Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à l'info-lettre

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Menu
À la une Voir toutes les actualités

José Miguel. La fidélité en question

Du Samedi 10 au Lundi 12 Novembre s’est tenue la Rencontre des Conseils Généraux de nos 5 congrégations, la famille Assomption, à Paris dans la Maison Généralice des sœurs Oblates de l’Assomption – 203, rue Lecourbe. Une occasion d'entendre le père José Miguel Diaz, assistant général. Il a 59 ans et est chargé d’accompagner l’Assomption à Madagascar et en Asie. Il collabore aussi avec le secrétariat à la formation et est responsable de Justice et Paix.

Huitième rencontre des conseils généraux de la famille de l’Assomption

Il s’agit d’un espace traditionnel de réflexion et de partage fraternel, qui se tient presque chaque année. Cette fois-ci nous avons réfléchi sur la fidélité au charisme et comment accompagner le discernement personnel et communautaire.

 

Un écho aux scandales dont souffre l’Église aujourd’hui ?

Tout ce qui se passe actuellement est forcément en écho à tout cela, mais il n’y a pas de lien direct. Nous avons insisté sur deux points : la fidélité au charisme et la fidélité à l’engagement religieux. Tout cela est en relation avec l’actualité de l’Église et de nos familles religieuses.

Notre voix de religieux n’a pas de portée aujourd’hui si nous sommes déconnectés de la réalité

La problématique de l’accompagnement

Le départ de près de 50% des religieux après les premiers vœux nous interroge sur la valeur de la parole donnée. Si le problème peut venir d’un mauvais discernement, il faut remarquer qu’il y a un véritable problème d’accompagnement. Les supérieurs vont donc insister sur l’importance de l’accompagnement même après les vœux perpétuels. Notre façon de vivre est également à réviser.

Adapter le charisme aux évolutions du monde ?

Il y a de nouvelles façons d’exprimer le charisme aujourd’hui, mais il ne s’agit pas d’adapter le charisme car il est donné par Dieu. Mais on ne peut parler aux hommes de notre temps si nous ne sommes pas enracinés. La vie religieuse est prophétique, mais il nous faut être fidèle à l’écoute de l’Esprit qui nous parle dans les signes du temps.