SÉBASTIEN MUSUBAO MATHE – 1967-2000

Dimanche, le 24 septembre 2000 restera pour la communauté Emmanuel d’Alzon un jour mémorable. Le Frère Musubao Mathe Sébastien (33 ans) nous quitte après une longue et pénible maladie, alors qu’il venait de terminer sa deuxième année de théologie à l’Institut saint Eugène de Mazenod. A la tombée du crépuscule, des palmes sont fixés à l’entrée dela Communauté Emmanuel d’Alzon pour annoncer ainsi le décès de notre regretté frère et ami Sébastien.

C’est depuis le mois de mars que la santé de notre frère commença à se détériorer. II accusait des douleurs au niveau de l’estomac. Et dernièrement, il y a environ deux mois et demi, les douleurs se sont accentuées. Entre temps il était suivi par le docteur Kanyinda, médecin àla Clinique Bondeko de Kinshasa. Très affaibli par sa maladie, le médecina jugé bon que le frère Sébastien soit hospitalisé pour le suivre de près. IIentre à l’hôpital mardi le 12 septembre, au soir, et nous quitte dimanche le24 septembre autour de 15 h 30. II est transféré alors à la morgue de la Clinique Bondeko. En communauté, il nous a fallu nous réunir le soir même pour déjà établir le programme des funérailles. Nous avons senti et bénéficié d’une réelle collaboration des amis, des connaissances et de la Grande famille de l’Assomption présente ici à Kinshasa. Le frère Simon a donné le meilleur de lui-même en veillant sur Sébastien du début à la fin de son hospitalisation. De temps en temps l’un ou l’autre frère allait donner un coup de main à Simon pour veiller ensemble. Nos consoeurs, Religieuses de l’Assomption, Oblates de l’Assomption, les soeurs de la Compagnie de Marie n’ont ménagé aucun effort pour préparer tout ce dont on avait besoin : les repas appropriés, l’eau et parfois une soeur pour passer la journée à l’hôpital. Tout cela a montré combien Sébastien était fils de l’Église et de la Grande famille de l’Assomption.

Le retrait du corps de la morgue s’est fait un jour après, c’est-à-dire lundile 25 septembre 2000. Nous avons bénéficié du service du docteur HectorNdefi, responsable de S.F.A. (Services Funéraires Africains). Avant de quitter la morgue pour la communauté, nous avons prié autour de notre confrère. Un long cortège, dérangeant quelque peu la circulation de ceux qui n’étaient pas concerné par notre deuil, nous a conduit jusqu’à la communauté Emmanuel d’Alzon. Quelle tristesse! Les amis, les voisins, les confrères et les consoeurs fondaient en larmes.

Une messe d’action de grâce autour de Sébastien a été dite par le PèreEmmanuel à partir de 18h00. La veillée mortuaire s’en suivra et c’est dansla foi que nous avons vécu le triste événement en présence de la grande famille de l’Assomption, des amis, des paroissiens. Deux chorales nous ont aidé à agrémenter la veillée par des chants bien rythmés. C’est la volonté de Dieu qui s’accomplit. Mardi le 24 septembre 2000, le Cardinal Frédéric Etsou a présidé la messe des obsèques à partir de 11 h 30, entouré de plusieurs prêtres et d’une foule des fidèles: parents, amis, connaissances. Le Père Kambere nous a tous réconforté par son homélie:ni la mort ni le péché, rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu. Plusieurs messages de condoléances nous ont été adressés et nous nous sommes sentis soutenu dans la dure épreuve que nous avions à traverser.

Dans l’après-midi, nous avons accompagné le frère Séba jusqu’en sa dernière demeure. La communauté estudiantine du Théologat Saint Eugène de Mazenod a fait preuve de sa solidarité en nous accompagnant jusqu’au cimetière. Sébastien Musubao repose dorénavant au Cimetière de l’Asuma-Usuma au Prieuré Notre Dame de l’Assomption des Pères Prémontrés. Nous ne le reverrons plus jamais sur cette terre. Que la terre de nos ancêtres lui soit douce et qu’un jour, il nous accueille au paradis de Dieu pour vivre éternellement avec les anges et les saints du ciel.

Après l’enterrement, nous avons partagé ensemble un verre d’amitié avec tous ceux qui ont pu revenir à la communauté.

Sébastien nous a montré au cours de sa maladie que même la souffrance la plus atroce ne peut jamais nous séparer de l’amour de Dieu. II a tout accueilli dans la foi et il a supporté jusqu’au bout la maladie qui l’a emporté. Que son âme repose en paix! Nous croyons que le Seigneur l’a accueilli dans sa maison et qu’à présent il intercède pour nous et pour notre pays afin que la paix de Dieu vienne sans tarder.

Bibliographies