Touveneraud, LETTRES, Tome 1, p.616

9 nov 1855 [Nîmes, MILLERET Marie-Eugénie de Jésus Bhse

Arrivée du second groupe des Soeurs à Nîmes, et installation de la communauté, rue Roussy.

Informations générales
  • T1-616
  • 568
  • Touveneraud, LETTRES, Tome 1, p.616
  • Orig. ms. ACR, AD 1032; D'A., T.D. 21, n. 328, p. 142.
Informations détaillées
  • 1 RELIGIEUSES DE L'ASSOMPTION
    2 AUBERT, MARIE DE LA CROIX
    2 DESPERROIX, MARIE-PELAGIE
    2 FINN, MARIE-LAURENCE
    2 LAWSON, MARIE-ALOYSIA
    2 LILLEROY, BARONNE DE
    2 VAILHE, SIMEON
    3 NIMES
  • A LA R. MERE MARIE-EUGENIE DE JESUS
  • MILLERET Marie-Eugénie de Jésus Bhse
  • le 9 novembre 1855]<1>.
  • 9 nov 1855
  • [Nîmes,
La lettre

Je n’ai rien à vous dire aujourd’hui, ma chère fille, sinon toute la joie que j’éprouve de notre petite cérémonie de ce matin. Vos pauvres filles vous conteront leurs mésaventures; elles ne sont arrivées qu’à 2h 1/2 de la nuit. Enfin, elles sont ici, et Dieu en soit béni! Je vous promets de faire tout ce qui dépendra de moi pour les sanctifier[2].

Adieu, ma fille. Tout vôtre avec un coeur encore plus paternel, s’il est possible.

E. D'ALZON.
Notes et post-scriptum
1. Nous précisons la date avancée par le P. Vailhé: *Nîmes, le 22 octobre 1855,* en référence à la lettre de Mère M.-Eugénie du 9 novembre.
2. Le premier groupe des Religieuses de l'Assomption avait été logé chez la baronne de Lisleroy. Le 4 novembre, Mère M.-Eugénie exprimait <>, c'est-à-dire établies dans une maison régulière, ce qui fut fait avant le 9 novembre, dans un petit immeuble de la rue Roussy. C'est dans la nuit de ce jour-là qu'arriva le second groupe: Soeurs Marie de la Croix, M.-Aloysia, M.-Laurence (novice), et M.-Pélagie (converse). Le matin de ce jour, en la fête de la Dédicace du Saint-Sauveur à Rome, au jour anniversaire de la première messe dite à l'Assomption, rue de Vaugirard, à Paris, en 1839, eut lieu l'installation de la petite communauté au complet. Le P. d'Alzon commenta ces paroles de l'Office: *Lapides pretiosi, omnes muri tui, et turres Jerusalem gemmis aedifiabuntur* (*Origines de l'Assomption,* III p. 426).
Sachant que cette cérémonie avait lieu ce jour-là, Mère M.-Eugénie écrit au début de sa lettre du 9 novembre: <>.