Touveneraud, LETTRES, Tome 1, p.24

30 mar 1851 Nîmes, MILLERET Marie-Eugénie de Jésus Bhse

La santé du P. d’Alzon. – Mort d’une enfant de Germer-Durand.

Informations générales
  • T1-024
  • 17
  • Touveneraud, LETTRES, Tome 1, p.24
  • Orig. ms. ACR AD 750, D'A., T.D. 21, n. 7, p. 9.
Informations détaillées
  • 1 MALADIES
    1 MORT
    2 GERMER-DURAND, EUGENE
    2 GERMER-DURAND, FAMILLE
    2 GERMER-DURAND, MARIE-CATHERINE
    2 GUISSARD, POLYEUCTE
    2 SAUGRAIN, HIPPOLYTE
  • A LA R.MERE MARIE-EUGENIE DE JESUS
  • MILLERET Marie-Eugénie de Jésus Bhse
  • le 30 mars 1851
  • 30 mar 1851
  • Nîmes,
  • Maison de l'Assomption
La lettre

Madame et chère Mère,

Le cher Père me charge de vous dire qu’il ne peut vous écrire lui-même; nous lui avons appliqué, ce matin, les sangsues à la gorge. L’indisposition n’est point grave: c’est l’affaire de deux ou trois jours.

La petite fille de M. Durand est morte cette nuit.[1] Nos enfants malades vont de mieux en mieux.

Daignez agréer, Madame, l’assurance de mon plus profond respect.

Frère HIPPOLYTE.<2>
Notes et post-scriptum
1 Marie Catherine Elisabeth, née à Nîmes le 18 novembre 1848, et morte le 30 mars 1851, fut la dernière des six enfants (dont trois moururent en bas âge) de la famille Germer-Durand
2. Hippolyte Saugrain (1822-1905), originaire d'Ecquetot et présenté au P. d'Alzon par Mère M. Eugénie, fut l'un des cinq premiers profès de l'Assomption, le 25 décembre 1850 (P.GUISSARD, Portraits assomptionistes, 3-13)