Vincent DOLBEC – 1921-1985

Une nouvelle orientation
1969.

« Le P. Vincent Dolbec est venu à Rome le 21 mars 1969, où il est demeuré
plusieurs jours. Il me paraît tout à fait détendu. Pendant les semaines de
réflexion qu’il a eues depuis son remplacement au
‘Preparatory’, il a songé à se consacrer à l’œcuménisme. Puis, sans
renoncer à cette perspective, il est attiré par l’étude de l’avenir du
monde que l’évolution actuelle si rapide engage à essayer de prévoir. Des
centres existent
dans ce but, 3 aux U.S.A., 2 en France, 1 en Angleterre, et des ouvrages
sont publiés. Le Père Vincent est très intéressé par cette question et il
pense qu’il pourrait s’y rendre utile, non
en étant lui-même chercheur attitré, mais dans le cas où, une fois
familiarisé, il peut devenir conseiller pour les communautés. Je lui ai
suggéré de voir C.A.R.A., un organisme créé par les Supérieurs Majeurs aux
U.S.A. De l’épisode de son
remplacement au ‘Preparatory’ et des difficultés que cela lui a créées, il
m’a entretenu avec modération et avec une charité qui m’a impressionné. Ce
religieux m’a frappé une fois
de plus par la fécondité de ses idées, inspirée par une audace judicieuse.
C’est un homme de grandes ressources, à aider ».

Vincent R. DOLBEC

1921-1985

Religieux de la Province d’Amérique du Nord.

Une formation entre les U.S.A et le Canada.

Vincent Dolbec est né le 30 juillet 1921 à Fail River, aux U.S.A., dans le Massachusetts. Il entre dans la Congrégation de l’Assomption en 1942, après ses études secondaires suivies au collège de l’Assomption de Worcester, et se rend à Sillery (Québec) pour le temps de noviciat. Il y prononce ses premiers vœux le 19 mars 1943. Sa formation philosophique et théologique se déroule au Québec, à l’Université Laval (1944-1948). Le Frère Vincent est ordonné prêtre le 19 mars 1948, au Québec par Mgr. Maurice Roy, l’archevêque de la ville.

Un enseignant hautement qualifié et ‘Inconfortable’.

Le Père Vincent se spécialise en littérature anglaise et obtient une maîtrise ès-arts en anglais (1949), à l’Université de Boston. Affecté au collège de Worcester (1950), le Père Vincent y exerce un apostolat fructueux durant de longues années (1949- 1969), tout en poursuivant des études supérieures qui le conduisent au doctorat en littérature anglaise (Boston). C’est tout naturellement qu’il est professeur de cette langue et directeur du département d’anglais. De 1958 à 1962, il tient le poste de doyen de faculté au collège. Par la suite, il est directeur du Preparatory Scholl, à Worcester. Sa compétence ne se limite pas à l’enseignement le Père Vincent cherche à faire connaître l’Assomption au grand public en publiant des articles sur son fondateur son histoire et sa spiritualité dans des ouvrages de vulgarisation en direction d’un public plus large. En 1969, intervient une sorte de rupture dans le déroulement de sa ‘carrière’ enseignante: il doit renoncer à ses fonctions à Worcester. La confiance de ses Supérieurs en ses capacités personnelles d’animation et d’organisation ne lui a pas fait défaut jusque là,

puisqu’en 1963 il a été nommé supérieur de communauté à la maison provinciale (New York), l’année suivante supérieur de la maison de Cassadaga (1966). On lui reproche sans doute dans l’exercice de ses fonctions de faire preuve d’un peu trop de raideur et d’autoritarisme. Encore faut-il souligner que dans l’exercice de ses fonctions religieuses, tous ses confrères estiment sa grande charité à leur égard et surtout sa grande ambition pour le développement de la Congrégation. Il assure pendant quelques années le service du recrutement pour la Province d’Amérique du Nord et il sait y montrer beaucoup de cœur et de dévouement. Certes il passe pour avoir des idées assez arrêtées, sans être fermé aux suggestions de ses confrères, des idées dont il cherche tout naturellement un prolongement ou une application pratique, en s’appuyant beaucoup sur le degré de compétence des personnes. Il ne néglige rien de ce qui peut permettre d’asseoir le développement de sa famille religieuse: rencontres des personnes, prédications en faveur des missions, sens des relations publiques, publications. Sur le plan éducatif, il se montre très actif au niveau des associations catholiques nationales qui promeuvent l’enseignement dans le pays. Ce caractère de chef et d’organisateur lui vaut une réputation d’homme un peu trop ‘cassant’, mais c’est aussi là l’envers de qualités et d’aptitudes reconnues: une formation excellente, une culture très bien entretenue au niveau de la lecture et une force de caractère supérieur. On pourrait dire de lui que son obstination n’a d’égale que sa largeur de vues ou son honorable ‘ambition’ pour de grands projets de l’Assomption Nord-Américaine.

Un tournant pastoral et paroissial.

A partir de 1969, le P. Vincent se consacre à l’apostolat paroissial dans le diocèse de Providence (Rhode Island), apostolat multiforme si l’on en croit les quelques indications qui ont été notées: directeur pour l’apostolat auprès des handicapés dans le diocèse de Providence, pasteur à Saint-Charles Borromée, membre de l’Association de l’église Saint-Patrick. Il meurt subitement à Providence le 9 février 1985, à l’âge de 64 ans. Ses obsèques sont célébrées dans la chapelle du Saint-Esprit au collège de Worcester et son corps est inhumé au cimetière Sainte-Anne (Sturbridge).

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Documents Assomption, Nécrologe (111) 1984-1986 p. 52-53. Assumptionists Deceased in North America, p. 13. Lettre citée: P. Wilfrid Dufault au P. Armand Desautels, Rome, 6 avril 1969. The Evening Gazette, Worcester, Il février 1985 (article biographique). The Catholic Free Press, Worcester, vol. 24, n° 27. Le P. Vincent Dolbec a écrit plusieurs articles dans la revue ‘Assumption’, Worcester (1958-1962). Correspondances aux ACR (1947-1969). Notices Biographiques