Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à l'info-lettre

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

La prière de l'Assomption

Print

En Eglise

“Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux. » (Mt 18, 20.) Cette certitude nous vient droit de l’Évangile. Mais le Christ a voulu aussi nous apprendre à prier « en esprit et en vérité » (Jn 4, 23), non plus dans un temple fait de main d’homme : désormais Dieu accueille la prière de son Fils qui jaillit de son corps entier qui est l’Église. Depuis ses origines, l’Assomption puise sa prière dans cette double certitude.

Lire la suite…

Pour le monde

Moines-apôtres, curieuse association de concepts. Elle exprime pourtant quelque chose de central de notre charisme: notre quête absolue de Dieu ne peut jamais être séparée de l’urgence qui nous tient d’annoncer l’Évangile du Seigneur et demettre enoeuvre l’unique commandement de l’amour.

Lire la suite…

Pour l'unité

À l’âge de vingt ans, le futur P. d’Alzon confiait déjà au Christ dans sa méditation sur le discours d’adieu (Jn 13, 31-17, 26) : « De toutes les pages de votre vie mortelle, il n’en est pas qui me touche plus que ce dernier discours. » (19 février 1831, in Écrits spirituels, p. 741.) Car en cette circonstance solennelle Jésus fait sa dernière recommandation à ses disciples : « L’unité, voilà le bien suprême qu’il leur souhaite, le dernier mot des enseignements de son évangile. » (13 février 1869, in Écrits spirituels, p. 701.)

Lire la suite…

L'oraison

L’oraison est le privilège des coeurs simples, entièrement et gratuitement tournés vers Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit. Elle est le temps et l’espace où l’être humain prend conscience de ce qu’il est sous le regard de Dieu, enfant bien-aimé du Père, et ce que Dieu est pour lui, Père, source d’amour et de vie. Lieu etmoment privilégiés où Dieu existe comme Dieu, et l’homme comme créature. L’un en présence de l’autre : « Je l’avise et ilm’avise. » « Donc, le terme de l’oraison est que nous parlions à Dieu et que Dieu nous parle. » (« L’Esprit d’oraison, septembre 1871 », in Écrits spirituels, p. 1155.)

Lire la suite…

La Parole de Dieu

Le P. d’Alzon accorde une place de choix à l’étude de l’Écriture. Le travail de l’Écriture, c’est le labeur du religieux. « Les sources de la théologie mystique sont évidemment les mêmes que celles de la dogmatique mais employées différemment. La première et la plus importante est l’Écriture. C’est une grande garantie de sécurité pour nous que d’avoir comme base de notre vie la parole de Dieu; nous devons donc nous appliquer ardemment à la connaître à fond. » (« Des sources de la théologie mystique », in Écrits spirituels, p. 853.) « Jésus Christ est donc le livre vivant que nous devons étudier, livre parfait : en lui sont renfermés tous les trésors de la sagesse et de la science. » (Id., p. 856.)

Lire la suite…

L'adoration

On pourrait dire que la congrégation des Augustins de l’Assomption naît de l’adoration, en cette nuit de Noël 1845. Tout au long de sa vie, le P. Emmanuel d’Alzon nous y ramène. Toujours tournée vers lamission. C’est pour cela que nous sommes sensibles à la prière bigarrée du peuple de Dieu dans les lieux de pèlerinage, attentifs et accueillants à la supplication des hommes de notre temps, soucieux de prier non seulement avec le P. Emmanuel d’Alzon et pour lui,mais aussi comme lui.

Lire la suite…