Notre histoire

Développement de la congrégation après la période de fondation

La congrégation va se déployer surtout après le décès du P. d’Alzon. À sa mort il n’y a que 68 religieux et 11 novices. Ce sont les alumnats, de petits séminaires pour jeunes venant de familles modestes ou pauvres, qui vont apporter le gros des troupes jusqu’à ce que la congrégation atteigne un pic de presque 2000 religieux au milieu du XXe siècle.

Développement de nombreuses œuvres au XIXe

Sous le P. François Picard, le successeur du P. d’Alzon, plusieurs des grandes œuvres des Augustins de l’Assomption vont prendre leurs racines et leur envol :
La Bonne Presse (qui deviendra Bayard Presse) Avec Le Pèlerin (1873) et La Croix, lancée comme journal quotidien en 1883 ainsi que la création en 25 ans de plus de 30 titres
Les Pèlerinages à Lourdes, à Rome, à Jérusalem où les assomptionnistes accompagnent des foules de Pèlerins
La Mission d’Orient (d’abord en Turquie et Bulgarie…)
Et le monde de l’enseignement avec un premier développement du côté de la Bulgarie (Collège Saint Augustin) à partir du Collège de naissance de l’Assomption : le Collège de Nîmes.

Exil et développement à l’international

La 3° République en France est particulièrement anticléricale avec une première expulsion de religieux hors de leur communauté en 1880 et surtout une dissolution de la Congrégation en France en 1900 suivie de l’expulsion systématique des assomptionnistes hors de France. La congrégation fut particulièrement visée en raison de son organe de Presse qui avait un impact important sur l’opinion catholique française.
À contrario cette persécution a contribué au déploiement des assomptionnistes, comme pour d’autres congrégations françaises, en les poussant à se développer à l’international dès le XIXe. Que ce soit en Europe, en Amérique du Sud ou en Amérique du Nord…

Retour en France et reconnaissance de la congrégation

Sous le P. Emmanuel Bailly (du début du XX° siècle à la fin de la première guerre mondiale) c’est la double épreuve de la dispersion et de la guerre avec notamment le démantèlement de la présence en Turquie et en Bulgarie (où œuvraient avant la guerre jusqu’à 150 religieux et 200 sœurs Oblates de l’Assomption) et puis bien-sûr le lot de jeunes religieux décédés sur les champs de bataille et un patrimoine immobilier saccagé ou spolié dans plusieurs pays.
Un des aspects positifs pour l’Assomption sera le retour de la congrégation en France. En effet, les religieux qui avaient remplis leur devoir militaire, seront autorisés – malgré une réelle controverse – à rester tout de même en France. Ils y seront, en fait, simplement tolérés. Pour diverses raisons la congrégation n’obtiendra sa reconnaissance officielle par l’État français qu’en 2013 soit 168 ans après sa fondation !

Des années d’expansion et d’aventure missionnaire

Les années entre la fin de la première guerre mondiale et le concile Vatican II seront des années d’expansion et d’aventure missionnaire (avec bien sûr la parenthèse de la seconde guerre mondiale) : relance en partie de la présence dans la Mission d’Orient ; fondation dans les années 30 à 50 au Congo-Belge, en Afrique du Nord, en Chine et à Madagascar, en Afrique de l’ouest….
Mais ce sera aussi le temps de la persécution dans les pays du bloc soviétique… Plusieurs des seront déportés dans des camps de travaux forcés et 3 d’entre eux, reconnus martyrs de la foi, seront condamnés à mort en 1952 en Bulgarie.
Ce sera aussi l’époque du déploiement des Études Augustiniennes et des Études Byzantines, avec des bibliothèques spécialisées, des revues scientifiques et des chercheurs assomptionnistes qui deviendront de grandes figures, spécialistes d’Augustin et du monde Byzantin.

Le renouveau

L’après concile sera un temps d’épreuve avec de nombreux départs mais aussi un temps de renouveau qui conduira dans les années 80 à un retour des fondamentaux Augustiniens et Alzonniens et à une pastorale des jeunes et des vocations renouvelées. Les années 2000 enfin seront marquées par le développement en Asie, le retour en Afrique de l’Ouest et une animation beaucoup plus internationale de la congrégation.