Limbricht (Pays-Bas). Un service religieux honore sa mémoire dans la paroisse de Veulen le 8 septembre suivant.

Bibliographies

Bibliographie et documentation: B.O.A. mars 1974, p. 240-241. Onder-Ons, 1973. Marc Champion, Province du Zaïre, Religieux Défunts (1929-1994), Butembo 1994, P. 18-19. Du Congo, le P. Salvinus a fait parvenir à Rome quelques nouvelles, une dizaine de lettres, entre 1947 et 1964, intéressant l’histoire de la mission et la vie au Congo à cette époque.