Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à l'info-lettre

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels
Menu
À la une
  • QuestionS de Confiance. Pouvoir la donner, savoir la gagner

    Du 16 au 17 novembre 2018, les Entretiens de Valpré ont réuni plus de 450 personnes, pour réfléchir sur l’économie, l’entreprise et la société en lien avec l'enseignement social de l'Église, pour des cadres et des chefs d’entreprise. François Morinière, directeur des Entretiens revient brièvement sur les richesses de ce weekend

Voir toutes les actualités
Navigation

La chère présence des disparus.

Print
9 Novembre

Merci de votre bonne lettre. Laissez-moi vous dire tout simplement où j'en suis. Les douleurs où je voyais ma mère me faisaient désirer qu'elles eussent un terme. Depuis je m'entretiens avec elle, je sais qu'elle m'entend, et, privé comme je l'étais si habituellement de sa présence, la mort semble me l'avoir au moins rapprochée de moitié.. Peut-être j'aime plus la solitude, ce qui m'était déjà venu à la mort de ma soeur et ce qui augmente un peu tous les jours. C'est de l'égoïsme, mais je vous dis ce qui est. Je suis bien avec des âmes que la foi me montre dans un monde meilleur ou prêtes à y entrer. Je n'ai jamais mieux compris le bonheur d'être prêtre et religieux par les prières que l'on veut bien donner à ces pauvres et chères âmes, et puis l'honneur de souffrir dans sa famille au moment où la grande famille chrétienne souffre tant, c'est bien quelque chose quand l'amour de l'Eglise n'est pas un vain mot. La personne avec qui je me console le mieux de la mort de ma mère, c'est avec elle. Si vous saviez ce que j'ai éprouvé quand, après vous avoir écrit et à quelques autres personnes, je rentrai dans sa chambre pour lui demander pardon de toutes les douleurs que je lui ai causées et que j'allai baiser cette main qui m'avait tant soigné! Il y avait de l'amertume, sans doute, mais enfin nous ne sommes pas comme ceux qui manquent d'espérance.


Lettre à Mère Marie-Eugénie de Jésus (Lettres, t. III, p. 325).


<br>