F. Moïse, novice assomptionniste au Togo

‘’Que pourrais-je faire face à cette situation ? ‘’ Devenir prêtre missionnaire … Frère Moïse témoigne de son discernement vocationnel à l’Assomption.

« Je suis né dans le diocèse de Sokodé. Durant mon adolescence, j’ai été membre du groupe des servants de messe, des CVAV (Cœurs Vaillants Âmes Vaillantes), de la chorale, des lecteurs et de la légion de Marie. J’ai aussi côtoyé un peu le Renouveau charismatique. J’ai pu constater qu’il est rare et difficile d’avoir un prêtre pour les célébrations dans notre village.  Ma vocation est née de cette situation.

 « Si nous, nous voyons les prêtres une fois par mois, n’y a-t-il pas des lieux où les fidèles n’ont même pas la chance d’avoir des prêtres ne serait-ce qu’une fois par trimestre ? Que pourrais-je faire face à cette situation ? »

C’est alors que l’idée de devenir prêtre missionnaire m’est venue. Ma famille aussi m’a beaucoup soutenu dans mon discernement vocationnel. Durant mon parcours scolaire à Tchébébé, je me suis fait accompagner par des Sœurs Marianistes. Et j’ai grâce à elles fait connaissance des Frères Assomptionnistes. J’ai d’abord été attiré par leur habit puis leur esprit communautaire m’a ému : la simplicité, la cordialité et la franchise qui s’y vit. J’ai participé à deux sessions vocationnelles organisées par les Assomptionnistes à Sokodé. Puis j’ai demandé à poursuivre mon discernement dans leur institut et les portes m`ont été ouvertes. Je rends grâce à Dieu pour son amour et je lui confie le reste de ma formation. »

À la vue des foules, il en eût pitié car ces gens étaient las et prostrés comme des brebis qui n`ont pas de berger.
(Mt 9,36)