Touveneraud, LETTRES, Tome 1, p.606

20 oct 1855 [Nîmes, MILLERET Marie-Eugénie de Jésus Bhse

Précisions d’horaire pour l’arrivée des Religieuses à Nîmes.

Informations générales
  • T1-606
  • 560
  • Touveneraud, LETTRES, Tome 1, p.606
  • Orig. ms. ACR, AD 1028; D'A., T.D. 21, n. 324, p. 181.
Informations détaillées
  • 1 ADORATION DU SAINT-SACREMENT
    1 CONTRAT D'ACHAT
    1 HABIT RELIGIEUX
    1 RELIGIEUSES DE L'ASSOMPTION
    1 TIERS-ORDRE FEMININ
    2 BALINCOURT, MARIE-ELISABETH DE
    2 ERNALSTEIN, MARIE-GERARD
    2 GALABERT, VICTORIN
    2 HOWLY, MARIE-WALBURGE
    2 JOURDAN, RAPHAEL
    2 LAWOESTINE, ALEXANDRE DE
    2 LEVY, MARIE-JOSEPH
    2 LILLEROY, BARONNE DE
    2 MORNY, CHARLES DE
    2 PICARD, FRANCOIS
    2 PLANTIER, CLAUDE-HENRI
    2 STIERNON, DANIEL
    2 VAILHE, SIMEON
    3 NIMES
    3 ROME, EGLISE SAINTE-BRIGITTE
  • A LA R. MERE MARIE-EUGENIE DE JESUS
  • MILLERET Marie-Eugénie de Jésus Bhse
  • le 20 octobre 1855]<1>.
  • 20 oct 1855
  • [Nîmes,
La lettre

Ma chère fille,

Vous feriez peut-être tout aussi bien d’arriver mercredi matin[2]. Si c’est mercredi soir, ce serait à 3 heures, et j’aurais peut-être à cette heure une abjuration annoncée pour 2 heures. Le mercredi, vous arrivez à 6 heures moins un quart. Si vous voulez, vous entendez la messe à l’Assomption[3], et puis vous vous reposez tant que vous pouvez; puis il est possible que je vous prie de faire demander une grâce à l’empereur par M. de Lawoestine ou M. de Morny. Je fais des voeux pour que vous ne signiez que mardi. Les Soeurs du T[iers]-O[rdre] vous offrent au moins quatre heures d’adoration, qu’elles feront dans le costume de tertiaires.

Tout à vous, ma fille. Au grand plaisir de vous revoir bientôt, mais pas plus tôt que je ne vous dis. Si je vous écris ce soir, vous comprendrez pourquoi. Inutile de voir M. Plantier[4].

E. D'ALZON.
Notes et post-scriptum
1. Nous précisons la date avancée par le P. Vailhé: *Paris, vers le 9 septembre 1855,* en référence à la lettre de Mère M.-Eugénie datée du 18 octobre.
2. Le 18 octobre, Mère M.-Eugénie écrivait: <>. - Il s'agit du départ du premier groupe des Religieuses pour la fondation de Nîmes: Soeurs M.-Walburge (supérieure), M.- Elisabeth et M.-Gérard (converse), accompagnées de Mère M.-Eugénie. Cette dernière précision a échappé à l'attention de l'auteur des *Origines de l'Assomption* (III, p. 425), mais elle découle des lettres de Mère M.-Eugénie des 17, 18, 31 octobre, 4 novembre.
3. A la descente du train à Nîmes, vers 6 heures du matin, les Religieuses pouvaient avoir la messe à l'Assomption de Nîmes avant de rejoindre la demeure de la baronne de Lisleroy qui leur offrait une hospitalité provisoire. - Tandis que le groupe des Religieuses quittait Paris pour Nîmes, rappelons que, le 24 octobre, partaient de Nîmes pour Rome où ils devaient arriver le 30, quatre religieux de l'Assomption pour y faire leurs études: les Frères Picard, Galabert, Lévy et Jourdan (Cf *Pages d'Archives,* décembre 1867: P. D. STIERNON, *A travers l'histoire des résidences assomptionistes à Rome,* pp. 586-603)- Ils devaient être accueillis par les religieux de Sainte-Croix et loger en leur couvent de Sainte Brigitte, place Farnèse.
4. Dans sa lettre du 18 octobre, Mère M.-Eugénie écrivait: <> (que cette visite de politesse en cours de voyage).