Stefaan (Wilhelmus) ELFRINK – 1921-1995

Institut Byzantin et OEcuménique de Nimègue. Pendant la guerre de 1940, les
étudiants A.A. de Bergeijk
(Hollande) prennent l’habitude de se réunir avec le P. Adulf Van de Wal et
fondent un cercle d’études sur les problèmes des Eglises d’Orient, sous le
patronage de Saint-Jean Chrysostome: conférences, débats, journées
d’études, célébrations en rite oriental. En mars 1945, le cercle d’études
publie un bulletin polycopié, L’Orient chrétien. De là va naître en juillet
1948 une revue spécialisée Het Christelijk Oosten (L’Orient chrétien et
l’Unité), sous l’impulsion du P.Garcia Vande Berk, grâce aussi au soutien
de l’Apostolat de l’Unité, Apostolaat der Hereniginget aux liens établis
avec les Instituts byzantins de Paris, Strasbourg, Lyon, Athènes et les
Universités de Nimègue, Louvain et Fribourg. En 1951 le modeste centre de
l’Unité de Nimègue reçoit l’investiture de son illustre aîné, l’Institut
français d’Etudes Byzantines de Paris. L’implantation de religieux à
Charfé (Liban) de 1950 à 1958
fournit à la revue et à l’institut de Nimègue un banc d’essai important
dans le milieu arabe chrétien.
En 1962, une antenne hiérosolymitaine est créée, le C. C. 0. S. Centre f or
Christian Oriental Studies

Stefaan (Wilhelmus) ELFRINK

1921-1995

Religieux de la Province de Hollande.

Formation en temps de guerre.

Wilheimus-Hendrikus est né le 2 juillet 1921 à Zwolle (Pays-Bas) au diocèse d’Utrecht, fils unique entouré de quatre sœurs dont la plus jeune est devenue sœur Oblate. Après l’école primaire chez les Frères de Tilbourg, il commence ses études secondaires classiques en 1933 à l’école apostolique Sainte- Thérèse à Boxtel (1933-1939). Il entre au noviciat à Bergeijk le 24 septembre 1939 et retient le nom de Frère Stephanus, en néerlandais Stefaan, abrégé en Stef. Il prononce ses premiers vœux le 25 septembre 1940 et, après ses études de philosophie et de théologie dans la même communauté -guerre oblige -, il est ordonné prêtre le 12 mai 1946.

Brillant professeur.

Immédiatement après son ordination, le P. Stef est nommé accompagnateur des novices à Halsteren. En 1947 il prépare son baccalauréat au collège épiscopal de Sittard, tout en faisant quelques surveillances. En 1948, il est étudiant à l’Université de Nimègue en vue d’obtenir une licence en lettres classiques: latin grec, histoire et littérature de l’Antiquité. En 1954, il obtient cette licence et devient professeur à Boxtel, d’abord à l’école apostolique pendant une période de 10 ans, ensuite au lycée Jacob Roeland jusqu’en 1983. Le P. Patrick Van Der Aalst lui rend ce beau témoignage: « Pendant presque 30 ans, Stef se révèle comme un enseignant zélé et dévoué. Il est sévère mais juste dans ses appréciations. Il aime la culture antique et adore enseigner les langues anciennes bien quïl m’ait raconté qu’il était plus doué pour les mathématiques et les sciences. La preuve: pendant 10 ans, il compose pendant le mois d’août 1’horaire du Lycée, avec l’aide d’un ordinateur, outil qui n’est pas encore à la mode.

Mais l’étude des lettres classiques lui procure la formation de spécialiste en étymologie. Il est fidèle à la réunion annuelle des gradués en lettres classiques et fait des mots croisés en latin ». Le 1er août 1976, après la fermeture de l’internat de l’école apostolique, il est supérieur de la nouvelle communauté de Boxtel-Parkweg, tout en continuant son enseignement au lycée de Boxtel.

Bibliothécaire apprécié.

En 1983, à l’âge de 63 ans, après avoir passé sa vie à l’école, tantôt étudiant, tantôt professeur, il rejoint la communauté de Nimègue pour y rendre encore beaucoup de services. Il remplit la fonction de bibliothécaire de la maison de la Province, tâche qu’il va accomplir de façon très méritante jusqu’à la fin de sa vie. C’est un travail considérable puisque cela implique qu’il a non seulement à tenir la bibliothèque de l’Institut Orientai pendant de longues années, mais qu’il aide également le P. Arno Burg dans le transfert et l’intégration de cette grande bibliothèque à l’Université. Il travaille vite et avec ardeur, et ainsi il trouve le temps de s’occuper de fleurs et de jardinage. De ses parents, horticulteurs, il a hérité l’amour du jardin et du décor floral.

Personnalité.

Stef est un homme très serviable. Pendant toute sa vie, il rend service aux religieuses. De Boxtel à Liempde, il va, à vélo et par tous les temps, célébrer la messe. Confesseur extraordinaire, il a de nombreux liens avec les Oblates. C’est un homme communautaire à sa façon, rendant maints services avec simplicité. Religieux qui vit avec régularité selon les coutumes anciennes et un règlement fixe, toujours avec fidélité et avec fermeté, il est parfois traité de .conservateur vieux-jeu’ par ses confrères pour lesquels il peut être objet de risée. Mais cet homme tenace, de grande foi, accueille la vie et la mort comme un don. il ne connaît pas la souffrance. Le 26 décembre 1995, jour de sa fête patronale, il meurt subitement d’une crise cardiaque, dans sa 75ènie année. Ses funérailles sont célébrées à Boxtel le 30 décembre dans l’église Saint-Pierre. Son corps repose au cimetière des religieux au château de Stapelen (Boxtel).

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (VI) 1994-1995, pages 160-161. De Schakel, 1995, spécial non numéroté, p. 80-89. Pour l’Institut Byzantin et (Ecuménique de Nimègue-. Missions des Augustins de l’Assomption, 1962, n° 63, p. 18-20. Notices Biographiques