Touveneraud, LETTRES, Tome 1, p.497

8 dec 1854 [Nîmes, MILLERET Marie-Eugénie de Jésus Bhse

Il a bien prié pour elle et pour ses filles. – La Sainte Vierge l’a à peu près débarrassé de ses peines d’argent. – Nouvelles.

Informations générales
  • T1-497
  • 458
  • Touveneraud, LETTRES, Tome 1, p.497
  • Orig.ms. ACR, AD 970; D'A., T.D. 21, n. 266, p. 154.
Informations détaillées
  • 1 CONCILE PROVINCIAL
    1 FETES DE MARIE
    1 IMMACULEE CONCEPTION
    1 INSTRUCTION RELIGIEUSE
    1 PREDICATION
    1 PRIERE A LA SAINTE VIERGE
    1 SOUCIS D'ARGENT
    1 TIERS-ORDRE FEMININ
    2 CABRIERES, ANATOLE DE
    2 CART, JEAN-FRANCOIS
    2 FABRE, JOSEPHINE
    2 NARBONNE-LARA, MADAME DE
    2 PASTEAU, ABBE
    2 PIE IX
    2 SIBOUR, LEON-FRANCOIS
    2 SIBOUR, MARIE-DOMINIQUE
    2 SOULAS, ANDRE
    3 ROME
  • A LA R. MERE MARIE-EUGENIE DE JESUS
  • MILLERET Marie-Eugénie de Jésus Bhse
  • le 8 décembre 1854] Fête de la Conception<1>.
  • 8 dec 1854
  • [Nîmes,
La lettre

Vous n’aurez qu’un tout petit mot de moi, ma chère fille, mais vous saurez que j’ai bien prié pour vous aujourd’hui et pour toutes nos filles. Notre- Seigneur, ce me semble, et la Sainte Vierge m’ont donné une surabondance d’affection pour vous. Si vous voyiez mon coeur, il me semble que vous seriez contente. La Sainte Vierge m’ a à peu près débarrassé, ce matin, avant la messe, de toutes mes peines d’argent, et, à midi, Monseigneur m’a accordé pour prêcher à ma place, le samedi, et faire le cours d’instruction religieuse[2], l’abbé de Cabrières, qui deviendra peu à peu assomptionniste [sic], si Dieu le veut.

J’ai envoyé 300 francs à M. Soulas. Je vous enverrai, dans deux ou trois jours, les 700 francs de Mlle Fabre. Nous avons élu, aujourd’hui, Mme de Narbonne prieure du T[iers]-O[rdre].

Adieu, ma fille. On me dérange.

L’abbé Pasteau arrive. Je vais mieux, mais cela à condition de ne rien faire de quelque temps.

E. D'ALZON.
Notes et post-scriptum
1. Le titre de cette fête mariale va désormais changer, puisque, ce 8 décembre 1854, fut proclamé à Saint-Pierre de Rome, en la présence d'une délégation de l'épiscopat de l'Eglise universelle (quelque 200 cardinaux, archevêques et évêques), par le Pape Pie IX, le dogme de *l'Immaculée Conception.* En écrivant cette lettre, le P. d'Alzon n'ignorait pas l'événement auquel il aurait voulu être présent.
Rappelons qu'une consultation, ouverte par l'encyclique *Ubi primum* du 2 février 1849, avait précédé la proclamation et précisé la définition. Au concile provincial d'Avignon, en décembre 1849, le P. d'Alzon avait rédigé le projet d'une lettre du concile au Pape, favorable à la définition (*Lettres* III, p, 525). Sur plus de 600 réponses épiscopales, les neuf dixièmes furent positives. Parmi les opposants, seuls quelques-uns, dont l'archevêque de Paris, Mgr Sibour, estimaient que la doctrine n'était pas définissable, et d'autres, que la définition était inopportune. Il y eut des retouches de dernière heure.
Le 16 décembre, Mère M.-Eugénie écrit que, d'après l'abbé Sibour, <>. De fait, l'abbé Sibour devait être nommé évêque de Tripoli le 24 décembre 1854. La Mère poursuit: <>.
2. <> et cours assurés par le P. d'Alzon.