Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à l'info-lettre

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Menu
À la une
  • Le Conseil général plénier en terre Massaï…

    Du 1er au 11 juin 2018 se tient à Arusha en Tanzanie, le Conseil Général Plénier, une instance qui réunit régulièrement tous les Provinciaux de la Congrégation. Le fil rouge nous est proposé par le Père Benoît Bigard, Provincial d'Europe.

Voir toutes les actualités

Les voies de l’intériorité

Print
Du 8 au 10 juin, l’Université européenne assomptionniste vous invite à venir découvrir, partager et vous enrichir, sur le thème de l'intériorité.

Avec

Christophe André, psychiatre et auteur

Michel Maxime Egger, sociologue

Frédéric Boyer, écrivain

Jean-Guilhem Xerri, psychanalyste et biologiste médical

Ainsi que de nombreux autres intervenants.

 

Téléchargez le programme ici

 

Inscriptions et renseignements : 

http://uea-assomption.eu

 

Le P. Vincent Leclercq aa, nous donne sa définition de l'intériorité.


L’intériorité est le superlatif de l’intime : c’est le plus intime de nous-même. Mais pour y accéder, il faut un certain recul. Cette année, l’Université Européenne Assomptionniste nous propose d’entrer dans ce paradoxe et offre à chacun ce recul bénéfique.

Deux conditions me semblent nécessaires pour bien en profiter. La première attitude est le respect. Echanger sur l’intériorité revient à accueillir les uns des autres ce qui nous fait vivre au plus profond de soi. Ce que l’autre dit de l’intériorité rejoint son histoire, ce qu’il croit et ce qu’il vit. Nous l’écouterons avec attention et bienveillance.

La deuxième attitude est de sortir d’une conception trop individualiste. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’intériorité n’est pas notre jardin secret et elle ne nous enferme pas dans l’isoloir de nos consciences. Mais elle nous ouvre à ce qui nous dépasse. Elle nous met en interaction avec autrui et en alliance avec Dieu si nous sommes croyants.

L’intériorité cultive notre identité et constitue ainsi le fondement de notre rapport au monde. Personne ne se construit durablement dans le repli ou dans la peur mais en osant la relation à l’autre ou à autre chose. Source de relations, l’intériorité permet enfin l’engagement personnel. Elle guide des pratiques professionnelles, donne sens à des activités culturelles ou nourrit des convictions religieuses.

Face au « grand marché » du spirituel, cultiver l’intériorité nous aide à ne pas acheter n’importe quoi. Le défi est aujourd’hui de mieux me connaitre pour vivre et pratiquer ce qui me convient davantage. L’intériorité vise ainsi une meilleure cohérence entre ce que je suis et ce que je vis. Elle permet de se comprendre, d’expérimenter et de même de s’exprimer dans un quotidien souvent dispersé et qui parfois nous échappe complètement.

Nous entendrons comment des journalistes se réapproprient la notion d’intériorité dans leurs choix éditoriaux ou la relecture de leurs pratiques professionnelle. Nous explorerons les voies de l’intériorité et leurs liens avec la Création toute entière. Et si l’Eglise est elle-même une voie d’intériorité, elle ne pourra que nous mener à sa source qui est le Christ ; et à sa suite auprès de grands maitres spirituels comme les Pères de l’Eglise.

L’intériorité, c’est donc prendre le risque de lâcher prise pour mieux se retrouver.

Vincent Leclercq, aa