Zacharie (Bernard) SAINT-MARTIN – 1875-1932

New York, 1926.
« Les religieux A.A. des deux maisons de New York ont le rare privilège
d’être uniquement voués au ministère des âmes. lis s’y donnent avec zèle et
avec succès dans les deux sanctuaires hispano- américains où l’on voit avec
joie se multiplier les prières, les confessions, les communions. Les
fidèles de langue espagnole sont notre raison d’être et méritent nos
premiers soins, même s’ils fournissent moins de
ressources. Le ministère exige donc ici de tous les religieux l’usage de
deux langues étrangères qui doivent leur devenir de plus en plus
familières. Dans ce but, je demande qu’on s’interdise de parler français au
moins à l’un des deux repas, se réservant ce repas à la lecture ou à la
conversation espagnole ou anglaise. Pour les sermons espagnols, il est
naturel de recourir souvent aux deux
pères espagnols qui peuvent aussi alterner utilement dans les deux églises.
A l’œuvre paroissiale qu’il faut avant tout bien remplir, que l’on ne
craigne pas d’ajouter un peu de ministère au dehors, si l’occasion s’en
présente et qu’on puisse l’accepter mais en évitant de se confiner ou de se
lier trop facilement à de
simples chapellenies… ».

Notices Biographiques A.A

Religieux de la Province de Paris. Formation et premiers services. Bernard Saint-Martin est né le 15 juillet 1875 à Vielle-Adour (Hautes-Pyrénées). Il connaît l’alumnat d’Arras, dans le Pas-de-Calais (18871890), puis celui voisin de Clairmarais (18911892). Pour raison de santé, il est envoyé dans le Midi, à l’alumnat de Brian (Drôme), pour y achever ses humanités (1892-1893). Il prend l’habit au noviciat de Livry (Seine-Saint-Denis), le 15 août 1893, sous le nom de Frère Zacharie. Le P. Joseph Maubon qui lui a donné l’habit à Livry, l’entraîne en Orient. Le Frère Zacharie s’embarque en juin 1894 pour Phanaraki (Turquie) où il achève, sous la responsabilité du P. Ernest Baudouy, son temps de noviciat et prononce ses vœux perpétuels le 15 août 1895. Il est alors envoyé comme professeur à l’école d’Eski-Chéïr pendant trois ans (1895-1898). En 1899, il commence ses études de philosophie à Kadi-Keuï et les poursuit l’année suivante à Notre- Dame de France à Jérusalem. C’est là également qu’il fait son parcours d’étude de la théologie. Il y est ordonné prêtre par Mgr Piavi, le 20 décembre 1902. De 1903 à 1904, il enseigne au collège de Varna en Bulgarie. En 1905, il passe à l’alumnat de Calahorra en Espagne où il apprend l’espagnol. Ministère paroissial à New York. En 1906, il est envoyé à New York aux Etats-Unis où il se livre au ministère paroissial dans les deux paroisses hispano-américaines, Notre-Dame de La Guadalupe, jusqu’en 1914, et Notre-Dame de Esperanza (1), de 1914 à 1919, époque où il revient à la 14ème rue. En 1911, une première atteinte de la tuberculose l’oblige à un temps de repos. Il revient une année en Europe, à San Remo, sur la côte italienne’. En 1913 il peut reprendre son service à New York. A.A Son état de santé le dispense de toute obligation militaire durant la première guerre mondiale et il peut ainsi se consacrer de tout son zèle à l’animation des deux paroisses new-yorkaises. Il visite assidûment les malades dans les hôpitaux, dans les aumôneries. Il rend également le service de l’économat dans la communauté de la 14ème rue (1920). En 1924, il est choisi comme conseiller. Il apporte un soin méticuleux à préparer ses sermons en langue anglaise et espagnole. et l’on comprend qu’il soit très estimé par ses paroissiens. Dorothy Day dans son autobiographie apporte son témoignage sur l’aide spirituelle que lui a apportée le ministère du P. Zacharie, à l’heure de sa conversion. En 1930, le P. Zacharie se trouve à bout de forces. Il doit être envoyé dans un sanatorium tenu par des religieuses au nord de l’Etat de New York. L’année suivante, il revient dans la grande métropole, mais pour y être hospitalisé chez les Sœurs Franciscaines du Bronx. Au cours d’une crise, il fait appeler le P. Paul de la Croix Journet. Ce dernier le trouve assis sur son lit en train de se raser. Lorsque le P. Zacharie lui demande de pouvoir se confesser et de recevoir le sacrement des malades, il dit simplement à son confrère avec un grand calme. « Passez-moi le bréviaire, je pourrai suivre les prières ». Le 13 septembre 1932, le P. Clodoald Sérieix, Provincial de Paris en charge du vicariat de l’Amérique du Nord, lui rend visite avec les supérieurs des communautés new-yorkaises. Le 23, sentant sa fin prochaine, le P. Zacharie reçoit le viatique et il meurt le 26 septembre, à l’âge de 57 ans, essayant de faire une dernière fois le signe de la croix. Le corps du P. Zacharie est inhumé dans le cimetière assomptionniste, près du collège de Worcester où reposent déjà à l’époque le Frère Eleutherios et le P. Louis Robert. (1) Sur cette église, cf la plaquette éditée par le P. Crescent Armanet, Church of Our Lady of Esperanza, New York, 1921, 159 pages.

Bibliographies

Bibliographie et documentation: Lettre à la Dispersion 1932, n° 454, p. 257; n° 457, p. 281-283. Le Catholic News de New York consacra une notice à la mémoire du P. Zacharie, lors de son décès. Notice biographique par le P. Marie-Alexis Gaudefroy. L’Assomption et ses (Euvres, février 1933, n° 379, p. 242-244. Lettre du P. Zacharie Saint-Martin à Mgr Dunn, New York, octobre 1926. Assumptionists Deceased in North America, Worcester (s.d.), 1995, p. 2. Du P. Zacharie Saint-Martin, dans les ACR, correspondances (1897-19330). Notices Biographiques